Le point de vue des organismes sur l’importance des médias locaux

Le point de vue des organismes sur l’importance des médias locaux
(Photo : archives)

Semaine nationale des journaux

Le journal Les Versants a contacté divers organismes de la région, communautaires, culturels et sportifs, afin d’obtenir leur opinion concernant l’importance des médias locaux.

« Pour le Club de la Gerbe dorée, il faut dire que le journal local est très important afin de communiquer nos activités; plusieurs de nos membres les plus âgés n’ont pas d’ordinateur. Alors, le seul contact que j’ai pour leur annoncer les activités du Club est le journal. Depuis 2013, je communique avec [le journal local] toutes les semaines afin de transmettre les nouvelles du Club à au moins 40 % des membres qui n’ont pas d’ordinateur. Nous avons un très bon service des journaux locaux en général pour transmettre nos messages et je vous en remercie mille fois. C’est très apprécié. J’espère que nous conserverons les journaux locaux afin de renseigner les personnes qui n’ont que ce moyen de lecture. Bonne chance dans vos entreprises! » – Carmen Lacombe, Le Club de la Gerbe dorée

« Je crois [que les médias locaux] sont très importants. Nous en avons besoin pour nous tenir informés des actualités locales, ce dont les médias provinciaux ne se préoccupent pas. Sans média local, on ne pourrait pas partager les nouvelles « locales » de notre organisme afin d’informer la population de ses activités et de ses œuvres. » – Yves Blais, Club Richelieu Saint-Bruno

« Les médias locaux servent à véhiculer l’information sur tout ce qui se passe dans notre ville. Nous en avons besoin pour avoir une visibilité auprès des citoyens afin de mieux faire connaître notre organisme auprès de la population, et promouvoir nos événements. La visibilité que vous nous accordez, je crois, est primordiale pour les petits organismes comme les nôtres. Il faut que les gens entendent parler de nous. J’aimerais qu’on ait encore plus de possibilités pour passer des annonces de divers événements, à peu de frais, comme notre Salon des métiers d’arts, les 25, 26 et 27 octobre. » – Hélène Scalabrini, Cercle de Fermières Saint-Bruno

« Les médias locaux sont importants, car ils sont le lien direct entre la population qu’ils desservent et l’environnement dans laquelle réside cette dernière. Les médias locaux sont les premiers sur le front pour nous informer et nous renseigner au niveau local. Les médias locaux sont très importants pour un organisme comme l’Association de basketball de Saint-Bruno, car ils nous permettent de joindre de manière précise et ciblée notre clientèle. Ils nous permettent aussi de promouvoir et de vendre notre produit, qui est le basketball, auprès de notre population locale. Ils permettent aussi à nos jeunes qui évoluent à l’extérieur de Saint-Bruno-de-Montarville de rayonner auprès de leurs proches, amis et anciens coéquipiers. Ils nous permettent aussi de promouvoir nos différents événements annuels auprès de notre clientèle et de la population locale. L’Association de basketball de Saint-Bruno ne peut pas se passer des médias locaux. L’apport constant et soutenu du journal Les Versants, le média local, est essentiel à notre organisme. Sans ce dernier, nous aurions à payer plusieurs centaines de dollars pour tous les services qu’il nous procure. Ce média nous soutient tout au long de l’année. Que ce soit par des articles, des promotions d’événements, des impressions diverses… Cet apport est essentiel au bon fonctionnement d’un OSBL comme le nôtre. Par contre, il faut reconnaître que les jeunes d’aujourd’hui sont joints par Facebook et qu’à cet effet, notre association a développé une page Facebook pour les Cougars, nous permettant de diffuser nous-mêmes nos activités et ainsi d’atteindre nos jeunes et « fans » de basket. Mais un fait demeure, l’aspect journalistique qui apporte une véracité et neutralité des faits rapportés est une valeur ajoutée primordiale. Bref, les médias locaux comme Les Versants doivent demeurer en vie face à la pression concurrentielle et continuer à développer leurs canaux en ligne comme l’édition en ligne et leur page Facebook. Pour cela, nos gouvernements se doivent d’apporter un support législatif et financier. » – Pierre J. Labelle, Association de basketball de Saint-Bruno

« Un cahier spécial sur l’importance des médias pour les organismes de la région est très pertinent. Les journaux locaux sont très importants, car ils véhiculent les nouvelles du milieu et nous informent des événements qui y ont lieu. Ils nous permettent d’avoir une belle visibilité auprès de nos concitoyens et de les informer des activités à venir par l’entremise du babillard. Une belle collaboration depuis plusieurs années nous permet d’écrire une page par mois sur l’horticulture. Sans média local, il n’y aurait probablement pas une grosse différence, sauf qu’il est très difficile de mesurer l’impact réel de cette visibilité. Les gens me disent régulièrement qu’ils s’y renseignent sur nos activités et qu’ils ne manquent pas de lire l’article mensuel que j’écris pour le Journal de Saint-Bruno. » – Réal Scalabrini, Société d’horticulture et d’écologie de Saint-Bruno

« Les médias locaux sont des acteurs de première ligne et une référence concernant l’actualité régionale. Ils sont vigilants et un moyen important de rester informés avec justesse et transparence. [Nous en avons besoin], notamment pour assurer la visibilité de notre organisation auprès des parents, des citoyens et des partenaires, faire connaître nos services et nos projets, informer et sensibiliser sur des sujets qui rejoignent la réalité des jeunes. C’est une courroie de transmission de l’information. Sans média local, moins de personnes seraient jointes; ce n’est pas tout le monde qui utilise les réseaux sociaux comme outils d’information. Nous chercherions à être informés de l’actualité régionale par d’autres moyens. » – Martin Renaud, Maison des jeunes La Butte

« Nous accordons une très grande importance aux médias locaux : ce sont de bons partenaires qui sont disponibles et qui ont une très grande ouverture, fidèles et à l’écoute de nos besoins. Ils sont une bonne source d’information. Nous avons besoin des médias locaux pour joindre et informer la population sur notre région, parce que les médias sont à l’affût des choses importantes. L’équipe du journal Les Versants est un de nos partenaires qui appuient la Maison des jeunes; c’est un privilège que nous apprécions, et qui permet de s’informer sur différents faits et événements de notre municipalité et notre région. Sans média local, nous aurions plus de difficultés à joindre la population pour différents services et à la tenir au courant de nos promotions et de nos différents événements. Nous ne rayonnerions pas autant dans la ville. » – Hélène Bérubé, Maison des jeunes Saint-Bruno

« L’Association des artistes peintres affiliés de la Rive-Sud (AAPARS) représente la plus grosse association d’artistes du Québec. Depuis 16 ans, nous organisons l’Expo-concours automnale, au Centre Marcel-Dulude de Saint-Bruno, avec quelque 70 artistes peintres qui exposent. Grâce à votre publicité, on reçoit plus de 1 000 visiteurs par exposition et on vend des milliers de dollars de tableaux. Votre média est important pour le succès de notre exposition. » – Réjean Gosselin, AAPARS

« Pour la Société d’histoire de Saint-Basile, les journaux locaux (imprimés ou numériques) jouent un rôle essentiel à deux niveaux. Tout d’abord pour le rayonnement, voire la survie de notre organisme, et ensuite comme outil essentiel pour notre mission spécifique. Les organismes communautaires comme le nôtre reposent sur le travail bénévole, sur la reconnaissance du milieu. Nos actions doivent être connues si on souhaite une adhésion à notre mission et une implication du milieu. Organiser des événements, des actions est une chose. Partager nos valeurs, générer une participation significative en est une autre. Les organismes à but non lucratif ont un capital humain important, mais peu de moyens matériels. L’outil le plus efficace pour partager l’information avec la communauté est le média local. Les médias dits sociaux n’ont pas la même diffusion ni la même crédibilité. Nos journaux locaux sont produits par des professionnels de l’information. Même lorsqu’un communiqué est publié dans sa quasi-intégralité, une équipe a jugé de sa pertinence, de sa complémentarité. Le journal apporte une information variée, à forte saveur locale et crédible. Il est lu. Priver les organismes de cet outil de diffusion amènerait sa lente disparition. Intérêt et adhésion diminués, recrutement difficile, essoufflement… Le journal local est un outil de premier plan pour comprendre et raconter l’histoire d’un milieu. Qu’est-ce qui préoccupait les citoyens en 1974? Les enjeux étaient-ils les mêmes qu’aujourd’hui? Essayez de répondre à ces questions sans les journaux locaux. Sans ces derniers, il faut rechercher des informations dispersées, difficiles, voire impossibles à dénicher. Le journal local produit un instantané du milieu, une sorte de condensé de toute l’actualité locale pour une semaine donnée. Cette information a été filtrée et analysée pour sa pertinence. De plus, cet instantané est relativement complet. On y traite de politique, d’enjeux sociaux, de culture, de sports… Trouver un tel instantané en fouillant les médias sociaux ou les archives est un défi presque impossible à relever. Le journal local, qu’il soit imprimé ou numérique, est un outil d’information essentiel. On n’a pas encore inventé de substitut efficace et crédible pour le remplacer. Les médias sociaux sont dispersés, souvent spécialisés et généralement peu encadrés. Les médias nationaux traitent une telle quantité d’informations qu’ils ne peuvent accorder d’importance aux préoccupations locales. Une information crédible et variée est le fondement de la démocratie. Longue vie à votre journal. » – Richard Pelletier, Société d’histoire de Saint-Basile-le-Grand

« Les médias locaux sont primordiaux pour la communauté et les associations communautaires et culturelles. Bien que la majorité de nos membres soient branchées à Internet, elles comptent sur les journaux locaux pour suivre les événements qui les touchent de près et avoir l’heure juste sur des sujets qui leur tiennent à cœur. Notre association a besoin de vous; en plus de nous tenir informés de ce qui se passe dans notre communauté, la visibilité de notre Cercle de Fermières serait diminuée de beaucoup. Le recrutement, notre implication dans la communauté et la visibilité de nos événements en seraient affectés. Sans média local, nous retournerions dans l’anonymat. Depuis septembre 2018, nous avons eu recours plusieurs fois à vos services, nous avons eu une très bonne visibilité et les gens ont appris que nous n’étions pas uniquement des « tricoteuses », mais que nous fabriquions toutes sortes d’articles, que ce soit pour les résidences pour femmes violentées, les itinérants, les bébés naissants, l’Arbre de Vie… Je souhaite longue vie aux journaux locaux. » – Suzon Huet, CFQ Saint-Basile-le-Grand

« Mon journal local est celui que je lis chaque semaine. Je donne priorité à certains sujets, cependant j’aime savoir ce qui se passe dans notre ville. Sans les médias locaux, nous ne serions pas aussi bien informés sur un éventail de sujets. À diverses reprises, j’ai réalisé que les gens prennent le temps de regarder le journal local, l’importance de la couverture rédactionnelle pour l’AAPARS et le Circuit des arts permettant aux lecteurs de connaître nos événements. La publicité à elle seule n’est pas suffisante sans un journaliste qui couvre l’événement et prend la peine de rédiger un article. Le journal Les Versants est un très bon partenaire pour les associations comme nous ou encore pour les artistes. » – Jacques Landry, AAPARS

« Nous trouvons très important d’avoir un journal local dans notre secteur. Pour des organismes comme le nôtre, l’utilisation de journaux locaux est un outil fort agréable, car il nous permet de communiquer avec notre clientèle cible pour faire découvrir notre sport, soit au travers de nos exploits ou en affichant diverses campagnes de financement. Les organismes sans but lucratif comme la ringuette ne pourraient pas se permettre de la publicité dans les journaux à plus grande échelle. Sans média local, il y aurait moins de visibilité pour notre beau sport. Que ce soit par votre site Internet ou le format papier, nous avons besoin de communiquer avec tous les groupes d’âge de notre communauté; le journal local est un excellent moyen. » – Brigitte Bernier, Association de ringuette Les Intrépides

« Les médias sont très importants, en ce sens qu’ils sont très proches des gens de la communauté, qu’ils sont très visibles, toujours à l’affût des activités et bien connectés dans les activités locales. Il est important que les journalistes connaissent bien le mode dans lequel ils évoluent et de ce fait, ils se doivent d’être à l’écoute de la communauté. Les organismes bénéficiant de peu de budget pour leur publicité, les médias locaux servent un peu de publicistes indirects en faisant la promotion des différents organismes au moyen d’articles sur leurs activités. Ils permettent de mettre en lumière les réalisations de ces organismes par des entrevues avec les intervenants ou encore par des entrevues des personnes qui bénéficient de subventions de ces organismes. Si je prends l’exemple du Théâtre Saint-Bruno Players, le journal Les Versants a contribué à augmenter sensiblement le nombre de spectateurs aux différentes représentations par la publication d’articles sur les pièces, leurs metteurs en scène et parfois même sur les auteurs. Sans Les Versants, nous n’aurions pu augmenter le nombre de spectateurs comme nous l’avons fait au cours des dernières années. Des articles sur des artistes de la relève nous ont permis de mieux les connaître personnellement et ensuite, d’assister à leurs prestations. Un journaliste qui connaît la communauté, c’est de la plus grande importance pour mettre en lumière les réalisations de chacun. Longue vie à la presse locale! » – Réjean Faucher, Fondation des Élites de Saint-Bruno

« Les médias locaux sont très importants pour le rayonnement des organismes communautaires, comme le Centre d’action bénévole Les p’tits bonheurs. Les médias nous permettent d’avoir un lien direct avec la communauté. Nous en avons besoin afin de promouvoir nos services et nos activités, afin d’être informé aussi comme organisme de ce qui se fait sur les plans social, politique, communautaire, implication citoyenne…, afin de joindre les publics qui ne consultent pas les médias sociaux, afin de contribuer au rayonnement de notre journal local, afin d’être au courant des projets de la communauté et voir comment notre Centre peut contribuer de façon directe ou indirecte aux initiatives citoyennes, communautaires ou municipales. Enfin, tout comme l’achat local, l’information locale demeure essentielle afin de donner vie à notre communauté et soutenir les travailleurs du milieu. Sans média local, notre organisme ne pourrait pas avoir accès à une partie de la population qui se tient au courant de ce qui se passe dans la communauté grâce à lui. Les médias régionaux sont trop vastes et les publications et communiqués des organismes tels que le CAB ne pourraient pas se démarquer. De plus, en tant que travailleurs de la communauté et citoyens, nous aimons savoir les nouvelles de la place : prix de reconnaissance, activités et initiatives locales. » – Nathalie Chagnon, Centre d’action bénévole Les p’tits bonheurs

« Les médias locaux permettent aux citoyens de suivre l’actualité politique, socio-économique et culturelle de leur ville, ce qui est peu ou tout simplement non traité dans les grands médias. Cette proximité avec les préoccupations des citoyens sur les enjeux locaux en lien avec leur milieu de vie est un élément essentiel du vivre-ensemble. C’est aussi une voix pour les membres de la communauté qui peuvent s’exprimer dans les tribunes qui leur sont réservées. Les médias locaux renforcent le sentiment d’appartenance à une communauté. Pour les organismes culturels, tels que l’orchestre à vent Harmonie Mont-Bruno, le Journal de Saint-Bruno et Les Versants nous permettent d’informer la population de nos activités, concerts ou participation à des festivals. Ainsi, à l’approche d’un concert, un journaliste fait généralement une entrevue avec le président de l’orchestre pour discuter de la programmation et par la même occasion, en faire la promotion auprès des lecteurs. De plus, l’orchestre achète des placements publicitaires dans les journaux locaux pour ses concerts, joignant ainsi son public, ce qui serait inabordable dans les grands médias. » – Raymond Bédard, Harmonie Mont-Bruno

« Les médias locaux sont très importants pour transmettre aux citoyens des localités qu’ils desservent les informations sur leur milieu, ce que ne font pas les médias nationaux. Même si les réseaux sociaux occupent une place de plus en plus importante, les journaux locaux permettent encore d’informer la population de ce qui se passe, de surveiller l’activité municipale et sociale, et de servir de lien communautaire. Ils sont le reflet de la « culture » de leur milieu. Un journal local permet à un organisme comme le nôtre, composé totalement de bénévoles très impliqués, de faire connaître notre mission, nos objectifs et nos activités. Il offre la possibilité de conserver ce qui se passe localement et ainsi servir de fonds d’archives pour raconter l’histoire de notre localité. Sans média local, notre organisme perdrait un moyen privilégié de diffuser des informations sur l’histoire de notre communauté et de faire connaître nos activités. » – Bernard Guilbert, Société d’histoire de Montarville

« Les médias locaux sont très importants pour joindre la population locale, surtout dans la région de Montréal où les grands médias ne parlent pas beaucoup de ce qui se passe en dehors de l’île de Montréal. Nous avons besoin des médias locaux pour annoncer les spectacles et les activités du Théâtre Saint-Bruno Players. Les médias locaux sont aussi un moyen de recruter de nouveaux membres et d’intéresser les citoyens à la culture locale. Les médias locaux écrits permettent enfin de documenter l’histoire pour les générations futures. Sans médias locaux, on perdrait un moyen de diffuser de l’information. Bien sûr, il y a Facebook et les autres médias sociaux, mais ce ne sont pas tous les citoyens qui s’informent par les médias sociaux. Nous croyons qu’une bonne partie de notre clientèle s’informe en parcourant les journaux locaux. » – Bernard Belzile, Théâtre Saint-Bruno Players

« En tant qu’organisme communautaire, nous accordons une grande importance aux médias locaux comme Les Versants. À notre avis, c’est une plateforme indispensable pour suivre les nouvelles qui touchent de près notre communauté. De plus, les médias locaux sont plus au courant des diverses problématiques avec lesquelles les organismes communautaires peuvent être aux prises, car ils sont plus impliqués, plus près de notre réalité et de nos enjeux quotidiens. En ce sens, ils favorisent des rapprochements entre les organismes, qui peuvent ainsi plus facilement créer des partenariats durables. Les médias locaux nous aident de manière très concrète à poursuivre notre mission, celle d’offrir des services de loisirs adaptés et du répit aux familles ayant un jeune qui présente une déficience intellectuelle et/ou d’autres troubles associés. Nous pensons que sans les médias locaux, le groupe Les Amis-Soleils ne serait pas aussi connu au sein de Saint-Bruno et reconnu par les citoyens comme un organisme important, qui répond à des besoins spécifiques et qui se démarque même au-delà de notre municipalité comme une référence en matière de services de loisirs adaptés. Le soutien des médias permet de sensibiliser la population aux enjeux vécus par l’entourage d’une personne ayant une déficience intellectuelle. Nous ne pourrions desservir autant de clients ni rallier d’aussi nombreux partenaires sans la visibilité offerte par ce moyen efficace de véhiculer l’information, que ce soit à propos de nos succès ou de nos besoins. » – Lyanne Levasseur Faucher, Les Amis-Soleils

« Nous y accordons beaucoup d’importance, car vous arrivez à joindre la majorité de notre clientèle. Vous nous aidez à être vus parmi notre clientèle cible, locale et des environs; donc, certains qui ne suivent pas nécessairement notre page Facebook, ou qui ne nous connaissent pas tant, risquent bien d’avoir les informations grâce à vous! » – Annie Guillemette, Barons de Saint-Bruno

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des