Le masque dans les édifices municipaux

Photo de Frank Rodi
Par Frank Rodi
Le masque dans les édifices municipaux
Un pictogramme, représentant un visage dont la bouche et le nez sont couverts par un masque, sera visible à l’entrée des édifices municipaux concernés. (Photo : courtoisie)

Saint-Bruno-de-Montarville

À Saint-Bruno-de-Montarville, le port du masque est obligatoire dans les édifices municipaux depuis le 18 juillet.

À la suite de l’annonce du gouvernement du Québec la semaine dernière concernant l’obligation de porter un masque dans les lieux fermés à partir du 18 juillet, la Ville de Saint-Bruno-de-Montarville indique qu’« il sera obligatoire de porter le masque ou le couvre-visage dans les lieux publics fermés et partiellement couverts de son territoire, incluant tous les édifices municipaux ».

Ces édifices municipaux comprennent l’hôtel de ville, le pavillon technique, le Centre communautaire, la bibliothèque, l’aréna Michael-Bilodeau, les ateliers municipaux, l’écocentre, le Centre d’exposition du Vieux Presbytère, le Centre Marcel-Dulude, le chalet Marie-Victorin, le pavillon 1605, rue Montarville ainsi que tous les chalets de parcs.

Un pictogramme, représentant un visage dont la bouche et le nez sont couverts par un masque, sera visible à l’entrée des édifices municipaux concernés.

Édifices non municipaux

Comme partout au Québec, cette règlementation s’adresse aux personnes de 12 ans et plus, et sera également applicable dans les commerces de vente au détail, les entreprises de services, les établissements de santé, les entreprises de soins personnels, les centres commerciaux comme les Promenades Saint-Bruno, les lieux de culte, les cinémas, les aires d’accueil, halls d’entrée et ascenseurs des édifices à bureaux, les écoles (sauf primaires et secondaires), les restaurants et les transports en commun du territoire.

Rappelons que lors des deux premières semaines, les citoyens ne seront toutefois pas sanctionnés. Ce sont en fait les propriétaires de ces lieux publics fermés qui auront la responsabilité d’appliquer cette réglementation. Ceux-ci s’exposeront à une amende variant de 400 $ à 6 000 $, selon qu’il s’agit d’une première offense ou d’une récidive. Comme plusieurs mesures, l’implantation se veut graduelle. En premier lieu, un avertissement sera émis. Ensuite, les amendes seront attribuées selon le nombre de récidives. « Je ne souhaite pas que nous donnions des amendes. Nous souhaitons que les Québécois s’autodisciplinent », disait le premier ministre, François Legault, en point de presse.

À partir du 1er août, les individus fréquentant les commerces pourraient également être passibles de recevoir une amende dans le cas où ceux-ci n’adoptaient pas le port du masque. « La responsabilité ne peut pas qu’être remise aux commerçants. On débute avec les propriétaires et, ensuite, on va aller vers les individus », d’ajouter François Legault.

Pour plus de détails à ce sujet : quebec.ca/coronavirus.

Continuons d’être responsables

Dans son communiqué, la Ville rappelle que la prévention des infections est la responsabilité de tous. Elle demande à tous les Montarvillois de continuer à suivre les mesures sanitaires du gouvernement du Québec.

La Ville de Saint-Bruno-de-Montarville analyse la situation au fur et à mesure de son évolution et elle intervient dès que cela s’avère nécessaire. Dans toutes ses actions, elle suit les recommandations émises par la Direction régionale de santé publique. Pour plus d’information sur la situation, consultez la page stbruno.ca/coronavirus.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des