La générosité au rendez-vous

Photo de Frank Rodi
Par Frank Rodi
La générosité au rendez-vous
À Saint-Basile-le-Grand, c’est dans le stationnement de l’aréna que se déroulait la guignolée. (Photo : Pierre Cyr)

Guignolées sur le territoire

Malgré les nouvelles formules adoptées cette année pour les guignolées du territoire, les citoyens ont fait preuve de générosité, en ligne comme sur le terrain.

La pandémie de 2020 affecte tous les secteurs, y compris celui de la guignolée. Que ce soit le porte-à-porte traditionnel ou encore les interventions aux intersections des rues, c’était impossible de les réaliser efficacement avec les mesures sanitaires en place. Les organisateurs ont dû faire une croix sur ces collectes habituelles, se tournant surtout vers le don en ligne.

Guignolée Saint-Bruno

Pour la guignolée de l’unité pastorale de Saint-Bruno/Saint-Basile, l’objectif était de 90 000 $. Au moment d’écrire ces lignes, la somme récoltée frôle les 89 000 $. « On peut déjà dire que c’est un objectif que nous avons atteint. C’est une très bonne nouvelle! », confie la coordonnatrice des activités paroissiales de l’unité pastorale Saint-Bruno/Saint-Basile, Caroline Rodrigue. Des dons sont reçus encore tous les jours; il est possible d’en offrir jusqu’au 22 décembre. Les dons en ligne qui ont été remis par la plateforme La Ruche seront doublés par Desjardins, jusqu’à concurrence de 8 000 $. « C’est le montant qui nous sera versé », confirme Mme Rodrigue.
Le 29 novembre, les organisateurs s’étaient réunis devant l’église de Saint-Bruno en prenant toutes les mesures sanitaires nécessaires. Les citoyens pouvaient s’y rendre afin d’offrir dons et denrées non périssables. De ces quelques heures passées sur place, à accueillir le public, il s’est récolté quelque 24 000 $ et l’équivalent de deux camions de nourriture pour confectionner les paniers de Noël. « C’est très bon, très positif!, commente Caroline Rodrigue, qui a vu des donateurs remettre des chèques de 100, 150, voire 200 $. C’était une façon de donner différente. Nous avons beaucoup aimé cette formule. »

« Les gens sont solidaires. » – Caroline Rodrigue

La coordonnatrice des activités paroissiales souligne aussi la contribution de plusieurs commerces de Saint-Bruno, et ce, malgré leur situation précaire causée par la pandémie. « Les petits commerces locaux, je n’ai aucune idée comment ils survivent actuellement. Ce n’est pas facile pour eux, on le sait qu’ils éprouvent des difficultés. Ce n’est pas banal comme geste d’avoir participé à notre guignolée; je trouve cela très beau », dit-elle.

Pour Caroline Rodrigue, les commerçants apprécient leur communauté. « Ce que ça me dit, c’est que les propriétaires de petits commerces de Saint-Bruno ont à cœur leur clientèle et la population d’ici. Les gens sont solidaires; ils ont à cœur de venir en aide à leurs voisins. »

Soulignons que c’est le 22 décembre qu’autour de 90 paniers de Noël seront livrés aux familles et aux personnes seules moins bien nanties sur le territoire de Saint-Bruno. « Nous sommes heureux de la tournure des événements, parce qu’il y a tellement de gens dans le besoin. La population a très bien répondu, elle souhaitait faire une différence », exprime Caroline Rodrigue.

Guignolée du Centre de bénévolat

La guignolée du Centre de bénévolat de Saint-Basile a aussi connu du succès. L’objectif de l’événement est de 20 020 $. Une récolte de 13 000 $ a été enregistrée au milieu de la semaine dernière. Les dons entrent encore et devraient le faire pendant deux ou trois autres semaines. « Le décompte final se fera à la mi-janvier. D’ici là, la cueillette se rapprochera de notre objectif », nous répond la directrice générale du Centre, Renelle Bourdages.
Pour pallier l’impossibilité d’effectuer le traditionnel porte-à-porte, les bénévoles avaient donné rendez-vous aux citoyens le 6 décembre dernier dans le stationnement de l’aréna Jean-Rougeau. C’est à cet endroit qu’étaient reçus dons et denrées. Les organisateurs évaluent le passage de 400 à 500 voitures pendant les six heures qu’a duré l’activité. Une bonne récolte a aussi été constatée pour les denrées, qui permettront de garnir les paniers de Noël. « Je suis agréablement surprise, admet Renelle Bourdages. Oui, les gens ont été généreux, mais on ne savait pas s’ils se déplaceraient. C’est pour cette raison, mon étonnement. Honnêtement, ç’a très bien été, au point de songer à peut-être reprendre la même formule l’année prochaine. »

Cette formule pour la guignolée, tenue dans un stationnement, permet une logistique plus simple et demande la participation de moins de bénévoles. Quand on lui dit que cette méthode n’assure pas de couvrir toutes les rues du territoire ni de joindre l’ensemble de la population, Mme Bourdages reconnaît qu’en effet, « cette formule ne joint pas tout le monde ». Elle ajoute : « Mais c’est un endroit stratégique où passent beaucoup de gens. Le sujet sera discuté lors de notre post mortem. » Par ailleurs, les équipes du Centre de bénévolat ont procédé, le 14 décembre, à la distribution de quelque 55 paniers de Noël aux Grandbasilois qui en avaient fait la demande.

Grande guignolée des médias de la Rive-Sud

Du côté de la grande guignolée des médias de la Rive-Sud, l’événement, tenu virtuellement le 3 décembre, a permis de recueillir 180 000 $ en dons, sur un objectif de 200 000 $. Quant à la nourriture, la Montérégie a remis des denrées non périssables pour l’équivalent de 50 000 $. L’objectif à atteindre est une valeur de 100 000 $. Les gens ont jusqu’au 31 décembre pour y contribuer. « Nous avons encore bon espoir de réaliser nos objectifs », glisse la coordonnatrice promotion et développement de l’action bénévole du Centre d’action bénévole (CAB) Les p’tits bonheurs, Nathalie Chagnon. Rappelons que le CAB s’impliquait à nouveau dans l’organisation de ce rendez-vous collectif. Puis : « On ne savait pas comment se dérouleraient les choses cette année, mais les gens se sont encore montrés généreux, même si on n’a sûrement pas joint l’ensemble d’entre eux. »

Maison de l’entraide

À Sainte-Julie, c’est la Maison de l’entraide qui chapeaute la guignolée. L’événement, tenu pour une 25e année, avait lieu en novembre dernier. L’objectif est de donner un coup de main aux personnes et aux familles démunies. Le décompte n’est pas final, mais pour l’instant, c’est une somme de 30 000 $ qui a été obtenue. L’objectif cible 40 000 $. « Nous avons encore bon espoir de l’atteindre. Nous le souhaitons. Les dons continuent d’entrer. Nous les acceptons jusqu’à la fin du mois de décembre », explique la directrice de la Maison de l’entraide, Nathalie Garand. Des partenaires de l’organisme, comme les pharmacies, doivent aussi remettre des dons récoltés à leurs caisses. « Les gens ont été très généreux. Nous avons récolté aussi beaucoup de denrées », résume Nathalie Garand. Les denrées qui ont été récupérées dans le cadre de la guignolée serviront entre autres à garnir plus de 65 paniers de Noël, remis à des familles en difficulté. « Il y a une belle diversité dans les produits reçus cette année. Nous ajoutons aussi dinde, tourtière, pâté au poulet, fruits et légumes, tarte, clémentines… Nous offrons ce que nous voudrions manger aussi », conclut la responsable de la guignolée à la Maison de l’entraide, Lise Caron.

Guignolée du Dr Julien

La Guignolée du Dr Julien, au profit du Centre de pédiatrie sociale en communauté de Longueuil, s’amorçait virtuellement samedi. Un montant provisoire de 14 400 $ avait été récolté lundi dernier.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires