Le jazz selon Andrea Lindsay

Le jazz selon Andrea Lindsay

La chanteuse Andrea Lindsay sera de passage à la place du Village ce samedi 21 juillet. (Photo : Panneton- Valcourt)

Scène extérieure de la place du Village

Andrea Lindsay sera sur la scène extérieure de la place du Village ce samedi 21 juillet. Avec son spectacle Entre le jazz et la java, la chanteuse propose des interprétations jazz de chansons coups de cœur francophones.

C’est à une prestation de jazz qu’aura droit le public de Saint-Bruno-de-Montarville ce samedi. En effet, avec Entre le jazz et la java, le spectacle et l’album éponyme (2016), Andrea Lindsay présente une douzaine de titres du genre, où elle rend hommage aux Diane Tell, Boris Vian, Serge Gainsbourg, Sylvain Lelièvre, Claude Nougaro et quelques autres. « Le processus pour sélectionner ces chansons, que j’adore ou qui s’avèrent de belles découvertes, a été un plaisir! Chaque titre me passionne et m’enthousiasme », mentionne Andrea Lindsay en entrevue avec Les Versants.

« Ce n’était pas juste du blabla; c’était devenu possible de comprendre et de dire des phrases de cette langue si complexe. » – Andrea Lindsay

Accompagnée sur scène d’un guitariste, d’un contrebassiste et d’un batteur, elle offre aussi des versions plus jazzées de ses propres pièces. Celles-ci ont paru sur les albums La belle étoile (2006) et Les sentinelles dorment (2009). « Je suis très chanceuse d’être entourée de ces ‘’jazzmen’’! C’est un privilège, car ce sont les meilleurs! » lance celle qui se produisait au parc des Ateliers, à Chambly, la semaine dernière. « Il y avait une belle énergie qui provenait de la foule. Nous étions près d’un plan d’eau, et pour cette raison, c’était un moment inspirant. »

À Saint-Bruno, elle performera devant la fontaine, un autre plan d’eau. « C’est un coin que je dois encore découvrir », dira-t-elle. Cependant, elle croit se souvenir d’un bref passage lors de la prestation de son compagnon, Luc De Larochellière, au même endroit il y a deux ans : « Je faisais les voix. »

Le jazz velours

Pour Andrea Lindsay, le jazz est une musique d’ambiance décontractée, sociale, accessible, terre à terre, mais complexe à la fois. « J’ai un immense respect pour les musiciens de jazz de toutes les époques. Des gens de talent qui pratiquent longtemps, ardemment, mais qui semblent si détendus, relaxes. » Selon elle, le jazz est une musique qui s’écoute autant de façon active que passive. « Dans les deux cas, c’est du velours à mes oreilles », de poursuivre l’auteure-compositrice-interprète.

Le français musical et poétique

Née à Guelph, en Ontario, Andrea Lindsay est tombée amoureuse de la langue française à l’âge de 18 ans pour sa « musicalité et sa poésie ». Ça fait maintenant plus de 20 ans. Elle raconte qu’au début, elle comprenait quelques mots, qu’elle s’est mise à analyser. Elle a vite compris qu’il y avait un intérêt, une « étincelle émotionnelle », une passion, pour en connaître davantage : « Ce n’était pas juste du blabla; c’était devenu possible de comprendre et de dire des phrases de cette langue si complexe. C’est toujours un défi et j’apprends tous les jours, mais je prône la patience. »

Le spectacle commence à 20 h. En cas de pluie, l’événement est déplacé au Centre Marcel-Dulude.

QUESTION AUX LECTEURS :

Écoutez-vous de la musique jazz?