Le complexe aéroportuaire verra le jour cet automne

Le complexe aéroportuaire verra le jour cet automne

Aéroport de Saint-Hubert

Le projet de l’Aérocentre YHU Longueuil sera lancé officiellement cet automne et sera divisé en deux phases. Annoncé depuis avril 2009, celui-ci coûtera 20 millions de dollars à Développement Aéroport de Saint-Hubert de Longueuil (DASH-L) et à la Corporation DEV YHU inc., les propriétaires de cette nouvelle entreprise.

Le complexe aéroportuaire inclut une aérogare sur le site de l’aéroport Saint-Hubert de Longueuil. Lors de l’annonce du partenariat entre DASH-L et DEV-YHU, il avait été rapporté que le site serait opérationnel à la fin de l’année 2010. Toutefois, selon les informations publiées la semaine dernière dans le Courrier du Sud, le président-directeur général d’Aérocentre, Gordon Livingstone, aurait affirmé que « des ententes avaient été signifiées et que des baux avaient été signés en décembre » dernier, ce qui permettrait d’aller de l’avant dans les travaux, à l’automne 2011. Rappelons, par la même occasion, que le complexe sera construit sur un terrain de 185 800 m2 et aménagé en bordure de pistes, à l’adresse civique 4850, avenue de l’Aviation.

Selon M. Livingstone, les investissements privés de 20 millions de dollars qu’engendre le projet confirment que l’aéroport Saint-Hubert de Longueuil a un excellent potentiel et que le secteur privé est mobilisé autour du développement de cet actif stratégique pour toute la région de la Montérégie. Les revenus immobiliers pour DASH-L sont d’ailleurs évalués entre 500 000 $ et 600 000 $.

« Une aérogare est indispensable afin de permettre le fonctionnement des activités d’un aéroport de cette importance. L’aéroport Saint-Hubert de Longueuil se classe aujourd’hui au 5e rang des aéroports au Canada pour le nombre de mouvements aériens annuels. Les nouveaux aménagements permettront à terme d’accueillir un nombre de passagers à un niveau au moins comparable à des aéroports de pareille vocation », mentionnait Gordon Livingstone, dans l’hebdomadaire longueuillois.

Un projet qui ne fait pas l’unanimité

Le Regroupement montarvillois contre le bruit des avions (RMCBA) est inquiet des répercussions qu’aura ce projet sur la tranquillité des résidants vivant sous certains corridors et déjà incommodés à toute heure du jour par des vols provenant de l’aéroport de Saint-Hubert au-dessus de leurs têtes.

« Lorsque les écoles de pilotage se sont installées en masse il y a de ça quelques années, la vocation de l’aéroport a changé avec les conséquences que nous connaissons actuellement concernant le bruit et la pollution. Avec la future aérogare et les modifications de pistes prévues, les maires de l’agglomération veulent une autre fois changer la vocation de l’aéroport sans aucune consultation avec les citoyens et sans études sérieuses », exprime Martin Guevremont, membre du RMCBA.

Selon lui, les maires prennent des décisions sans se soucier des conséquences de leurs gestes, malgré le fait que des citoyens leur aient exprimé leurs points de vue sur ce dossier. « À ce jour, tous les discours et décisions publiques vont dans une seule direction : augmentation des mouvements à l’aéroport de Saint-Hubert, ajoute M. Guevremont. Dans quelques années, nos politiciens quitteront leur poste, mais la population continuera de subir leurs décisions prises à la petite semaine. Nous sommes « pour » une saine gestion de la zone aéroportuaire, mais contre l’idée d’un « mini-Dorval » sans avoir obtenu le détail complet du plan de développement de DASH-L. »

Le RMCBA a des attentes élevées envers le nouveau ministre des Transports du Canada, Denis Lebel, qui est également ministre de l’Agence du développement économique du Canada pour les régions du Québec. Il espère que ces deux rôles ne seront pas conflictuels dans la résolution de la problématique du bruit provenant des avions pour les citoyens de l’agglomération de Longueuil.

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires