Le projet de Sovima définitivement bloqué par Saint-Bruno

Photo de Gabriel Provost
Par Gabriel Provost
Le projet de Sovima définitivement bloqué par Saint-Bruno
C'est dans le secteur délimité en rouge que le projet de M. Latendresse était prévu. (Photo: capture d'écran)

Le projet immobilier de Sovima, prévu sous la forme d’un bloc d’appartements locatifs sur plusieurs étages près du centre-ville, a été définitivement bloqué par la Ville de Saint-Bruno.

C’est l’information qui a été transmise sur les réseaux sociaux le 11 janvier par le maire, Ludovic Grisé Farand. En entrevue avec le journal Les Versants, l’élu a notamment indiqué que « le zonage actuel c’est habitation unifamiliale et on entend le garder ainsi. J’ai dit au directeur général de contacter le promoteur et de lui dire qu’on fermait la porte définitivement à ce projet-là pour être vraiment clairs et éviter qu’il réessaie dans quelques années. »

Le promoteur avait d’ailleurs tenté une première fois en 2017 de faire un tel projet, qui avait connu une fin abrupte en raison d’une forte mobilisation citoyenne. Le nouveau projet aurait été construit dans le quadrilatère formé par les rues Huet, Landsdowne, Rabastalière Ouest et Rigaud, près du centre-ville de Saint-Bruno. Or, comme en 2017, les résidants du secteur n’étaient pas en accord avec la réalisation du projet.

«Excellente nouvelle »

Maurice Mousseau fait partie de ces résidants. Contacté par le journal, ce dernier a mentionné que le fait que le projet ne se réalise pas est « une excellente nouvelle », ajoutant que le zonage dans ce secteur de la ville n’est de toute manière « pas fait pour [un tel projet] ». M. Mousseau indique que son point de vue n’a pas changé depuis 2020, année où Sovima a tenté de remettre son projet de l’avant.

Afin d’être en mesure de réaliser le développement, le promoteur avait tenté d’approcher les propriétaires des résidences du quadrilatère pour les racheter et éventuellement installer un complexe de logements sur ces terrains. Il avait par ailleurs réussi à obtenir l’une des résidences- le 169 chemin de la Rabastalière Ouest- dans l’espoir de pouvoir racheter les autres qui auraient été nécessaires à la construction du projet.

« J’ai dit au directeur général de contacter le promoteur et de lui dire qu’on fermait la porte définitivement à ce projet-là »

-Ludovic Grisé Farand

Densification

Alors que le promoteur, Martin Latendresse, tentait de remettre son projet de l’avant en 2020, le journal Les Versants l’avait contacté. À l’époque, il disait se considérer comme un « grand environnementaliste ».

L’homme indiquait également qu’un refus de la part de la Ville lui semblait absurde, alors que les municipalités doivent densifier les milieux à proximité des centres-villes. « Tout le monde parle du fait qu’il faut être capable de densifier près des commerces. […] Ce que je trouve agréable, c’est quand les gens peuvent aller faire leurs courses à pied ».

En lien avec ce point de vue sur la densification, M. Grisé indique pour sa part ne pas être en accord avec les politiques qui demandent la densification des municipalités de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM). « Quand vous arrivez dans une ville comme Saint-Bruno, où il y a beaucoup de maisons, d’arbres et un caractère villageois qu’on doit respecter, la densification se prête beaucoup moins. »

Même s’il indique que sa vision est de garder le centre-ville de Saint-Bruno et les quartiers qui l’entourent à échelle humaine, M. Grisé mentionne que l’administration n’est pas contre tous les projets immobiliers. « Nous, on voit la densification dans le secteur près des Promenades. Il y a d’ailleurs un projet qui devrait se réaliser sur les terrains derrière le Walmart. À cet endroit-là, ça ne va déranger personne, ça ne détruira pas de boisés et ça va faire en sorte qu’on va pouvoir respecter nos ratios dictés par la CMM », dit le maire.

Les citoyens décident

Cette décision transmise par l’élu montarvillois semble s’inscrire dans une tendance à vouloir faire en sorte que Saint-Bruno garde un caractère plutôt villageois. À la première séance du nouveau conseil municipal, un choix devait être fait à savoir s’il fallait ou non délivrer un permis de démolition au promoteur Brendan O’Dowd. Ce dernier l’aurait utilisé pour démolir deux résidences unifamiliales et réaliser son projet de logements abordables Evo, aux adresses 91 et 93 du chemin de la Rabastalière Est.

Depuis son élection, l’administration Grisé a également créé une réserve foncière au cœur de la ville de Saint-Bruno afin d’avoir la possibilité d’empêcher que des développements immobiliers à forte densité ne soient installés au cœur de la ville. Ce changement au plan d’urbanisme pourrait entre autres donner l’occasion d’agrandir la Place du village et de réaliser le projet de logements sociaux de la Société d’habitation Le Paillasson. Le maire avait déclaré en présentant cette décision que « ce sont les citoyens qui vont décider du développement de Saint-Bruno et non les promoteurs ».

Au moment de publier ces lignes, Martin Latendresse n’avait pas encore répondu à la demande d’entrevue du journal Les Versants.

Que pensez-vous de cette décision de la Ville de Saint-Bruno?

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
2 Commentaires
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Lise Senecal
Lise Senecal
12 jours

C’est une très bonne décision. Bravo!

Timo Ketelle
Timo Ketelle
12 jours

c’est vraiment bien on peut tu avoir une ville avec des arbres, le respect ..arrêtez de tous Petez et de nous faire croire que ces pour votre côté urbaniste.. connerie c’est plus pour enrichir votre portefeuille..
Et de construire des appartements avec des matériaux cheap!!