La parole aux candidats… sur l’économie

Photo de Frédéric Khalkhal
Par Frédéric Khalkhal
La parole aux candidats… sur l’économie
Dans l'ordre, Nathalie Roy, Daniel Michelin, Lucie Gagnon, Evans Henry ainsi que Marie-Christine Veilleux. (Photo : photo montage)

Dans le cadre de la campagne menant aux élections générales, le journal Les Versants donne la parole aux cinq principaux candidats de la circonscription de Montarville dans la course aux prochaines élections provinciales, qui se dérouleront le 3 octobre. Cette semaine, les candidats parlent économie.

Propos recueillis par Frédéric Khalkhal

Nathalie Roy, Coalition avenir Québec.

« En 2018, nous avions promis de remettre de l’argent dans les poches des contribuables. Nous avons tenu notre parole et allons continuer de le faire. Ainsi, nous nous engageons à augmenter le soutien financier aux aînés de 70 ans et plus en le faisant passer de 411 $ à 2000 $ par année, de façon récurrente. Le montant donné variera en fonction du revenu et touchera 1,1 million de personnes.

Nous nous engageons également à verser une aide ponctuelle de 600 $ aux personnes ayant un revenu annuel de moins de 50 000 $ et 400 $ à celles gagnant de 50 000 $ à 100 000 $ par année. Nous estimons que 6,4 millions de Québécois recevront cette nouvelle aide pour faire face à l’inflation.

À cela s’ajoute une diminution de l’impôt, toujours dans l’objectif de remettre plus d’argent dans les poches des Québécois. Les deux premiers paliers d’imposition seront réduits d’un point de pourcentage dès 2023 et pour l’entièreté du mandat. Concrètement, cela signifie une baisse d’impôts pouvant aller jusqu’à 810 $. Le plan de la Coalition avenir Québec prévoit par la suite une baisse annuelle de 0,25 % des deux premiers paliers d’imposition jusqu’en 2032. Finalement, nous nous engageons à plafonner tous les tarifs gouvernementaux pour que leur hausse soit limitée à 3 % ou moins. Si l’inflation est inférieure à 3%, l’augmentation des tarifs sera plus basse.

Les Québécois seront ainsi protégés des hausses brutales de tarifs comme ceux de l’électricité, des garderies, de l’immatriculation et du permis de conduire. L’augmentation des droits de scolarité sera aussi limitée. »

Lucie Gagnon, Parti libéral du Québec

« Ma priorité à titre de candidate du Parti libéral du Québec est l’économie.

Une économie forte donne le droit de rêver à mieux : mieux pour les plus démunis, mieux pour la planète, mieux pour l’innovation, mieux pour chacun d’entre nous.

Malheureusement, l’inflation a atteint des sommets records et de trop nombreuses familles doivent faire des choix déchirants pour arriver à se nourrir convenablement. Rester inactive devant cet état de choses est inacceptable pour moi. Je veux que l’on remette de l’argent dans les poches des Québécois et Québécoises en baissant les impôts, en abolissant la TVQ sur les produits essentiels, en gelant les tarifs d’Hydro-Québec et en bonifiant les programmes d’aide aux plus démunis.

Je suis également très fière que le PLQ possède une vision moderne de l’économie qui inclut la protection de l’environnement. Pour moi, la croissance et le développement économique ne doivent surtout pas rimer avec saccage de l’environnement. Je crois qu’il est plus que temps de prendre ce virage vert qui aura de nombreuses retombées économiques sans oublier les économies en soins de santé qui seront réalisées. Notre projet ECO de production d’hydrogène vert, c’est exactement cela, un grand projet de société qui créera des emplois et nous permettra d’assurer aux générations futures un environnement en santé pour qu’elles puissent prospérer, répondre à leurs besoins et bénéficier de toutes les beautés et les richesses que notre planète nous offre à tous. »

Evans Henry, Parti conservateur du Québec

« Une fois élu, je serai présent pour défendre les Montarvillois(e)s à l’Assemblée nationale afin de protéger leur pouvoir d’achat en favorisant une baisse d’impôts qui touche tous les contribuables. L’exemption personnelle de base d’impôts des particuliers sera augmentée à 20 000 $ et les taux d’imposition des deux premiers paliers seront diminués dès 2022. Afin de contrer l’inflation, j’appuie la proposition du Parti conservateur du Québec (PCQ) de suspendre la perception des taxes provinciales sur l’essence. Pour bien des gens, l’essence est un bien essentiel pour se rendre au travail. D’ailleurs, l’élargissement des voies de l’autoroute 30, entre les Promenades St-Bruno et l’autoroute 20, est une de mes priorités dès le premier mandat afin de faciliter les déplacements de tous.

Aussi, pour faciliter le prolongement de carrière de nos travailleurs les plus expérimentés, j’appuie l’engagement du PCQ d’augmenter le crédit d’impôt des 60 ans et plus.

L’économie, c’est aussi cesser de taxer la revente de tous les biens de consommation usagés, incluant les automobiles. Ceci encouragera la consommation et l’utilisation des biens usagés et le recyclage de biens ayant encore une utilité de vie.

Finalement, le manque de place en garderie est également une cause de pénurie de main-d’œuvre. Je m’engage à y diminuer le temps d’attente et permettre aux parents de réaccéder au marché du travail en temps opportun. Je serai présent pour accroître la concurrence et ainsi augmenter rapidement l’offre de service. Je veux l’équité pour tous via un bon de garde de 200 $ imposable par semaine par enfant. »

Marie-Christine Veilleux, Québec solidaire

« La location d’un logement décent ou l’achat d’une première maison à un prix raisonnable sont devenus quasi impossibles pour une partie de la population. À titre d’exemple, le taux d’inoccupation des logements est de moins de 1 % à Boucherville et la valeur moyenne des maisons à Saint-Bruno-de-Montarville est estimée à plus de 518 000 $, en hausse de 22 % sur l’année précédente. Cette situation touche particulièrement la génération montante. Pour eux, la pression financière est insoutenable. La rareté des logements crée une pression sur les loyers et limite leurs capacités d’épargne pour une mise de fonds lors de l’achat d’une maison, chaque année plus importante.

Comme citoyenne et candidate de Québec solidaire, je refuse d’accepter cet état de fait sans réagir. Pour moi, il s’agit d’une priorité économique de premier plan. Par mon engagement dans cette campagne électorale et comme future élue à l’Assemblée nationale, je souhaite contribuer à régler la crise du logement et donner la chance à une nouvelle génération d’accéder aussi à la propriété. Je suis fière d’appartenir à une équipe qui propose des solutions concrètes et une vision d’avenir. Spécifiquement, je suis favorable à l’engagement de Québec solidaire d’entamer un grand chantier de construction de 50 000 logements sociaux écoénergétiques et de mettre en place un contrôle obligatoire des coûts de location appuyé sur un registre des loyers. »

Daniel Michelin, Parti québécois

« Une économie tournée vers la lutte contre le changement climatique et au profit du développement durable constitue la base de mon engagement, dans ce domaine, dont l’objectif est un Québec qui s’assume économiquement.

L’économie et l’environnement sont, plus que jamais, des thèmes indissociables.

En ce sens, je souhaite faire de l’économie circulaire un principe central de développement pour l’atteinte de l’objectif « zéro déchet ». Pour ce faire, Il faut produire des biens et des services de manière durable en limitant la consommation et le gaspillage des ressources et la production des déchets.

Au lendemain de mon élection, je mettrai en place un organisme (but non lucratif) pour faire la promotion de l’économie circulaire auprès des entreprises et des décideurs de Montarville. Je vais aussi rencontrer les chefs des entreprises installées dans nos deux parcs industriels, et ailleurs dans Montarville, pour discuter du thème de la réindustrialisation de l’économie québécoise en identifiant des catégories de produits actuellement importés pour lesquels la fabrication au Québec pourrait être concurrentielle.

Je veux contribuer au développement de celles qui existent déjà et participer à la création de nouveaux secteurs pour les entrepreneurs qui souhaitent ce changement dont l’objectif est d’atteindre une indépendance des chaînes d’approvisionnement.

Enfin, les deux dernières années nous ont permis de réaliser l’importance de l’indépendance alimentaire et énergétique. Je suis particulièrement fier de voir les citoyens de Montarville encourager les entrepreneurs locaux et je vais les inciter à poursuivre dans cette voie du Québec qui s’ASSUME économiquement… pour vrai. »

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires