Louise Fleischmann mise à l’honneur

Photo de Frank Rodi
Par Frank Rodi
Louise Fleischmann mise à l’honneur
La ministre de la Culture, Nathalie Roy, la bénévole, Louise Fleischmann, le maire de Saint-Bruno, Ludovic Grisé-Farnd, ainsi que l'éditeur des Versants du Mont-Bruno, Philippe Clair. (Photo : Vicky Gosselin) (Photo : Vicky Gosselin) (Photo : (Photo : Vicky Gosselin))

Au cours de la saison estivale, Louise Fleischmann s’est vu décerner plusieurs honneurs, dont la Médaille de l’Assemblée nationale du Québec. 

L’implication bénévole des dernières années de Louise Fleischmann a été soulignée au mois d’août. 

En effet, pour toutes ses années de bénévolat à Saint-Bruno-de-Montarville et ailleurs dans la région, Louise Fleischmann a été honorée par la ministre de la Culture, Nathalie Roy. 

Cet hommage lui a été rendu lors de la soirée du Tournoi de golf bénéfice du 175e anniversaire de la Ville de Saint-Bruno, tenu au Club de golf Mont-Bruno. 

Mme Fleischmann a été décorée de la Médaille de l’Assemblée nationale du Québec. C’est la députée provinciale sortante dans Montarville, Nathalie Roy, qui a profité de l’événement de golf à Saint-Bruno pour décerner la Médaille de l’Assemblée nationale à la bénévole. « J’ai été tellement touchée! Sur la première photo, on remarque que j’étais très émue. Ç’a été une surprise totale », commente Louise Fleischmann, qui s’est assise avec le Journal de Saint-Bruno

Une vie de bénévolat

Louise Fleischmann s’est impliquée bénévolement dès sa jeunesse. À 16 ans, elle est initiée au travail bénévole. Quand elle ne va pas à l’école, elle accompagne sa mère qui participe à des collectes de sang de la Croix-Rouge pour offrir les beignes et le café. Sa mère s’implique aussi en politique et fait des discours. Louise Fleischmann voyait l’exemple de sa mère en tant que bénévole.

Après la naissance de son troisième enfant, à Saint-Bruno-de-Montarville, Louise Fleischmann commence à participer à des campagnes électorales. Une influence des parents, qui militaient pour les libéraux. Elle est tombée dedans… Selon elle, la politique, ce n’est pas seulement un X tous les quatre ans, c’est aussi beaucoup de travail.

En 1986, à la suite d’une conversation avec la fondatrice de la Maison Carrefour pour elles, Thérèse Dallaire-Laplante, Mme Fleischmann réunit d’autres femmes d’affaires pour créer la Fondation Carrefour pour elles. La première année, une somme de 125 000 $ est récoltée. Ce qui offrait une marge de manœuvre à l’organisme. Elle sera présidente fondatrice de la Fondation pendant sept ans, puis impliquée bénévolement pendant plusieurs années. De cette fondation découle aussi Les Femmeuses, un regroupement de femmes artistes exposant dans les locaux de Pratt & Whitney, l’employeur de Mme Fleischmann. Les fonds recueillis lors des ventes de ces toiles profitent à sept maisons d’hébergement, dont Maison Carrefour pour elles. Les implications de Louise Fleischmann sont nombreuses, en tant que bénévole, comme citoyenne, ou encore comme femme d’affaires : Festival d’hiver à Saint-Bruno, divers comités, dont celui concernant l’événement Arts et culture de Saint-Bruno, guignolée de la paroisse de Saint-Bruno-de-Montarville, mentorat, Marche Minta, Chambre de commerce, Déjeuner de la prière, Table de solidarité de Saint-Bruno…   

Enfin, n’oublions pas sa grande contribution en tant que membre fondateur et membre de soutien dans l’équipe derrière la mise en chantier de la Coopérative de solidarité en habitation de Saint-Bruno-de-Montarville, notamment en compagnie de Maurice Falardeau et de Robert Bourguignon. Cette coopérative est venue pallier un manque cruel de logements sociaux et a ainsi créé 25 maisons en rangées pour les familles du secteur. Aujourd’hui, elle est présidente du conseil d’administration du Centre d’action bénévole Les p’tits bonheurs de Saint-Bruno-de-Montarville.  

À propos du bénévolat, Louise Fleischmann dira, en avril 2012, que le « bénévolat nous amène à rencontrer des gens de qualité. Nous nous impliquons, nous donnons du temps, mais nous offrons aussi notre talent, ce que nous connaissons. C’est un milieu extraordinaire et en gardant l’esprit ouvert, nous recevons tout autant. Ce qui est merveilleux, c’est que l’on voit tout de suite les retombées de nos efforts. C’est comme une courroie de transmission. Ce que tu accomplis, ça t’amène ailleurs, et ça crée des petits.

C’est ce que tout humain doit faire; ça donne une humanité à l’humain, une ouverture ».

En entrevue, la Montarvilloise revient sur la distinction de l’Assemblée nationale du Québec. « Il y a tellement de bénévoles au Québec, jamais tu ne vas en entendre parler. C’est du bénévolat dans le silence. C’est un honneur que je veux partager avec eux. C’est une très grande force, le bénévolat », poursuit-elle. Selon elle, le bénévolat est une continuation qu’il faut faire. Elle précise : « C’est ma façon de voir les choses. Les besoins sont grands… » 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires