Le Noël des commerçants

Photo de Frank Rodi
Par Frank Rodi
Le Noël des commerçants
La propriétaire de Markina, Marie-Anick Le Bon. (Photo : Frank Jr Rodi)

Achat local

La Ville de Saint-Bruno-de-Montarville vient de lancer une campagne « gourmande, zen et festive » du nom de Mes achats des Fêtes, c’est ici!, afin de promouvoir l’achat local. À un mois du 25 décembre, comment les commerçants se préparent-ils à la période des Fêtes?

Depuis une dizaine de jours, Noël est déjà arrivé à La Chaumière. La boutique, qui a pignon sur rue à Saint-Bruno-de-Montarville, accueille des clients qui recherchent le cadeau idéal ou quelques objets de Noël pour décorer. « Les gens sont déjà en mode temps des Fêtes, nous dit le copropriétaire, Guy Descarries. C’est une bonne décision de commencer tôt. Nous préférons les voir arriver maintenant qu’à la dernière minute. Parce que sinon, il y aura un problème de distanciation physique dans la boutique. »

L’entrepreneur s’attend à une période achalandée au cours des prochaines semaines. C’est d’ailleurs le cas chaque année lorsqu’arrive le temps des Fêtes. « Ça va bien se dérouler, avance-t-il, confiant. Nous avons de fidèles clients, qui reviennent et qui nous encouragent, et ce, depuis presque 55 ans, lorsque ma mère a ouvert la boutique. Tous nos efforts sont mis sur le service à la clientèle. »

Par contre, il admet que la difficulté, du moins cette année, est de dénicher de la main-d’œuvre pour un moment de la saison qui en demande davantage. « Depuis le mois de mars, nous avons publié des offres d’emploi, mais très peu de C.V. nous sont acheminés », déplore M. Descarries. Or, cet été, les étudiants, pendant leurs vacances, ont répondu à l’appel de La Chaumière. « Maintenant, c’est du personnel adulte dont j’ai besoin pour cette période d’achalandage », ajoute-t-il.

Le Noël d’Heyez

À la chocolaterie Heyez, aussi à Saint-Bruno-de-Montarville, Noël représente une période faste, aussi populaire que les fêtes de Pâques et de la Saint-Valentin. Mais qui offre du chocolat à Noël? À cette question, la copropriétaire, Karolanne Pomerleau, rappelle que le commerce doit répondre à diverses demandes. « Le temps des Fêtes est une période très occupée pour nous, explique-t-elle. C’est pour cela que nous avons déjà commencé à la préparer; nous travaillons d’avance. Nous avons des revendeurs, que nous devons fournir. Il faut aussi approvisionner la boutique, puis il y a beaucoup de produits préparés pour le corporatif. Nous avons beaucoup, beaucoup de demandes pour le corporatif. »

« Les gens sont déjà en mode temps des Fêtes. » -Guy Descarries

L’entrée du commerce est déjà ornée d’une structure chocolatée qui rappelle la thématique, avec un bonhomme de neige. Le décor, lui, a été transformé pour les Fêtes. Enfin, pour leurs clients fidèles qui les ont encouragés depuis le début de la pandémie, les propriétaires de Heyez ont récemment installé un abri à l’extérieur de la bâtisse. « Nous accueillons toujours beaucoup de gens durant la période des Fêtes. Si nous devons contrôler le débit des clients à cause des mesures sanitaires, des gens devront attendre dehors. Avec un abri, ce sera plus agréable s’il neige ou s’il fait trop froid », explique Karolanne Pomerleau.

Markina change de vocation

La boutique Markina, sise au coin du boulevard Clairevue et de la rue Montarville depuis maintenant quatre années, est sur le point de changer de vocation, a appris le journal Les Versants. Pandémie oblige, la propriétaire, Marie-Anick Le Bon, est à revoir le positionnement et le logo de l’entreprise. « Au cours des derniers mois, des dernières semaines, Markina a fait beaucoup de choses », exprime Mme Le Bon. Avant le 13 mars 2020, date du début de la crise COVID-19 au Québec, Markina était principalement considérée comme un restaurant-boutique. Ce ne sera plus le cas. « Nous nous apprêtons à modifier ces créneaux pour devenir une épicerie-traiteur et, quand cela redeviendra possible, un resto aussi, mais à plus petite échelle. » Bref, Markina s’est adaptée à la COVID-19, la boutique s’est réinventée.

Mais qu’à cela ne tienne, Markina prévoit tout de même servir sa clientèle qui viendra s’approvisionner en mets d’un menu festif proposé à l’approche de Noël : plats traditionnels, boîtes festives, plateaux-repas, accompagnements et autres bouchées desserts.
« En raison de la crise sanitaire, nous savons que les chaînes d’approvisionnement sont plus complexes, alors il ne faut pas tarder pour faire ses achats et commander avant Noël » conseille l’entrepreneure.

Depuis le début du confinement et de la fermeture des entreprises, les différents paliers de gouvernement prônent l’achat local. À Saint-Bruno-de-Montarville, le bottin des commerces, www.stbruno.ca/bottin, est en ligne sur le site Internet de la Ville. Ce répertoire présente au-delà d’une centaine de commerces locaux. Pour aider les commerçants durant la période de confinement, Saint-Basile-le-Grand a aussi publié sur son site Internet une liste de commerces et d’entreprises de son territoire, accessible ici : villesblg.ca/commerces. Enfin, Sainte-Julie a lancé une plateforme transactionnelle pour soutenir les entreprises et faciliter l’achat local : https://www.ville.sainte-julie.qc.ca/fr/420/Solidarite_Sainte-Julie.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires