Lili-Anne Gagnon, poète à 10 ans

Photo de Frank Rodi
Par Frank Rodi
Lili-Anne Gagnon, poète à 10 ans

Soirée Harpe et poésie

Encore une fois cette année, Lili-Anne Gagnon participera à la Soirée Harpe et poésie, le 26 avril prochain. Devant un large public, la Grandbasiloise fera la lecture de ses poèmes Automne et Plume d’espoir.
À l’âge de 10 ans, « mais bientôt 11 », Lili-Anne Gagnon en sera à une cinquième présence à la Soirée Harpe et poésie.

« J’adore écrire des poèmes! C’est une passion pour moi. J’aime aussi partager mes poèmes avec les gens; ça me permet de démontrer toute ma créativité. » – Lili-Anne Gagnon

En entrevue avec le Journal de Saint-Basile, la jeune fille parle d’une passion. « J’adore écrire des poèmes! C’est une passion pour moi. J’aime aussi partager mes poèmes avec les gens; ça me permet de démontrer toute ma créativité. C’est très amusant! » de mentionner Lili-Anne Gagnon.
Pour elle, les poèmes sont gages d’émotions, d’imagination, de beauté, de création. « J’écris pour le plaisir, comme ça, quand j’en ai envie, quand ça me tente. »
Lors de sa première prestation à l’événement culturel, à cinq ou six ans, elle se souvient d’avoir partagé avec l’assistance Lumière, « un poème triste, qui parlait d’amour ». Elle se rappelle qu’à l’époque, elle était très nerveuse devant cette première lecture, ce qui ne l’a pas empêchée de recommencer les années suivantes. « Le trac revient chaque fois. Parce qu’il y a beaucoup de gens que je ne connais pas dans le public. Je suis nerveuse, mais j’ai quand même hâte à la Soirée Harpe et poésie. C’est un bon trac! »
Un stress qui est moins grand lorsqu’elle se présente en classe pour des exposés oraux. « Le public est différent. Je le connais parce que ce sont mes amis. »
Lili-Anne est la grande sœur de Marie-Thaïs Gagnon, décédée en 2012 des suites d’une leucémie lymphoblastique. Elle était âgée de 2 ans et 11 mois. Il y a quelques années, Lili-Anne avait récité un poème en son hommage. « Je pensais à elle. »
Fait à ne pas négliger, quant à la Soirée Harpe et poésie, Lili-Anne souligne qu’il s’agit de la seule tribune, le seul endroit de la région qui lui permet de lire ses poèmes à un auditoire. « C’est important », ajoute-t-elle.

Écrire des poèmes

Bien qu’elle ait la plume facile, la poète évoque qu’elle ne s’en tient qu’aux poèmes, qui lui permettent de développer son imagination. Elle n’a jamais pensé écrire de courtes histoires, de pièces de théâtre ou autres formes littéraires. Pour un seul texte, elle peut parfois mettre des semaines, parfois quelques minutes. « Peu importe le temps que je passe sur un poème, j’y mets toujours des efforts! » avance celle qui lit notamment la série de livres Comment dresser votre dragon de Cressida Cowell et la bande dessinée Les Légendaires. Quand on lui demande si elle a un conseil à donner aux jeunes qui commencent à rédiger des poèmes, Lili-Anne répond : « Il suffit d’écrire comme si c’était une histoire racontée à des enfants. »
Elle compte participer à la Soirée Harpe et poésie encore plusieurs années.

QUESTION AUX LECTEURS :

Avez-vous un talent particulier?

Partager cet article

1
Laisser un commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
Benjamin Recent comment authors
  S'inscrire  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Benjamin
Guest
Benjamin

Bel article sur ma fille Lili-Anne, ma poétesse, avec mention de mon bébé Marie-Thaïs. Merci pour cet article.