Marilou Alarie candidate pour le Bloc Québécois

Photo de Gabriel Provost
Par Gabriel Provost
Marilou Alarie candidate pour le Bloc Québécois
La conseillère municipale Marilou Alarie se présente pour la course à l'investiture du Bloc Québécois dans Brome-Missisquoi. (Photo: courtoisie Marilou Alarie)

La conseillère municipale du district 6 de Saint-Bruno-de-Montarville, Marilou Alarie, sera candidate à l’investiture pour le Bloc Québécois dans la circonscription fédérale de Brome-Missisquoi. 

Tant qu’une élection fédérale n’est pas annoncée, Mme Alarie conservera sa place comme représentante du district 6 de Saint-Bruno-de-Montarville. Son choix s’est arrêté sur Brome-Missisquoi puisqu’elle compte passer davantage de temps à la ferme qu’elle a acquis récemment à Brigham, municipalité qui fait partie de la circonscription.

Elle avait déjà annoncé qu’elle ne se représenterait pas au conseil pour les élections municipales à venir, qui auront lieu le 7 novembre. Son passage dans le monde municipal aura donc duré huit années, après qu’elle se soit lancée en politique à Saint-Bruno en 2013 avec le Parti montarvillois auprès du maire actuel de la municipalité, Martin Murray. Le dossier qui défrayait alors les manchettes municipales était le boisé des Hirondelles, pour lequel la conseillère municipale s’est battue et qui résiste depuis ce temps à un développement immobilier. 

C’est d’ailleurs comme porte-parole du Regroupement des citoyens pour la sauvegarde de la forêt des Hirondelles qu’elle a rencontré pour la première fois le chef du Bloc Québécois, Yves-François Blanchet. Ce dernier était ministre de l’environnement sous le gouvernement de Pauline Marois à l’époque. « Des cinq ministres avec qui j’ai eu à communiquer et à demander des rencontres, Yves-François Blanchet est le seul qui nous avait rencontrés. J’ai toujours eu beaucoup de respect pour ce geste et depuis, c’est quelqu’un que je connais et avec qui j’ai le goût de travailler », dit la conseillère municipale. 

« J’ai été choyée parce les gens m’ont toujours traitée dans le respect. On parle beaucoup de respect dans la démocratie en ce moment, mais je n’ai jamais eu de problème avec les gens de Saint-Bruno. » 

-Marilou Alarie

C’est la deuxième fois que Marilou Alarie se présente pour tenter d’obtenir un poste de députée. Aux élections provinciales de 2018, elle s’était lancée dans la course à l’investiture du Parti Québécois dans la circonscription de Borduas, mais avait alors perdu contre Cédric Gagnon-Ducharme, qui avait obtenu 53% des voix.

Pour le moment, la circonscription de Brome-Missisquoi est détenue par la députée libérale Lyne Bessette. Pour le parti souverainiste fédéral, il s’agit d’un comté à regagner, notamment parce qu’il a déjà été à ses couleurs entre 1993 et 1994, puis entre 2006 et 2011. 

Bilan après huit années

De ses deux mandats en tant que conseillère municipale, Marilou Alarie va surtout retenir les bonnes relations qu’elle a entretenues avec les Montarvillois. « J’ai été choyée parce les gens m’ont toujours traitée dans le respect. On parle beaucoup de respect dans la démocratie en ce moment, mais je n’ai jamais eu de problème avec les gens de Saint-Bruno. » 

Elle a également aimé faire progresser des dossiers au niveau municipal, ou elle est en mesure de voir l’impact concret des décisions prises par le conseil sur la vie des citoyens. « Ce qui est intéressant au municipal, c’est qu’on voit plus rapidement les réalisations sur le terrain, ce qui est très satisfaisant pour toutes les personnes qui travaillent sur les dossiers. »

Si elle a fait partie d’une organisation politique pendant plusieurs années en tant que conseillère, Marilou Alarie croit désormais que ce n’est pas forcément la meilleure approche pour qu’avancent les dossiers municipaux. « Mon souhait, c’est qu’il n’y ait plus de partisanerie au conseil de ville. Je pense que des conseillers municipaux indépendants, sans partisanerie et qui peuvent débattre en toute liberté et sans parti majoritaire créent une dynamique qui permet aux 9 élus de travailler ensemble au bénéfice des citoyens. » Rappelons que depuis qu’elle a quitté l’organisation du Parti montarvillois en 2017, la conseillère siège en tant qu’indépendante.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires