Les bibliothèques pour étudier

Photo de Frank Rodi
Par Frank Rodi
Les bibliothèques pour étudier
À la bibliothèque de Saint-Bruno, des tables d’étude sont mises à la disposition des étudiants. (Photo : courtoisie )

Enseignement à distance

Malgré un resserrement des mesures de confinement, il demeure quelques exceptions, comme les bibliothèques. Le service de prêt sur réservation se poursuit, mais aussi, cette fois, celles-ci ouvrent leurs portes aux étudiants en quête d’un endroit pour effectuer des travaux.

En zone rouge, la formule en alternance est obligatoire pour les élèves de 3e, 4e, et 5e secondaire. C’est-à-dire l’enseignement hybride, ou une journée sur deux à l’école. Pour les cégépiens et les universitaires, les cours se déroulent à distance depuis l’automne.

Dans ces circonstances, le gouvernement de François Legault permet maintenant aux étudiants de fréquenter les bibliothèques publiques pour des motifs scolaires. « Il sera possible d’aller étudier dans les bibliothèques pour permettre aux étudiants d’avoir accès à Internet haute vitesse et à des espaces pour travailler », déclarait M. Legault en conférence de presse le 6 janvier.

« Pour des étudiants, il y a peu d’endroits propices à l’étude en ce moment. » -Justine Lamoureux

L’Association des bibliothèques publiques du Québec (ABPQ) n’a pas tardé à réagir à cette annonce dans un communiqué. « Cette décision du gouvernement priorise l’éducation au sein de notre société et les bibliothèques publiques sont heureuses de jouer leur rôle social en fournissant des ressources à la communauté étudiante qui doit suivre un enseignement à distance. La clientèle des élèves et des étudiants aura donc accès aux postes informatiques ainsi qu’aux places assises, comme les fauteuils de lecture et les tables de travail afin d’étudier ou de suivre ses cours en ligne. »

Avec l’annonce de Legault, la directrice générale de l’ABPQ, Ève Lagacé, évoque « l’opportunité de mettre en valeur notre rôle social en soutenant notre communauté dans des moments difficiles ».

Bibliothèque de Saint-Bruno

« La nouvelle nous a tous pris par surprise!, déclare la chef de division de la bibliothèque municipale de Saint-Bruno, Justine Lamoureux. Mais aujourd’hui, je comprends mieux les intentions de M. Legault. »

En entrevue avec Les Versants, Justine Lamoureux fait référence au message que la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ) souhaitait faire passer avant le début de la session d’hiver : « Ouvrez vos caméras! » Mme Lamoureux précise : « C’est une réalité. Pour des étudiants, il y a peu d’endroits propices à l’étude en ce moment. La caméra qui demeure fermée… essentiellement, il peut y avoir diverses raisons. Ça bouge beaucoup autour. Les parents sont derrière. Des jeunes suivent leurs cours dans leur lit. En temps de confinement, la bande passante est très sollicitée dans les foyers… Ce n’est pas par hasard que le gouvernement demande aux bibliothèques scolaires de rouvrir; il y a un alignement stratégique. »

Depuis le 11 janvier, la bibliothèque de Saint-Bruno a accueilli une trentaine d’étudiants qui se sont prévalus de cette doléance de Québec. La chef de division précise qu’il s’agissait bien d’étudiants – des cégépiens et des universitaires –, pas des élèves. Ces étudiants peuvent avoir autant 20 ans que 45. Rappelons que les enfants du primaire sont revenus en classe, à temps plein, le 11 janvier dernier. « C’est un service que nous offrons aux élèves et aux étudiants de tout âge en temps de COVID. Ils peuvent aussi arriver avec leur portable, leur tablette. Nous souhaitons recevoir une haute fréquentation », affirme Mme Lamoureux.

La bibliothèque de Saint-Bruno donne accès à 15 espaces de travail, incluant les postes informatiques. Seuls 25 usagers sont permis à l’intérieur de l’endroit. Jusqu’au 8 février, l’horaire est le suivant : du lundi au vendredi, de 9 h à 19 h 30, samedi et dimanche, de 12 h à 17 h. L’horaire a été bonifié, nous a confirmé Justine Lamoureux, notamment en fonction du couvre-feu.

Bibliothèque Roland-LeBlanc

La bibliothèque Roland-LeBlanc, à Saint-Basile, est accessible aux étudiants grandbasilois (carte étudiante et carte de la bibliothèque requises) lundi, mercredi, vendredi et samedi de 13 h à 17 h, et les mardi et jeudi de 13 h à 19 h. Sept espaces de travail et deux postes informatiques sont proposés. Ces tables de travail sont accessibles pour une période de deux heures consécutives et sous réservation au préalable (450 461-8000, poste 8500). Les demandes doivent être faites 24 h à l’avance.

À Saint-Basile, « aucun élève n’est venu pour travailler à la bibliothèque depuis l’ouverture », souligne la directrice de la bibliothèque, France Goyette. Tout de même, des mesures ont été prises afin de réagir à la décision du gouvernement. « Depuis la dernière fermeture de la bibliothèque aux citoyens, les employés sont sur place afin d’offrir le service de prêt sans contact. Nous avons beaucoup de demandes pour ce service, rappelle France Goyette. L’ouverture de la bibliothèque pour les étudiants n’a pas entraîné de changement d’horaire, puisque les employés étaient déjà sur place pour assurer la cueillette des prêts. Par contre, un surveillant d’activité sera affecté sur les lieux afin de s’assurer de la désinfection des stations de travail. » C’est aussi le cas à la bibliothèque de Saint-Bruno; une réorganisation des tâches a été nécessaire afin de respecter les règles sanitaires.

Bibliothèque de Sainte-Julie

Quant à la bibliothèque de Sainte-Julie, quelques tables sont à la disposition des étudiants qui veulent étudier ou faire des travaux seuls. Ceux-ci doivent réserver la veille ou le jour même et présenter une carte étudiante valide pour en profiter. Plus de renseignements : 450 922-7070.

Or, l’autorisation gouvernementale accordée aux étudiants semble trop peu connue pour le moment. « Le nombre d’étudiants n’est pas très élevé pour l’instant. Seulement six personnes ont utilisé le service depuis le début, [le 11 janvier], d’âge universitaire », note la coordonnatrice aux communications à Sainte-Julie, Julie Martin. Les lieux offrent aux usagers étudiants 18 tables ainsi que deux postes informatiques. « Nous avons modifié les horaires en raison du couvre-feu, mais la quantité de personnel reste la même, car nous étions déjà ouverts pour le prêt sans contact », ajoute Julie Martin.

Concernant la participation, la Ville de Sainte-Julie a constate que les débuts de session sont normalement plus tranquilles pour l’utilisation des salles d’études. « En effet, l’université a commencé récemment et le cégep, il y a seulement quelques jours. Chaque session, les étudiants fréquentent davantage la bibliothèque plus tard dans la session, lorsque les travaux commencent ou à l’approche des périodes d’examens », fait savoir Julie Martin.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires