L’après-retraite de Charlene Pincombe

L’après-retraite de Charlene Pincombe

L’auteure, Charlene Pincombe, réside à Saint-Bruno-de-Montarville depuis plus de 20 ans.

Crédit photo : Frank Jr Rodi

Après 40 ans sur le marché du travail, Charlene Pincombe a pris sa retraite et s’est ensuite demandé : « Et maintenant? » La réponse se trouve dans le livre Why don’t you just think about it?, une réflexion sur soi-même, la société, le monde, la vie.

Charlene Pincombe, une résidante de Saint-Bruno-de-Montarville depuis 1996, se définit comme une « auteure de pensée contemporaine ». Why don’t you just think about it? (traduit par Pourquoi ne pas y penser?) est son premier bouquin, qu’elle a publié plus tôt cette année.

En entrevue avec Les Versants, elle dira : « Ce n’est pas d’aujourd’hui que j’écris. Depuis la vingtaine, j’ai rédigé des poèmes, des histoires courtes, mais sans jamais publier. Je lis beaucoup aussi, sur différents sujets : la connaissance de soi comme les guerres mondiales, ou encore des romans policiers. Il y a cette curiosité chez moi. Mais avec ce livre, j’ai mis sur le papier une accumulation de réflexions et d’observations que je retiens depuis des années. Retraitée, j’avais du temps pour aller jusqu’au bout de mon projet! » Le sous-titre de l’ouvrage est d’ailleurs Reflections of life and society.

À travers les 85 pages que contient l’essai, l’écrivaine se demande comment améliorer le sort du monde. Selon la bachelière en administration de l’Université Laval, « on se doit tous de prendre le temps de réfléchir sur la vie et sur la société. Cela devient primordial de travailler ensemble, en communauté, afin d’assurer un monde meilleur. » Elle ajoute : « Mon but est de faire passer mon message. Je crois à l’influence qu’une personne peut apporter à quelqu’un d’autre, et de là, qu’il y ait un effet domino, que ça fasse boule de neige. »

« Avec ce livre, j’ai mis sur le papier une accumulation de réflexions et d’observations que je retiens depuis des années. » – Charlene Pincombe

Aider son prochain

Charlene Pincombe se dit penseuse. Elle dit aussi que la langue de Shakespeare est celle avec laquelle elle se sent le plus à l’aise pour écrire. D’où cette version pour l’instant. « J’ai été élevée dans les deux langues. Mais j’ai plus de facilité en anglais. La prochaine étape serait de faire traduire mon livre; pour l’instant, j’ai essayé quelques chapitres avec Google translate », mentionne celle qui souhaite venir en aide aux gens avec ses réflexions. D’après la Montarvilloise, « aider les gens fait partie de mon ADN ». C’est un naturel pour elle… Et ce, depuis sa jeunesse.

Deuxième d’une famille de cinq enfants, Charlene Pincombe a été élevée à Sept-Îles par une mère veuve. Son père est décédé d’un arrêt cardiaque alors que la maman avait 37 ans; le plus jeune de la famille était âgé de 2 ans. « Quatre années plus tard, lorsque nous étions tous à l’école, ma mère est retournée travailler. C’était une femme très généreuse, instruite, croyante. Pour ma part, très jeune, vers 12 ou 13 ans, j’ai eu des responsabilités dans la maison, auprès de mes frères et sœurs, ou encore à la popote. J’ai dû prendre certaines choses en charge et rapidement devenir mature pour aider ma mère », se souvient-elle.

Bénévolat

À la retraite depuis près d’une dizaine d’années, Mme Pincombe s’implique aussi bénévolement. D’abord au comptoir alimentaire et au comité d’accompagnement personnalisé du Centre d’action bénévole Les p’tits bonheurs, ainsi qu’à l’activité Trottibus de l’École De Montarville. « Le bénévolat, donner de la joie, ça vient me chercher! Ça répond à qui je suis. Je veux aider, et le bénévolat est un moyen d’y arriver. »

L’auteure, qui possède aussi un certificat en planification financière, est en train de plancher sur un nouveau manuscrit, cette fois à propos de chiffres, de finances personnelles et de la façon de gérer son argent. « Les chiffres influencent nos vies. Pour moi, c’est encore une façon de venir en aide aux gens, de partager des outils dans le domaine. »

Why don’t you just think about it? est disponible à la bibliothèque municipale de Saint-Bruno-de-Montarville, ainsi qu’à la Bibliothèque et Archives nationales du Québec (www.banq.qc.ca/services), ou encore sur le site Internet www.amazon.ca, simplement en inscrivant son nom dans la case de recherche.

QUESTION AUX LECTEURS :

Lisez-vous des ouvrages de croissance personnelle?

Leave a Reply

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des