Le bac brun arrive en ville

Le bac brun arrive en ville

Plus d’une centaine de résidants de Beloeil, de Mont-Saint-Hilaire et de Saint-Mathieu-de-Beloeil participent actuellement à un projet pilote de récupération de matières organiques. L’objectif est de choisir le format du contenant pour la cuisine et du bac roulant qui seront éventuellement utilisés.

« Avec une population de plus en plus conscientisée à poser de petits gestes au quotidien pour faire la différence, l’orientation vers un programme de collecte de matières organiques était un pas de plus à faire en faveur de notre environnement », mentionne le maire de McMasterville et préfet de la MRC de la Vallée-du-Richelieu, Gilles Plante, qui est aussi vice-président de la Société d’économie mixte de l’est de la Couronne Sud (SÉMECS), organisme qui chapeaute le projet.

La période d’essai d’un an sera divisée en deux phases, soit du mois de mai à la fin août et de septembre à la fin décembre. La collecte se fera hebdomadairement le vendredi durant la première phase et aux deux semaines durant la seconde.

Des bacs roulants de 120 et de 240 litres, appelés Organibac, seront testés par les participants, de même que deux modèles plus petits pour la cuisine. Deux sondages seront effectués et des données seront comptabilisées.

Au terme du projet, qui a pour slogan « Nous y mettons toute notre énergie! », la SÉMECS sera en mesure de choisir le modèle des 70 000 bacs bruns qui seront distribués aux résidants des MRC de la Vallée-du-Richelieu, de Rouville et de Marguerite-D’Youville.

L’importance du compostage

Pour la mairesse de Beloeil, Diane Lavoie, l’organisation de cette collecte est positive. « Les gens sont de plus en plus mûrs. L’évaluation des déchets qu’on envoie dans la poubelle au lieu du compostage est une bonne réflexion. Ce sera de plus en plus dispendieux pour les villes d’envoyer les déchets vers les sites d’enfouissement. »

L’usine de biométhanisation qui recevra les matières organiques sera en activité dès janvier 2014. En attendant l’ouverture de ce site, qui sera localisé à Varennes, la compagnie Matrec, responsable de la collecte, acheminera les matières dans un centre de compostage extérieur.

L’usine permettra de produire du carburant, en plus de réduire la pollution. Les matières organiques représentent plus de 44 % des déchets domestiques et les gaz produits par l’enfouissement de ces matières contribuent grandement à la production des gaz à effet de serre.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des