Renault Labarre : l’Italie comme rêve pour un jeune hockeyeur

Photo de Frédéric Khalkhal
Par Frédéric Khalkhal
Renault Labarre : l’Italie comme rêve pour un jeune hockeyeur
Renault Labarre a été sélectionné pour le tournoi international en Italie avec une équipe canadienne. (Photos : courtoisie)

En avril prochain, Renault Labarre, un résidant de 11 ans vivant à Saint-Bruno-de-Montarville, a été sélectionné pour participer à une compétition internationale en Italie à Bolzano. Il s’agit du prestigieux tournoi de hockey World Selects Invitational.

Renault Labarre enfilera le maillot de l’équipe canadienne Canada East Select, qui affrontera du 28 avril au 2 mai les meilleurs joueurs du monde nés en 2008. Il enfilera ses patins pour affronter d’autres équipes canadiennes, les États-Unis, la Russie, la Slovaquie, la Suède, la Finlande, pour ne nommer que celles-ci.

« J’étais fou de joie lorsque mon entraîneur m’a annoncé que j’étais sélectionné. Je connais certains de mes futurs coéquipiers pour jouer contre eux pendant l’année, mais je ne les connais pas bien. Je suis très content de pouvoir participer à ce tournoi », a indiqué au journal Renault.

Pas d’entraînement de prévu avec sa future équipe pour le moment. « Il est possible qu’ils s’entraînent tous ensemble une fois qu’ils seront en Italie », avance Véronique Lavigne, la maman.

Un passionné

Renault Labarre mange du hockey depuis tout petit. Sa mère, Véronique Lavigne, est étonnée et particulièrement fière de la passion qu’a toujours eue son fils pour son sport : « À 4 ans, il me demandait si c’était du Crosby que je mettais dans ma voiture, car il voyait le numéro 87 sur la pompe. Très jeune, une grande tante lui a donné un billet de 20 $. Il l’a utilisé pour acheter des cartes de hockey. Il regarde tous les matchs de la Ligue nationale… »

Mais ce qu’il aime le plus faire, c’est ressembler à ses idoles en allant sur la glace. « Auston Matthews (centre des Maple Leafs de Toronto) et David Pastrnak (ailier droit pour les Bruins de Boston) sont mes joueurs préférés. Mon équipe, c’est les Maple Leafs », explique-t-il, sans jamais aborder l’équipe locale des Canadiens de Montréal. En lui demandant s’il était fan aussi des Canadiens, il n’hésite pas à dire que « non pas vraiment. J’aime bien certains joueurs comme Gallagher ou Kovalchuk, mais l’équipe n’est pas très bonne. »

« À 4 ans, il me demandait si c’était du Crosby que je mettais dans ma voiture, car il voyait le numéro 87 sur la pompe. » – Véronique Lavigne

Le joueur de centre de 11 ans vit sa passion depuis plusieurs années déjà. Mais avec le tournoi Hockey World Selects Invitational, il accède à une nouvelle étape de sa jeune carrière. Il était presque inutile de lui demander ce qu’il souhaite faire plus tard : « jouer dans la Ligue nationale » semblait être une réponse évidente.

Actuellement, il joue avec le Noir et Or de De Mortagne à Boucherville, une équipe dans la catégorie relève. Le jeune homme en 6 année à Saint-Bruno jongle entre les études et les entraînements de hockey. Il s’entraîne deux jours par semaine, plus une séance de hockey hors glace, puis il y a les matchs. « Il fait 10 heures de hockey pas semaine. Ça, c’est sans compter les heures qu’il passe dans notre sous-sol. D’ailleurs, aujourd’hui, cela ne ressemble plus à un sous-sol », doit constater sa mère.

Dans la catégorie peewee AAA, Renault est 11 avec 26 points au sein du classement de la LHEQ. En 22 rencontres avec le Noir et Or de Boucherville, il a déjà à son actif 17 buts avec son équipe qui pointe, quant à elle, à la 6 position du classement général.

Campagne de financement

La passion de Renault semble avoir été contagieuse et ses parents le soutiennent à 100 %. « Derrière un sportif de haut niveau, il y a toujours des parents qui investissent du temps et de l’argent. C’est aussi un sport pour nous, mais c’est tellement réjouissant de voir notre enfant passionné », précise sa mère.

En avril, Renault ira avec son père en Italie pour participer à la compétition. « Le financement de l’ensemble du voyage est à la charge des joueurs. Le prix du voyage va coûter de 10 000 à 12 000 $. Les autres compétitions de Renault, il est possible de les financer, mais dans ce cas, nous sommes obligés de faire une campagne de financement avec Go Fund Me », soutient la maman.

Le 6 février, la somme de 1106 $ avait été récoltée sur un objectif de 5000 $. Dans sa présentation vidéo, on voit évoluer le jeune joueur sur la patinoire, où il explique qu’aller en Italie sera « le plus gros tournoi de ma vie ».

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des