Cheerleaders des Alouettes : l’équipe se reforme à Saint-Bruno-de-Montarville

Photo de Frédéric Khalkhal
Par Frédéric Khalkhal
Cheerleaders des Alouettes : l’équipe se reforme à Saint-Bruno-de-Montarville
La sélection de l’équipe de des Alouettes de Montréal s’est déroulée à Saint-Bruno-de-Montarville. (Cynthia Cianciusi/Alouettes de Montréal)

Le 29 février se tenait à Saint-Bruno-de-Montarville les auditions de l’équipe de cheerleaders des Alouettes de Montréal.

Ce sont 125 athlètes qui se sont présentés samedi dernier au local des Flames Cheerleading à Saint-Bruno-de-Montarville. L’objectif, entrer dans la formation restreinte des cheerleaders des Alouettes de Montréal.

L’équipe du jury faisant partie de l’organisation a jugé les performances en danse et dans une phase plus acrobatique des participants. Les danseuses ont été évaluées sur une chorégraphie enseignée aux participants à leur arrivée. Pour la partie plus acrobatique, les candidats ont été sélectionnés sur leur qualité de pyramides, projections et cascades.

L’organisation des cheerleaders des Alouettes, il y a moins d’un mois, pensait ne pas pouvoir tenir cet événement.

« Il y a eu des appels, des courriels et même une pétition de 6000 à 7000 noms qui ne voulaient pas nous voir quitter le stade Percival-Molson. » – Annie Larouche

Sauvée par les fans

« On peut dire maintenant que l’équipe des cheerleaders des Alouettes de Montréal n’est pas près de disparaître », explique Annie Larouche, directrice de l’organisation qui était dans les locaux des Flames à Saint-Bruno-de-Montarville pour sélectionner la formation 2020.

Il faut dire que le 5 février, la nouvelle administration des Alouettes de Montréal annonçait la disparition des meneuses de claque pour les saisons à venir. Mme Larouche a été ravie de la réaction du public qui s’en est suivie : « Une mobilisation sans précédent a fait que le 10 février, nous étions de retour. Nos partisans ont fait la différence. Il y a eu des appels, des courriels et même une pétition de 6000 à 7000 noms qui ne voulaient pas nous voir quitter le stade Percival-Molson. Cela a été une véritable vague d’amour. »

Quelques concessions ont dû cependant être prises entre le gérant du club de football et l’équipe de Mme Larouche. C’est ainsi que les plus fidèles partisans pourront constater que même si la formation ne disparaît pas, l’équipe de cheerleaders des Alouettes de Montréal passera de 32 à 24 membres.

« Il y a plusieurs personnes qui quittaient l’équipe pour des raisons personnelles. Elles ne seront pas remplacées. » Malgré ce petit désagrément, Mme Larouche semble tout à fait heureuse de poursuivre l’aventure et de préparer ses athlètes à la prochaine saison.

Le 9 mars, les répétitions commenceront pour la nouvelle formation à un rythme d’une à deux fois par semaine avant de se lancer dans l’arène, le 6 juin, alors que les Alouettes de Montréal affronteront les Argonauts de Toronto.

Au moment d’écrire ces lignes, il n’était pas possible de savoir s’il y avait eu des athlètes de la région qui avaient été sélectionnés.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des