Le body pump arrive au Québec

Le body pump arrive au Québec

Le body pump est un croisement entre l’aérobique traditionnelle et la musculation, communément appelé « culturisme ». L’entraînement se déroule en groupe avec un moniteur, comme un cours d’aérobique, dans lequel des mouvements de musculation sont incorporés. L’équipement se compose de barre d’haltères, de poids libres et de steps.

Une séance typique dure soixante minutes. La particularité de cette discipline sportive est que chaque groupe musculaire est travaillé le temps d’une chanson. Le but est de faire le plus grand nombre de répétitions possible du mouvement demandé tout au long de la durée de la pièce musicale. Après le réchauffement, les adeptes travaillent à tour de rôle les jambes, les pectoraux, le dos, les triceps, les biceps, les squats, les fentes, les abdominaux. La séance se termine par des exercices de streching.

Le rythme est très intense et quand les mouvements sont bien effectués, ils permettent aux muscles de se tonifier et de se définir. Selon les développeurs de la méthode, le body pump permettrait de brûler 600 calories par séance.

La formule répond à une vaste majorité de personnes qui désirent faire des exercices relativement simples dans un environnement encadré par des entraîneurs certifiés. La paternité du concept appartient à Leslie Roy Mills, ancien athlète néo-zélandais qui a représenté son pays aux Jeux olympiques et aux Jeux du Commonwealth dans les années 1950 et 1960, notamment au lancer du disque, au lancer du poids et en haltérophilie.

Ce dernier est par la suite devenu un homme d’affaires en achetant une salle de gym, puis en développant des systèmes d’entraînement tels que le body pump, le body attack, le body step, le body jam, le body combat et le body balance. En 1987, son fils Philip Mills, lui-même ancien sauteur de 110 et 400 mètres haies, a acheté l’entreprise. Rappelons qu’à l’instar de son père, il a représenté son pays aux Jeux du Commonwealth de 1974 et 1978.

Actuellement, le body pump est pratiqué par plus de quatre millions d’adeptes à travers le globe. Les chorégraphies sont renouvelées tous les trois mois, permettant ainsi de constamment renouveler l’intérêt des participants. Chansons, mouvements, rien n’est laissé au hasard et tout se décide en Nouvelle-Zélande.

Pour ceux et celles qui préfèrent l’entraînement à domicile, il existe sur le marché toute une panoplie de produits qui permettent de pratiquer le body pump dans le confort de leur foyer. Peu importe la formule utilisée, l’important, c’est de bouger à son rythme.

Au Québec, le groupe Énergie Cardio a acheté la licence d’exploitation pour les cours de body pump.

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires