L’après-Georges Brossard

Photo de Frank Rodi
Par Frank Rodi
L’après-Georges Brossard
L’entomologiste Georges Brossard et sa biographe Barbara Kahle. (Photo : archives)

Barbara Kahle

La biographe de Georges Brossard, la Montarvilloise Barbara Kahle, travaille actuellement sur un projet de pétition afin que l’Insectarium de Montréal soit renommé en l’honneur du célèbre entomologiste.

L’idée, au départ, avait été proposée par l’ancien maire de Montréal et ami de Georges Brossard, Pierre Bourque. Dans une lettre publiée le 5 juillet dans le quotidien Le Devoir, « Un grand Québécois vient de nous quitter », Pierre Bourque demandait que le futur Insectarium de Montréal soit baptisé Insectarium Georges-Brossard. Il proposait également qu’une salle d’exposition à l’intérieur de la future bâtisse lui soit consacrée afin que son œuvre, sa vie et sa personnalité demeurent vivantes dans le cœur de tous. Projet que M. Bourque a repris lors des obsèques de Georges Brossard, célébrées le 6 juillet dernier en l’église de Saint-Bruno-de-Montarville.

Pétition

Encouragée par les propos de l’ancien élu de la ville de Montréal, Barbara Kahle a pris la balle au bond. « Je suis en train de travailler sur une pétition pour que l’Insectarium soit renommé en l’honneur de Georges », mentionne l’auteure du livre Audace et démesure, la biographie de Georges Brossard parue en 2014 chez Québec Amérique.

Rencontrée par le journal Les Versants, Barbara Kahle avance que c’est la moindre des choses que l’Insectarium de Montréal soit rebaptisé au nom de son fondateur, et ce, pas seulement parce qu’il s’agit d’une bonne idée. Elle clame : « Ça doit se faire! Ce serait un bel hommage amplement mérité, logique et pertinent. Je souhaite que ça se réalise. »

Elle en est aux balbutiements de son initiative et il reste encore certains détails à développer, par exemple le site sur lequel la pétition, ouverte à tous, sera hébergée. « J’ai encore quelques démarches à entreprendre. »

Du côté d’Espace pour la vie, l’attachée de presse du comité exécutif, Laurence Houde-Roy, nous répond : « Nous avions déjà prévu soumettre le nom de Georges Brossard à l’étude du comité de toponymie. Son nom sera ajouté à la banque prévisionnelle de la Ville [Montréal] à cette occasion. Quoiqu’aucune décision ne pourra être prise avant 2020, nous souhaitons ardemment honorer la mémoire du célèbre entomologiste au sein des installations de l’Insectarium. »

« Je suis en train de travailler sur une pétition pour que l’Insectarium soit renommé en l’honneur de Georges. » -Barbara Kahle

Pour un hommage à Saint-Bruno

Par ailleurs, Barbara Kahle est d’avis que la Ville de Saint-Bruno-de-Montarville devrait également entreprendre des démarches afin d’honorer celui qui résidait avec sa femme depuis longtemps au cœur de la montagne. Elle propose le parc Duquesne, où s’élève notamment l’hôtel à insectes qu’a inspiré l’entomologiste, un habitat propice à la survie et à la reproduction de certains insectes utiles à la biodiversité et à la santé des parcs et jardins avoisinants. « Ce serait bien », dit-elle. Elle évoque aussi la place du Village. « Quelqu’un avait proposé l’idée de renommer cet endroit. Ce serait approprié. » En effet, le jour du décès de Georges Brossard, le 26 juin, l’éditeur du journal Les Versants, Philippe Clair, écrivait ce texte : « J’espère que les élus municipaux s’entendront afin de souligner sa mémoire. Ce Montarvillois bien aimé doit d’abord être honoré par ses concitoyens. Je suggère donc de rebaptiser la place du Village au centre-ville comme le parc Georges-Brossard. Situé au cœur de la ville, ce parc rallie les citoyens, les commerçants, tantôt en chansons, tantôt en rires et en célébrations. Le tout, entouré d’arbres! »

La jeune femme parle de Georges Brossard comme d’un homme motivant, excentrique et marginal, qui a entrepris son propre parcours. « Rarement j’ai vu quelqu’un d’aussi inspirant que Georges.Elle soutient : « Idéalement, il faut lui rendre hommage afin de se souvenir de cet homme dont l’impact a été significatif pour plusieurs personnes. »

Pas d’œuvres posthumes

Les yeux de Barbara Kahle se remplissent de larmes lorsqu’on lui rappelle qu’en tant qu’auteure d’Audace et démesure, elle est la biographe officielle de Georges Brossard. En effet, la Montarvilloise, alors banquière, s’est dite inspirée par l’entrepreneur venu donner une conférence sur son lieu de travail. Elle ne le connaissait pas auparavant. Quelques mois plus tard, elle a rencontré M. Brossard dans la montagne lors d’une course à pied. C’est alors qu’elle lui a demandé d’écrire sa biographie. Comme c’était la première fois qu’on lui faisait une telle proposition, il a accepté. « J’avais eu une bulle au cerveau! Une fois l’idée lancée, je n’ai pas eu le choix de poursuivre le travail… », d’observer Mme Kahle. Aujourd’hui, elle admet que c’est valorisant d’être la biographe de Georges Brossard. « Il a eu une vie inspirée et inspirante. C’est une chance que son histoire soit maintenant couchée sur le papier. Et c‘est tant mieux qu’il y ait quelque chose, les gens pourront apprendre à mieux le connaître. » Par la suite, le duo a collaboré afin de publier un premier roman autobiographique, Maudite passion, dans lequel l’amoureux des insectes raconte une chasse qu’il avait déjà gravée à la main dans un cahier plusieurs années auparavant. C’était en 2016. Mais depuis, Barbara et Georges ne planchaient sur aucun autre projet. « Dans le cadre de mon travail avec la biographie, j’avais mis la main sur des lettres et des journaux de bord récupérés dans des boîtes qu’il m’avait laissées. J’aurais aimé écrire à nouveau à son propos… mais ce n’est pas le cas pour l’instant. Il faudrait voir ce qu’il a laissé comme écrit. »

De ces moments passés avec lui, Barbara Kahle se souviendra des deux lancements. Le premier se déroulait à l’extérieur de l’Insectarium de Montréal, le second au milieu de l’exposition des papillons en liberté, au Jardin botanique de Montréal. « J’étais sur l’adrénaline! C’était la première fois que je vivais de tels événements. C’était intense! De beaux moments. »

Exutoire

La femme de 42 ans a récemment réalisé 2 marathons; elle se prépare pour un troisième plus tard en octobre. « La course est un excellent exutoire. Il se passe plein de choses dans notre cerveau quand on court… c’est ce que je faisais quand j’ai eu l’idée de la biographie! » conclut-elle.

QUESTION AUX LECTEURS : Avez-vous lu la biographie de Georges Brossard? 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des