Le convoi de la liberté de retour pour 2023

Photo de Alexandra Vieille
Par Alexandra Vieille
Le convoi de la liberté de retour pour 2023
Le convoi de la liberté 2022 avait duré près d'un mois. (Photo : Courtoisie)

Un second convoi de la liberté se prépare à se rendre à Ottawa pour l’année 2023.

James Bauder, originaire d’Alberta et instigateur du convoi, a annoncé sur sa page Facebook le 20 novembre dernier que le Convoi de la liberté (Freedom convoy 2.0) aura lieu à Ottawa du 17 au 21 février 2023. Il dit que c’est juste à temps pour le dépôt du rapport de la Commission d’enquête sur les mesures d’urgence. On promet des jeux gonflables et des discours à gogo dans un scénario qui ressemble comme deux gouttes d’eau à celui de l’hiver dernier. « L’objectif est de réunir sur une même propriété tous les semi-remorques, camping-cars, motorhomes, une scène UNITY, de la nourriture, des châteaux gonflables et un marché de la liberté ouvert à tous les groupes, afin que nous puissions tous être réunis dans l’UNITÉ du 17 au 20 février. »

À la fin de l’événement, « le mardi 21 février, nous illuminons à nouveau la Freedom Highway et nous donnons à chacun une nouvelle chance de venir sur les viaducs avec des drapeaux alors que nous convoyons ensemble vers nos communautés respectives que nous avons malheureusement manquées lors de la dernière édition », explique Bauder.

Cependant, il a spécifié au journal que tout est encore en préparation.
« Nous en sommes encore au stade de la pré-planification. Veuillez donc noter que rien n’est gravé dans la pierre. Cela signifie que nous avons besoin de quelques semaines pour régler tous les détails. Les dates sont fixées pour que les gens puissent faire des pré-réservations. Cependant, d’autres détails sont en cours de discussion et d’élaboration sur la base des commentaires de chacun. »

« Je crois que nous devons tourner la page sur ce qui s’est passé à Ottawa et remettre les pendules à l’heure grâce à nos actions passées et présentes. »
-James Bauder

Un citoyen, sous le couvert de l’anonymat, compte bien se rendre à Ottawa pour ce deuxième convoi. « J’y vais pour me montrer solidaire. Mais aussi pour faire pression pour que le gouvernement retire le pouvoir qu’il a encore de gouverner par décret et état d’urgence », explique-t-il. Selon lui, il est inadmissible que le gouvernement puisse déclarer l’état d’urgence comme il l’a fait en 2022.

Pourquoi un deuxième convoi ?

« Je pense que les gens ont des raisons différentes dans leur esprit et dans leur cœur pour expliquer pourquoi la réunion du Convoi pour la Liberté 2023 devrait ou ne devrait pas avoir lieu.  Je dirai toujours que cet événement est pour l’unité en premier. Ce convoi de « BearHuggers » remplis d’amour dans leur cœur permet au Canada de se concentrer sur l’unité dans nos communautés pendant deux semaines. J’ai dit ouvertement qu’il ne peut y avoir d’unité sans réconciliation et c’est pour cette raison que le thème de la deuxième édition annuelle de BearHug Canada s’intitule « The Olive Branch Edition ». Je crois que nous devons tourner la page sur ce qui s’est passé à Ottawa et remettre les pendules à l’heure grâce à nos actions passées et présentes qui ont toujours été et resteront toujours pacifiques et légales. »

Canada Unity

L’organisation Canada Unity est à l’origine d’un protocole d’entente (MOU en anglais) qui a émergé durant l’occupation d’Ottawa et exigeait la démission du gouvernement Trudeau. Le document prévoyait l’instauration d’un nouveau gouvernement dirigé par les leaders du convoi, le Sénat du Canada et la gouverneure générale.

Convoi de la liberté 2022

L’an dernier, le convoi de la liberté est né suite à l’obligation des camionneurs à être vaccinés pour traverser la frontière. Des centaines de camionneurs se sont opposés à l’obligation vaccinale. Il est à noté que les États-Unis exigeaient également que les camionneurs en provenance du Canada soit également vaccinés. Feux d’artifice, cannabis, alcool et musique : des manifestants avaient l’intention de veiller. Des militants d’extrême droite ont ainsi placé une pancarte et un drapeau sur la statue de Terry Fox. Certains ont carrément stationné leur voiture sur le terrain du cénotaphe. D’autres se sont invités dans les locaux d’un organisme d’aide aux itinérants pour réclamer des repas. Drapeaux confédérés, nazis et Gadsden ainsi que des slogans haineux étaient aussi à l’honneur.

Après 23 jours de sièges, le 18 février 2022, le convoi de la liberté était enfin terminé. Plus de 3600 contraventions ont été distribuées. Selon un tweet de la police d’Ottawa, elle aurait procédé à 191 arrestations et remorqué 57 véhicules. Selon, l’ancien directeur général de la ville Steve Kanellakos le convoi de la liberté a coûté 36,3 millions de dollars à la ville d’Ottawa.

(Traduction libre du témoignage de James Bauder)

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires