La Ville appuie le projet de jardin collectif de l’école Courtland Park

Photo de Frank Rodi
Par Frank Rodi
La Ville appuie le projet de jardin collectif de l’école Courtland Park
Un projet de jardin collectif est en attente de réalisation à l’école internationale Courtland Park. (Photo : courtoisie)

La Ville de Saint-Bruno-de-Montarville appuie le projet de jardin collectif de l’école internationale Courtland Park.

Par son soutien, la Municipalité s’engage à débourser les frais inhérents à la mobilisation du jardin, soit les frais pour l’acquisition de matériaux divers ainsi que l’achat de semis pour une contribution maximale de 3000 $.

« C’est une bonne nouvelle! », a confié au Journal de Saint-Bruno le directeur de l’école internationale Courtland Park, François Couture, qui n’avait pas encore été informé de la décision de la Ville.

« Ce projet offre un rayonnement à notre politique de ville nourricière, démocratise la culture urbaine, promeut les saines habitudes de vie en plus d’initier les jeunes à l’agriculture urbaine et à la production d’aliments locaux sains. » – Ludovic Grisé-Farand

Ce projet a pour but d’initier les élèves de maternelle et de 6e année en collaboration avec la communauté parentale à la pratique du jardinage. « Un projet en lien direct avec notre politique de ville nourricière, a rappelé en assemblée le maire de Saint-Bruno, Ludovic Grisé-Farand. Ce projet offre un rayonnement à notre politique de ville nourricière, démocratise la culture urbaine, promeut les saines habitudes de vie en plus d’initier les jeunes à l’agriculture urbaine et à la production d’aliments locaux sains. »

En tout, une soixante d’enfants pourront bénéficier de ce jardin collectif, répartis dans deux classes de maternelle 5 ans, un groupe de maternelle 4 ans et les jeunes de 6e année. « Je voulais qu’une autre classe s’implique auprès des maternelles. Les élèves les plus vieux avec les plus jeunes, c’est une belle façon de boucler la boucle, je trouve. Les 6e année s’occuperont de planter les semis à l’intérieur avant qu’ils soient transplantés dehors le moment venu », commente François Couture.

Pour ce dernier, l’idée d’un projet communautaire autour duquel se développe une synergie est porteuse.

Le jardin collectif serait situé sur un côté de l’école, une bande gazonnée non utilisée, mais ensoleillée à souhait. « L’idée du jardin de maternelle nous est venue en discutant avec mon enseignante de maternelle 4 ans, Marina Salhany. C’est avec elle que nous avons discuté des différentes zones et de l’horticulture urbaine pour les élèves », explique-t-il.

Mais avant d’aller de l’avant, M. Couture est en processus de subvention. Le projet demeure à l’état embryonnaire, car en attente d’autres fonds pour le réaliser. Mais le directeur de l’école est confiant. Il attend des réponses de la Caisse Desjardins du Mont-Saint-Bruno et du ministère de l’Éducation.

Le concept de jardin de maternelle comprendrait notamment une cuisine extérieure pour les petits, un abri et autres structures pour amuser les enfants et leur permettre de développer leurs aptitudes psychomotrices.

Adepte du sport de plein air avec un bagage scientifique, M. Couture a développé une passion pour l’écologie et les sciences. Il souhaite laisser sa marque, proposer des projets qui sortent des murs de l’école. D’ailleurs, une ruche d’abeilles est installée sur le toit de l’école depuis 2020. Une station météo y a aussi été implantée. Enfin, les élèves peuvent aussi bénéficier d’une classe verte.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires