L’impact du Canadien de Montréal

Photo de Frank Rodi
Par Frank Rodi
L’impact du Canadien de Montréal
Les casquettes à l’effigie du Canadien de Montréal se vendent de plus en plus à la boutique Lids. (Photo : Frank Jr Rodi)

Les séries éliminatoires de la Ligue nationale de hockey sont en cours. Au Québec, la fièvre est à ce sport et au Canadien de Montréal.

En cette période de la saison, le Canadien de Montréal a-t-il un impact sur l’achalandage dans les restaurants de type bar-sportif et les boutiques sportives?

Le Canadien a atteint la troisième ronde des séries éliminatoires. Après les Maple Leafs de Toronto, il a affronté les Jets de Winnipeg. Hier soir, la formation québécoise a balayé la série contre ses rivaux manitobains. Avec cette victoire au deuxième tour, le Tricolore accède au carré d’as des séries de la Ligue nationale de hockey. Contre toutes attentes.

« La réouverture des restaurants combinée avec le Canadien en séries, pour nous, c’est comme si l’on avait frappé le gros lot! » – Fanny Bourassa

À la boutique d’accessoires et de vêtements sports Lids, aux Promenades St-Bruno, le succès du Canadien de Montréal se fait sentir. Depuis un peu plus d’une semaine, les ventes de produits à l’effigie de cette formation ont augmenté de 20 à 25 %. Une hausse qui correspond au réveil des joueurs dans la série contre Toronto. « En général, on ne remarque pas une grosse différence pendant les séries, mais cette fois, oui, il y a un intérêt marqué pour les produits du CH », répond le gérant de Lids, Simon Fadellah.

Les casquettes, les drapeaux pour les voitures et les chandails à manches courtes font partie de ces produits qui trouvent preneurs fréquemment ces temps-ci. Quant aux chandails officiels de l’organisation, les clients optent pour ceux de Cole Caufield, de Nick Suzuki et de Carey Price. Selon M. Fadellah, les ventes seront exponentielles si les résultats demeurent positifs.

« L’engouement est là! Puis il y a de la frénésie dans l’air chaque soir de match! », exprime la gérante de Boston Pizza Sainte-Julie, Maude Dalpé.

Avec les mesures sanitaires en place et la capacité d’accueil réduite à 50 %, ce resto-bar de Sainte-Julie propose actuellement 10 tables sur la terrasse, 15 tables du côté bar et 20 autres en salle à manger. « C’est complet tous les soirs et de tous les côtés du restaurant », souligne Maude Dalpé.

Même son de cloche de la part de la directrice adjointe de La Cage – Brasserie sportive Saint-Bruno, Fanny Bourassa. « Est-ce qu’il existe un mot plus fort qu’engouement pour expliquer ce qui se passe depuis lundi dernier? C’est plein tous les jours et tous les soirs », illustre Fanny Bourassa.

Mais les données sont peut-être faussées. Parce que la folie qui s’empare actuellement des amateurs des Habs coïncide avec le retour de la clientèle dans les restaurants. Le soir où la troupe de Dominique Ducharme a éliminé les Maple Leafs de Toronto dans la septième et ultime rencontre (après un recul de 1-3 dans la série) de cette bataille de premier tour, le gouvernement accordait la réouverture des salles à manger.

Rappelons que la Montérégie ainsi que d’autres régions ont basculé du palier d’alerte maximale rouge au palier d’alerte orange le 31 mai dernier. Parmi les assouplissements que permet ce changement de couleur, notons la réouverture des salles à manger dans les restaurants.

Le propriétaire du Vieux Duluth à Saint-Basile-le-Grand, Pedro Marques, ainsi que le directeur de la rôtisserie St-Hubert de Saint-Bruno-de-Montarville, Maxime Deguire, s’entendent pour dire que depuis le 31 mai, les journées sont occupées et achalandées. La clientèle est au rendez-vous.

C’est le branle-bas de combat dans les restaurants. Les places, réduites de moitié en raison des conditions émises par la santé publique, se font rares et s’envolent rapidement, la plupart par réservation. « On refuse beaucoup de gens, malheureusement. Pour les soirs où le Canadien est en action, les clients ont réservé trois ou quatre jours d’avance. Les gens sont au rendez-vous », soutient Fanny Bourassa.

Lorsque les porte-couleurs du CH ne sont pas en action, les salles à manger sont tout aussi pleines. « Par contre, ça se remplit pendant la soirée. Ce ne sont pas des réservations prises quelques jours avant », poursuit Fanny Bourassa.

Des soirées qui rapportent

Avec le lent début que les protégés de Marc Bergevin ont connu face aux Leafs de Toronto, peu s’attendaient à voir les Glorieux encore en vie en troisième ronde. Maintenant, l’espoir est revenu chez les amateurs, qui souhaitent voir leur équipe aller le plus loin possible durant la danse du printemps. C’est aussi le cas des restaurateurs. « La réouverture des restaurants combinée avec le Canadien en séries, pour nous, c’est comme si l’on avait frappé le gros lot!, lance Fanny Bourassa. On veut qu’ils continuent à 200 %. Le CH en séries, ça nous aide beaucoup! Il y a une belle frénésie, une belle ambiance. Les gens sont heureux. Ça nous permet de reprendre les mois perdus. »

Des propos que partage aussi Maude Dalpé du Boston Pizza Sainte-Julie. « On veut qu’ils poursuivent! Le Canadien de Montréal en séries, ça rapporte beaucoup! »

QUESTION AUX LECTEURS :

La tenue du Canadien de Montréal en séries éliminatoires influence-t-elle votre humeur?

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires