La vision d’Yves Lessard en tant que candidat à la mairie

Photo de Frank Rodi
Par Frank Rodi
La vision d’Yves Lessard en tant que candidat à la mairie
Le maire sortant de Saint-Basile-le-Grand, Yves Lessard. (Photo : Richard Pelletier)

Le maire sortant de Saint-Basile-le-Grand, Yves Lessard, brigue la mairie en vue d’un deuxième mandat.

« Lors de mon premier mandat, j’ai fait le tour de la patinoire. J’ai observé les embûches. Nous avons réalisé ce que nous étions obligés de faire rapidement. C’était le solage de mon engagement. Maintenant, nous allons construire », lance le candidat à la mairie, Yves Lessard. Ce que l’homme de 78 ans qualifie de phase 2. « C’est là que je pourrai concrétiser un peu plus la vision que j’ai. »

« Ça ne s’improvise pas, une élection. » – Yves Lessard

La vision de M. Lessard l’amène vers divers projets et engagements. Une piscine intérieure dans un délai de 18 mois après l’élection, ou 24 mois après le 7 novembre si le plan A ne se concrétise pas. « Ça revenait dans la planification stratégique. La population sera consultée », promet-il. Le développement du stationnement incitatif d’exo pour construire des logements et aménager du stationnement souterrain. Des carrefours giratoires sur la route 116 afin d’améliorer la fluidité de la circulation. Un parc canin. Une Maison de la culture qui fera rayonner les arts et les artistes de Saint-Basile. Le déménagement de la caserne de pompiers de la rue Savaria pour y construire du logement à prix abordables. « D’ici quatre ou cinq ans, il faut avoir assez de logements pour garder notre monde ici. » Puis, d’autres engagements, notamment auprès de la Maison des jeunes La Butte, des citoyens, du développement durable, des infrastructures…

M. Lessard veut faire de Saint-Basile-le-Grand une municipalité modèle. « Pas nécessairement la meilleure, mais un modèle pour elle-même. En tant que leader, tu dois toujours avoir une enjambée ou deux de plus que les autres. Tu dois projeter une vision afin d’amener la ville ailleurs. »

Bien qu’il soit indépendant, le maire sortant se dit heureux de voir Josée LaForest se représenter dans le district 1. « C’est moi qui l’avais recrutée la première fois, en 2002, quand j’étais conseiller avec Bernard Gagnon. » M. Lessard voit d’un bon œil le retour potentiel de Denis Vézina au district 3. « M. Vézina apporte une autre dimension. Il a des préoccupations pour le monde agricole, l’environnement et les logements accessoires. » Cependant, M. Lessard déplore les départs de Line Marie Laurin et Richard Pelletier.

En marge de la campagne électorale, M. Lessard ne se cache pas pour dire qu’il a sollicité quelques-unes des candidatures en lice parmi les indépendants. Selon lui, ne pas le faire serait irresponsable. « Ça ne s’improvise pas, une élection », dit-il. Il souhaite la victoire des Martin Leprohon, Kim Méthot, Paul Belzile et Sarah Saïdi. « Je vais travailler avec ceux qui sont élus, indépendants ou du Parti grandbasilois, annonce-t-il. Mais je favorise bien sûr les candidats indépendants. Pour deux raisons, la latitude et l’expérience des quatre dernières années! »

En entrevue, il affirme que la Municipalité ne peut pas se permettre de faire du reculons sur ce qui a été réalisé depuis 2017. « Protégeons nos acquis. Ça donne un sens au mandat que je veux. Ce pourquoi je reviens, en fait, parce que j’ai hésité beaucoup », reconnaît-il. M. Lessard dit vouloir faire progresser Saint-Basile, d’où cette intention de revenir en tant que maire. « Cette ville-là, je l’aime. J’y vis depuis bientôt 50 ans. Je n’ai pas l’intention de la quitter. »

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires