Montée de Québec solidaire et descente du PQ

Par Marianne Julien
Montée de Québec solidaire et descente du PQ
(Photo : Courtoisie)

Le Parti québécois et Québec solidaire sont les deuxième et troisième perdants de cette élection avec respectivement 16, 14 % et 15,09 % des votes.
Daniel Michelin du Parti québécois se retrouve en troisième place avec un taux de vote de 16,14 %, tout juste devant Québec solidaire.
Le candidat croyait que les résultats seraient serrés et que rien n’était joué d’avance, et il s’attendait à une boîte à surprises. « Il y a tellement de variables qui interviennent, ne serait-ce que par exemple le taux de votation chez les jeunes : on pensait qu’ils allaient sortir pour des questions liées à l’environnement. »
Daniel Michelin n’a cependant aucun regret quant à la campagne électorale qu’il a menée pendant ces 39 derniers jours : « Je pense qu’on a fait une belle campagne, on a pu passer tous nos messages et on a eu de bons débats. Pour moi, ça a été une superbe expérience. »
Il s’agit d’une dure baisse pour le PQ qui, aux élections de 2014, avait obtenu 26,3 % des votes.

Une défaite attendue pour QS

Caroline Charette savait d’emblée qu’elle ne remporterait pas la victoire, toutefois elle s’attendait à recevoir au moins 15 % des votes et à livrer une chaude bataille avec le PQ.
C’est mission réussie, en obtenant 15, 9 %. « Je suis extrêmement contente, c’est ce qu’on espérait, ça reflète le travail qu’on a accompli et la moyenne nationale », s’enthousiasme-t-elle. C’est un bond de 10 % pour Québec solidaire par rapport aux élections d’il y a quatre ans.
Elle se dit tout aussi satisfaite de sa campagne électorale, qui a permis de faire avancer des enjeux. « J’ai eu un beau contact avec la population et je pense que je me suis bien débrouillée dans les débats. Je suis celle qui a amené le sujet de l’environnement et ça, j’en suis fière, souligne-t-elle. Ça a donné le ton. J’ai aussi été celle qui a parlé de la condition des femmes, ce que je n’ai pas beaucoup entendu des autres candidats, sauf Nathalie Roy. »

« Je suis extrêmement contente, c’est ce qu’on espérait, ça reflète le travail qu’on a accompli et la moyenne nationale. » – Caroline Charette

Elle reconnaît que certains facteurs ont pu jouer en sa défaveur, comme sa vision peut-être trop globale pour les électeurs montarvillois : « Je voyais les questions des électeurs qui étaient très locales, mais comme on est dans un enjeu planétaire, je voulais amener une vision globale. Cela dit, je ne peux pas en vouloir aux gens d’être préoccupés par ce qui se passe chez eux et c’est quelque chose sur laquelle je dois me pencher. »
Le vote stratégique est aussi un facteur qui a pu lui nuire. « C’est vraiment là où le bât blesse pour Québec solidaire la plupart du temps, ce n’est pas par rapport à ma performance », dit-elle.
La candidate sera contente si au moins quelques députés solidaires sont élus : « Il faut être patient parce que les changements se font à long terme. Imaginez si on a sept ou huit députés de plus, l’impact va être là. »
Ce ne sera probablement pas la dernière fois que l’on verra Caroline Charette. « J’ai pris beaucoup de notes pour la prochaine campagne, soutient-elle. Il y a des dossiers que je maîtrisais moins, mais que je vais étudier. » Elle annonce d’emblée qu’on la verra davantage entre les élections.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des