Molson Coors à Saint-Bruno?

Molson Coors à Saint-Bruno?

L’usine Molson Coors à Montréal vient de faire une offre d'achat d'un terrain proche de l'aéroport de Saint-Hubert à Longueuil.

Crédit photo : Dreamstime

La brasserie Molson pense soit à moderniser ses installations de Montréal, soit à déménager. Et pourquoi pas à Saint-Bruno?

En 1786, la brasserie Molson ouvrait ses portes rue Notre-Dame à Montréal. À proximité du Saint-Laurent, la bière coule à flots depuis.

Près de 250 ans après, les choses ont bien changé et Molson Coors est en phase de prendre une décision quant à son avenir. L’entreprise pourrait, avec une aide gouvernementale, moderniser ses usines à Montréal, ou déménager la production dans un nouvel emplacement, ce qui lui permettrait de posséder un endroit plus approprié afin d’augmenter sa production.

« On est encore loin d’une décision. Il y a beaucoup d’argent qui est en jeu. Il est possible que l’on reste à Montréal, mais on a aussi une dizaine de villes qui pourraient nous accueillir, aussi bien sur la Rive-Sud que sur la Rive-Nord. Nous annoncerons notre décision au début de l’année 2017 », explique François Lefebvre, directeur des affaires corporatives, Québec et Atlantique, de Molson Coors à Montréal.

Un œil sur Saint-Bruno?

Saint-Bruno-de-Montarville est une des rares villes à bénéficier d’espace conséquent dans son parc industriel pour accueillir une entreprise comme Molson Coors.

La municipalité dévoile même le tapis rouge à la multinationale en aménageant sa zone industrielle de manière à prévoir une place au nouveau locataire qu’elle aimerait recevoir. Pourtant, rien n’est encore fait.

Il faut dire que l’entreprise qui a son siège aux États-Unis est dépendante du Saint-Laurent, car elle est grande consommatrice d’eau, ce qui exclut quasiment la Rive-Nord.

Sur la Rive-Sud, il n’y a pas beaucoup d’endroits qui pourraient accueillir Molson en fournissant espace et eau en quantité suffisante. Saint-Bruno-de-Montarville en fait partie, comme Saint-Hubert.

Écoparc

L’Écoparc industriel de Saint-Bruno, c’est 112,5 hectares, situés dans le quadrilatère de l’autoroute 30, la route 116, le boulevard Clairveue Ouest, et la route de l’Aéroport (aux limites de Saint-Hubert).

L’espace industriel dont dispose la Ville est une richesse non négligeable pour la municipalité. Elle compte bien attirer les plus grosses entreprises pour remplir ses coffres.

« On est encore loin d’une décision. Il y a beaucoup d’argent qui est en jeu. Il est possible que l’on reste à Montréal, mais on a aussi une dizaine de villes qui pourraient nous accueillir, aussi bien sur la Rive-Sud que sur la Rive-Nord. Nous annoncerons notre décision au début de l’année 2017. » – François Lefebvre

À noter

Molson Coors a fait l’acquisition des marques Miller pour 12 milliards de dollars américains cette année. C’est pourquoi l’entreprise réfléchirait à son avenir.

À Montréal, ce sont près de 1000 employés entre la brasserie et le centre de distribution qui travaillent pour la marque de bière. Autant d’employés qui auraient un accès plus facile à leur entreprise si celle-ci déménageait.

La Ville

À l’hôtel de ville, on est très prudent et on ne veut pas s’avancer. « Il n’y a vraiment rien qui est fait encore », explique Martin Murray, maire de Saint-Bruno-de-Montarville, sans en dire plus.

La décision ultime reviendra au siège social au cours du « premier trimestre de l’exercice 2017 », de conclure M. Lefebvre.

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des