Les États-Unis pour Matthew Maltais

Photo de Frank Rodi
Par Frank Rodi
Les États-Unis pour Matthew Maltais
Matthew Maltais, dans l'uniforme vert des Gaulois, ira jouer aux États-Unis. (Photo : courtoisie)

Hockey

Le joueur de hockey Matthew Maltais a été sélectionné par les Stars de Lincoln lors de la phase 1 du repêchage de la United States Hockey League (USHL). Le Grandbasilois, choisi en 8e ronde (113e choix au total), poursuivra sa carrière aux États-Unis.

 La USHL, niveau le plus élevé du hockey junior aux États-Unis, est l’équivalent de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ). Avec cette sélection, Matthew Maltais s’assure d’un séjour de deux ans dans le midwest américain, lorsqu’il sera âgé de 17 et 18 ans. Il sera ensuite admissible au repêchage de la Ligue nationale de hockey (LNH). La franchise des Stars de Lincoln se trouve dans le Nebraska et évolue au sein de la division ouest de la USHL. « C’était un repêchage très important pour moi. Parce qu’à la fin de la dernière saison, nous avons pris la décision, avec mes parents et mon agent, d’aller jouer au hockey du côté américain. Je souhaitais me faire choisir. Lincoln est un bon endroit. Ils m’ont contacté et j’ai fait mes recherches aussi. Je suis très content! », assure Matthew Maltais, en entrevue avec Les Versants.

Avec le choix d’un cheminement aux États-Unis, la famille aura aussi décliné toutes offres provenant des formations de la LHJMQ. Matthew Maltais ne sera donc pas du Repêchage 2020, les 5 et 6 juin. Or, une douzaine de clubs ont déjà démontré leur intérêt pour l’attaquant. « Nous n’avons rien contre la LHJMQ. C’est un très bon circuit dans lequel j’ai joué pendant quatre ans, explique le père de Matthew, Dominic Maltais. J’ai beaucoup de respect pour cette Ligue. Le choix a été déchirant pour mon fils. »

Mais selon lui, l’une des organisations du Circuit Courteau prendra tout de même le risque de sélectionner Matthew, avec la mission de convaincre l’adolescent de revenir sur sa décision. « Il sera quand même repêché, assure Dominic Maltais. Quelqu’un va prendre une chance. Je respecte ça. C’est une belle Ligue, et les équipes essaient de conserver les Québécois ici. Cette pression-là est normale! »

Le cas Mikael Huchette

Un cas qu’a aussi vécu un joueur de Beloeil évoluant avec les Gaulois de Saint-Hyacinthe, Mikael Huchette, pas plus tard que l’année dernière. Il s’agit d’un très bon ami de Matthew. Un choix de 2e ronde (29e au total) selon la liste de la LHJMQ en vue du Repêchage, Mikael Huchette aura finalement été choisi par les Remparts de Québec au 5e tour (83e au total). Or, le joueur de hockey avait annoncé aux équipes de la LHJMQ son désir de jouer et joindre la NCAA aux États-Unis car plusieurs universités lui avaient signalé de l’intérêt. Malgré le fait qu’il ait annoncé ses couleurs par respect aux équipes, il a été sélectionné par les Remparts de Québec. « Le lendemain, cordialement, Patrick Roy [le directeur général des Remparts] lui-même a souhaité la bienvenue à Mikael. Il a évidement souligné son désir de rencontrer la famille pour comprendre et influencer le choix de Mikael », nous partage son père, Sylvain Huchette. Mikael aura finalement été repêché par les Black Bears, aux États-Unis, et poursuivra ensuite sa carrière avec l’université du Maine.

Pour Matthew Maltais, il confirme que sa « décision est définitive » et qu’il prendra le chemin américain pour bonifier son développement. Au lieu d’un séjour de quatre années dans la LHJMQ, le hockeyeur opte pour six ans dans la structure américaine avant, peut-être, d’aboutir dans la LNH.

Déjà une entrée au Nebraska

En effet, parce que l’année dernière, alors qu’il avait 14 ans et n’avait pas encore entamé sa première saison midget AAA avec les Gaulois de Saint-Hyacinthe, le centre de 160lb a signé une entente avec l’université du Nebraska, à Omaha, pour un début lors de la campagne 2023-2024. Il est déjà promis à poursuivre sa carrière dans la NCAA Division 1. Matthew Maltais obtiendra une bourse d’études et endossera donc l’uniforme des Mavericks d’Omaha, où il pourra évoluer de 19 à 22 ans après son passage junior. « Disons que Mikael et Matthew sont privilégiés car peu de jeunes de cet âge se font offrir des full schoolarship pour la NCAA Division 1. Les université recrutent les joueurs plus vers 19 ans », témoigne Dominic Maltais.

M. Maltais partage sa joie de voir son fils s’en aller aux États-Unis : « En tant que parents, nous sommes extrêmement fiers de lui. Nous appuyons ses décisions et nous le soutenons, lui. C’est beaucoup de sacrifices pour la famille, mais c’était son rêve depuis qu’il jouait novice à l’aréna de Saint-Basile-le-Grand. Si jamais ça ne fonctionne pas à 21 ou 22 ans, Matthew sortira de là avec un papier », souligne son père.

 Pour les études, celui dont la COVID-19 a brusquement cessé son parcours en 4e secondaire est encore incertain de la suite. Il en parle fréquemment avec sa mère. « J’aimerais peut-être devenir journaliste sportif, ce qui me permettrait de garder un contact avec le hockey », partage Matthew Maltais.

Le jeune homme a 15 ans. Il soufflera ses 16 chandelles en septembre prochain. Pour le calendrier 2020-2021, il doit encore choisir entre deux options. Soit celle d’amorcer une deuxième saison midget AAA avec les Gaulois de Saint-Hyacinthe ou bien accepter une année à Kimball Union Academy, une école privée du New Hampshire, en Nouvelle-Angleterre. Le flou qui persiste autour de la reprise des sports collectifs comme le hockey fait en sorte que Matthew a encore environ un mois pour rendre sa décision.

Partager cet article

1
Laisser un commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
0 Comment authors
Recent comment authors
  S'inscrire  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
trackback

[…] les plans de la famille, et le journal en avait relaté l’histoire dans sa publication du 27 mai, sont de poursuivre aux États-Unis la carrière de Matthew […]