Les jeunes, nos jeunes, vos jeunes : bonjour l’adversité!

Les jeunes, nos jeunes, vos jeunes : bonjour l’adversité!
Mélodie Georget, coordonnatrice à la MDJ La Butte. (Photo : archives)

Chronique jeunesse

Quand j’ai commencé mon mandat à la Maison des jeunes (MDJ) La Butte de Saint-Basile, en septembre dernier, je croyais que le pire était derrière nous; que les ados, les miens comme les autres, avaient passé un bel été dehors, qu’ils allaient bien, qu’ils allaient se remettre de cette période de confinement. Une rentrée scolaire en partie à la maison derrière l’écran, ça voulait dire plus de temps de sommeil le matin, non?

Un texte de Mélodie Georget

Coordonnatrice MDJ La Butte / infomdj@labutte.org

Pourtant, ma rencontre avec les jeunes qui fréquent la MDJ a été de courte durée. Le lendemain de la seule soirée où j’ai pu les voir entrer dans le local avec leurs grandes jambes, leurs drôles de voix et leurs mines attachantes, on a dû annoncer la fermeture de notre installation. Nous sommes donc passés en mode virtuel. C’est-à-dire qu’on essaie, tant bien que mal, de maintenir un lien avec la petite bande à distance.

Quand j’entrevois un peu leur visage entre un écran de Minecraft et une partie de League of Legends, je vois des jeunes isolés, l’air fatigué, démotivés. Je devine des enfants stressés, des devoirs non faits, des lits défaits, des chambres et des vies éparpillées.

On parle beaucoup entre adultes des difficultés de communications en télétravail, faire des rencontres sur Zoom, des formations sur Skype ou des appels conférences tous les jours. Mais ce n’est rien, vraiment. Avez-vous déjà entendu parler de Discord?

Moi je n’en soupçonnais pas l’existence avant le 10 septembre précisément. À tous ces petits obstacles à des relations humaines chaleureuses, ajoutez des jeux vidéo hyper-rapides aux images saturées, des pseudonymes et des caméras fermées. Vous voyez l’univers? Les activités organisées? Oh, j’ai bien essayé mais ça a fait patate. J’ai compris que dans leurs vies, tout est déjà assez déterminé, on ne fournira pas un effort de plus, merci madame. Mais ce n’est pas grave, on est là pareil, certains plus à l’aise que d’autres dans les univers parallèles.

Une chance que je côtoie nos jeunes animateurs, ceux qui travaillent à la Maison des jeunes La Butte, qui sont eux-mêmes aux études et qui font du mieux possible pour concilier tout ça.

Lucas, Rose et Guillaume, c’est le superbe trio qui fait le cœur de la MDJ La Butte. D’eux aussi, on tente de prendre soin, parce que ce sont eux qui sont là chaque soir pour vos jeunes.

Sans oublier un directeur en or qui navigue dans l’adversité tel un maître Donjon et Dragon. Comment ne pas saluer le courage de toutes ces directions d’organismes communautaires qui mènent à bout de bras des organisations dont le financement, d’une année à l’autre, n’est même pas assuré? Bonjour l’adversité!

Bref, les jeunes, nos jeunes, vos jeunes ne vont pas super bien, mais ils ne sont pas seuls. Nous sommes là en ligne tous les soirs ou presque et le samedi après-midi.

Sur la plateforme Discord, le Facebook, au téléphone, ou dehors s’il le faut. Juste là, pas loin, aussi longtemps qu’il le faudra.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires