L’engouement de la patinoire maison

Photo de Frank Rodi
Par Frank Rodi
L’engouement de la patinoire maison
Les enfants de Tracy McGill profitent de leur patinoire maison. (Photo : courtoisie)

L’engouement pour les patinoires extérieures aménagées à la maison prend de l’ampleur depuis quelques années, et cet hiver ne fait pas exception, pandémie oblige. Un enthousiasme qui a atteint les cours arrière de notre territoire.

Stéphane Kirouac orchestre un site Internet et son groupe de réseau social, sur lesquels il dresse les outils et les astuces pour bâtir – et réussir – sa propre patinoire maison. Lui aussi, l’engouement, il le constate. « [Aujourd’hui], 5814 membres sont inscrits et ça n’arrête pas… J’avais 819 membres en septembre 2020 », répond-il au journal Les Versants.

Selon M. Kirouac, il y aurait actuellement une quinzaine de patinoires extérieures établies dans notre zone qui sont inscrites sur son site. Les plus récentes statistiques font état de plus de 1145 glaces répertoriées au Québec et au Canada. Quand on lui demande comment il explique cet engouement pour ce loisir, celui-ci évoque la pandémie, « c’est certain ». Mais il y a aussi autre chose, d’après lui, qui concerne l’activité physique. « Le goût de faire bouger les enfants, les ados et les adultes durant ces moments difficiles », mentionne Stéphane Kirouac.

« C’est, de loin, le meilleur investissement que nous aurions pu faire pour eux et leurs passions. » -Tracy McGill

Des patinoires de cour arrière

« C’est la troisième année que nous construisons une patinoire dans notre cour », amorce Tracy McGill. La famille de cinq compte trois enfants, dont deux joueurs de hockey ainsi qu’une patineuse artistique. Trois jeunes qui ont été contraints, au cours des derniers mois, de mettre leurs sports préférés sur pause en raison des restrictions sanitaires. « Nous avons vu leurs cœurs brisés alors qu’ils ont dû renoncer à une grande partie de leurs saisons d’entraînement, rappelle Mme McGill. Comme pour tous, la pandémie leur a demandé beaucoup de sacrifices, mais nous étions déterminés à ne pas laisser leurs passions disparaître pour autant. Nous avons donc décidé de construire notre plus belle patinoire à date! » Un projet familial auquel tout le monde a participé.

C’est la passion du hockey qui a poussé David Auprix à aménager une patinoire dans sa cour arrière. Il est entraîneur pour l’équipe de son fils et directeur de niveau à l’Association du hockey mineur de Saint-Bruno. Pour eux, les activités sportives ont cessé depuis plusieurs semaines. « J’ai le hockey dans le sang!, dira-t-il en entrevue avec le journal. Même encore à 40 ans, je joue deux ou trois fois par semaine. C’est bon autant pour ma santé physique que mentale. » Après une première surface glacée sans bande préparée l’année dernière, le père de famille s’est impliqué davantage cette année afin de bonifier sa patinoire : bandes, clôture, peinture, logos, éclairage, filets de hockey, toile… Cette dernière, installée solidement, permet notamment de conserver l’eau en cas de redoux.

Souvenirs pour la vie

Pour Stéphane Kirouac, avoir une patinoire dans sa cour, c’est « profiter de moments exceptionnels en famille et des souvenirs pour la vie, pour les jeunes et les moins jeunes ». Il poursuit : « Je dis souvent que ceux qui fabriquent des patinoires sont des bâtisseurs de souvenirs. C’est aussi faire revivre la tradition de jouer au hockey à l’extérieur, car jouer dehors l’hiver, c’est la santé! »

Des propos que corrobore aussi David Auprix. « Aujourd’hui, ce n’est pas long que les enfants deviennent sédentaires avec les Netflix, les jeux vidéo et tout ce qui s’offre à eux. Notre patinoire, on en profite. C’est vraiment une passion qui nous permet de s’exercer, de faire de l’activité physique. C’est une activité qui nous procure du bien-être. »

Normalement, son fils s’adonne au hockey et sa fille joue au hockey et à la gymnastique. Ces activités ont cessé avec la COVID-19. La patinoire à la maison permet aussi de conserver les acquis, l’amour du sport, l’expérience… « La courbe de leur développement, leur évolution… tout ça se poursuit », ajoute-t-il.

Tracy McGill renchérit : « Dire que nos enfants en ont profité serait un euphémisme. La glace était prête à être utilisée dès le 15 décembre, et nous n’avons pas regardé en arrière depuis. Chaque jour, ils passent des heures à jouer, à s’entraîner et à s’amuser. C’est, de loin, le meilleur investissement que nous aurions pu faire pour eux et leurs passions. »

D’ailleurs, Mme McGill conseille à tous ceux qui souhaitent construire une patinoire maison de ne pas hésiter. « Qu’ils soient grands ou petits, les sourires et les souvenirs de famille dureront toute la vie! »

QUESTION AUX LECTEURS :

Avez-vous profité du confinement pour aménager votre patinoire extérieure?

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires