Le hockey annulé

Photo de Frank Rodi
Par Frank Rodi
Le hockey annulé
Les arénas demeureront silencieux pour le reste de l’hiver. (Photo : Frank Jr Rodi)

Saison 2020-2021

Les associations du hockey mineur de Sainte-Julie, de Saint-Bruno-de-Montarville et de Saint-Basile-le-Grand ont officiellement annulé leur saison 2020-2021, respectivement le 18 décembre, puis les 6 et 15 février. Une campagne qui ne se sera jamais mise en branle, avec un zéro dans la colonne des parties jouées.

Globalement, ces décisions d’annuler le calendrier 2020-2021 touchent quelque 1440 jeunes de notre région, dont 700 au sein de l’Association du hockey mineur de Sainte-Julie. « C’est une décision excessivement difficile à prendre », mentionne la présidente de l’Association du hockey mineur de Sainte-Julie, Mélanie Dumas.

Pour chaque association, la décision finale d’annuler la saison s’est prise en fonction d’une annonce gouvernementale. « Nous avons mis fin à la saison en décembre. Les membres du conseil d’administration (CA) se sont réunis alors que le gouvernement venait de dire qu’il n’y aurait pas de célébrations pour Noël. Nous avons décidé de faire face à la réalité. »

« Nous ne sommes pas dans une situation de danger financièrement. » – Laurent Lemieux

Du côté de l’Association du hockey mineur de Saint-Bruno-de-Montarville, le choix d’annuler une campagne qui ne s’est jamais vraiment amorcée a été pris en janvier dernier. « C’est en janvier que le CA a décidé d’annuler, mais avec un bémol, d’attendre à février pour l’annoncer, selon la mise à jour du gouvernement, explique le président du Hockey mineur de Saint-Bruno, Marc Savard. Le problème pour plusieurs associations, ce sont les heures de glace que nous n’avons pas. C’est compliqué d’extensionner au-delà de la fin du mois d’avril.

Le président de l’Association du hockey mineur de Saint-Basile-le-Grand, Laurent Lemieux, œuvre dans le domaine de la santé. Il admet qu’il n’est pas surpris de voir les organismes se succéder pour annuler leur saison régulière. L’annonce de la continuité des mesures sanitaires du gouvernement et de la santé publique pour enrayer la pandémie a joué un rôle dans la décision. Mais aussi la région du grand Montréal (la Communauté métropolitaine de Montréal), qui demeure en zone rouge, empêche la tenue de sports organisés. « Malgré la bonne volonté de tous, c’est difficile cette année », confie Laurent Lemieux.

Remboursements

Déjà, les associations ont fait savoir aux parents que les frais d’inscriptions perçus l’année dernière pour une éventuelle campagne 2020-2021 seront remboursés dans les prochaines semaines. « J’avais un inconfort de savoir que l’Association possédait l’argent des parents depuis juin dernier alors que l’on n’avait toujours pas joué », avouera Marc Savard en entrevue.

C’est ainsi que l’Association du hockey mineur de Saint-Bruno remettra une somme approximative de 140 000 $, soit le total des frais d’inscriptions de 411 joueurs.

Un montant autour de 90 000 $ sera remboursé aux parents des jeunes grandbasilois. Quelque 330 joueurs s’étaient inscrits pour cette saison marquée par la COVID-19.

À Sainte-Julie, l’Association a plutôt opté pour offrir un crédit pour la campagne suivante. « C’est le cas pour une grande majorité des parents. Sinon, nous avons effectué près de 5 % de remboursements, alors que plusieurs parents avaient aussi déjà annulé », avance Mélanie Dumas.

Malgré la situation, les trois organismes affirment qu’ils ne sont pas en danger financier, principalement parce qu’ils n’ont pratiquement pas eu de dépenses au cours de l’année. « Les 90 000 $ à rembourser ne représentent pas un manque à gagner pour la prochaine saison, souligne Laurent Lemieux. Nous ne sommes pas dans une situation de danger financièrement. »

Des propos que corrobore également Marc Savard. « L’Association est en bonne santé financière. »

Perte de revenus

Néanmoins, deux des trois entités sportives organisent chaque année un tournoi provincial de hockey. Ces événements sont sources de revenus non négligeables pour les concessions. À Saint-Bruno-de-Montarville, on parle de profits estimés entre 12 000 et 14 000 $ pour le Tournoi de hockey provincial U13 (anciennement peewee). À Sainte-Julie, « selon plusieurs facteurs, dont les commanditaires », le Tournoi provincial U11 (jadis atome) Kristopher-Letang génère des profits qui varient entre 5000 et 10 000 $. « Notre tournoi est une source de revenus super importante que nous réinvestissons pour les enfants. Ça nous manquera », poursuit Mélanie Dumas.

Espoir

Enfin, les trois organisations gardent espoir que la santé publique autorise d’ici le printemps une forme d’activité sportive. Dans ce cas, la disponibilité des glaces sera à confirmer. On évoque par exemple des rencontres à trois contre trois. « S’il n’y a pas de troisième vague, il y aura peut-être cette possibilité de proposer une offre de services aux jeunes. Il faut aussi garder espoir que les arénas seront encore disponibles à ce moment-là », de conclure Laurent Lemieux.

Rappelons qu’en mars dernier, alors que la pandémie s’installait au Québec et dans le reste du monde, Hockey Québec et Hockey Canada mettaient fin au calendrier 2019-2020 des associations de hockey mineur de la région. Cette décision entrait en fonction le 13 mars à minuit.

QUESTION AUX LECTEURS : 

Quelle formule les associations devraient-elles privilégier si la santé publique acceptait une certaine forme d’activité sportive?

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires