Le projet sportif de Martin Fabre

Photo de Frank Rodi
Par Frank Rodi
Le projet sportif de Martin Fabre
Quelque 130 jeunes, au total, se sont adonnés aux matchs de la Ligue de hockey de la Mosaïque cette année. (Photo : courtoisie)

Martin Fabre est responsable de la Ligue de hockey de la Mosaïque depuis une douzaine d’années. Un succès qui se reflète auprès des élèves de l’école primaire de la Mosaïque, à Saint-Basile-le-Grand.

Quelque 130 élèves de la 4e à la 6e année et de deux classes en adaptation scolaire ont enfilé les différentes couleurs de la Ligue de hockey de la Mosaïque (LHM) cette année.

De ce nombre, une quarantaine de filles se sont donné rendez-vous dans le gymnase de l’établissement scolaire pour jouer au hockey avec leurs camarades masculins. Une fierté pour le professeur d’éducation physique Martin Fabre. À propos de la LHM et des jeunes qui y adhèrent, celui-ci parle d’un sentiment d’appartenance.

En entrevue avec le Journal de Saint-Basile, Martin Fabre confie qu’il apprécie se consacrer à ce projet. « J’aime faire ça! J’aime le hockey. Personnellement, c’est un rêve que je voulais réaliser lorsque j’ai commencé dans l’enseignement. En tant qu’enseignant, il y a de ces projets auxquels on aime donner de son temps », raconte Martin Fabre.

« En tant qu’enseignant, il y a de ces projets auxquels on aime donner de son temps. » – Martin Fabre

Avec les années, le responsable a bonifié l’activité, qui propose des cartes de hockey identifiées aux jeunes, des trophées remis aux meilleurs dans certaines catégories, une page Facebook privée pour les parents, des vêtements à l’effigie de la LHM, des diffusions des matchs en direct sur les réseaux sociaux… « Je la fais évoluer graduellement, d’une année à l’autre. Cette année, c’est devenu gros! », reconnaît-il.

À l’école primaire de la Mosaïque, le hockey Cosom occupe une place spéciale. Depuis plus de 10 ans. Une visite à l’intérieur de l’école nous fait rapidement comprendre que la LHM fait la fierté de tous. Le mur du couloir qui mène au gymnase est dédié aux exploits des jeunes hockeyeurs. On y retrouve les plus récents élèves intronisés au Temple de la renommée, comme Emma Jenkins, Matthis Azadaly, Evlyn Rebmann ou encore Derek Dalpé. La bannière noire de la LHM y est aussi accrochée. Puis, un peu plus loin, les résultats des plus récentes séries éliminatoires sont affichés. Cette année, les Flames ont soulevé la coupe durant la session hiver 2022; les Rangers ont remporté les grands honneurs de la saison d’automne 2021. À l’intérieur du gymnase, le logo de la LHM est peint sur le mur. Il suffit de soulever les yeux pour apercevoir les bannières des équipes gagnantes des dernières années.

Même si la LHM s’adresse seulement aux élèves de 4e, 5e, 6e année et aux enfants de deux classes en adaptation scolaire, le projet fait la fierté de toute l’école. Il faut être sur place le jour d’une partie pour le constater.

Martin Fabre poursuit : « Je vois tout le bien que ça apporte à la communauté. Aux enfants, aux parents, au personnel de notre établissement scolaire. Ça crée un gros sentiment d’appartenance pour tous ces gens. C’est apprécié », raconte le maître d’œuvre derrière le projet.

Pour la directrice de l’école de la Mosaïque, Isabelle Fiset, la LHM est un projet « hyper-rassembleur ». Au journal, elle mentionne : « Martin est là pour les bonnes raisons, pour les jeunes. Pour que les élèves puissent s’amuser. Le projet de la LHM, c’est une grande fierté. »

Pour Martin Fabre, les meilleurs commentaires proviennent souvent des parents. Des parents qui partagent avec l’enseignant qu’il est hors de question pour les joueurs de hockey Cosom de manquer un jour de match.

Ou encore des adultes surpris d’entendre leur fille demander un bâton de hockey sous le sapin pour Noël. « Faire partie de la LHM, c’est une source de motivation. Les enfants ont envie d’être à l’école, de faire partie du mouvement. »

L’objectif est simple, donner le goût de bouger aux enfants. « Le but, ce n’est pas de jouer au hockey, mais de rester actif. Le hockey-balle, c’est le moyen que moi, j’ai trouvé. Quand j’entends que les jeunes continuent de faire du sport au-delà de la LHM, qu’ils s’adonnent à l’exercice et qu’ils conservent de saines habitudes de vie, pour moi, c’est mission accomplie! », de conclure le professeur d’éducation physique.

QUESTION AUX LECTEURS : Quels souvenirs vos enfants conservent-ils de la LHM?

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires