La fierté de Mathis Turcotte

Photo de Frank Rodi
Par Frank Rodi
La fierté de Mathis Turcotte
(Photo : Courtoisie)

Finale régionale de la Montérégie de la Dictée P.G.L.

Le Julievillois Mathis Turcotte, de l’École Arc-en-ciel, s’est distingué le 23 mars à la finale régionale de la Montérégie de la Dictée P.G.L. Avec une seule erreur, le garçon de 12 ans a son laissez-passer bien en main pour la grande finale internationale, le 19 mai, à Montréal.

Au téléphone, Mathis Turcotte cherche longuement ses mots pour expliquer sa joie de faire partie des 10 finalistes qui représenteront la Montérégie, plus tard en mai. Mais il finit par raconter que c’est important, pour lui, d’être de ce groupe. « Je suis fier de moi, commence-t-il. Parce que j’ai travaillé vraiment fort! »

Il se dit surpris du résultat de la finale régionale, car il s’attendait à commettre de trois à cinq erreurs dans le texte. Or, il s’en est tiré avec une seule. « Tout le monde parle de ça dans mon école; c’est cool! »
Cette année, la Dictée P.G.L. avait pour thème « Des mots et des gestes pour l’avenir ». Elle a été lue par le ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, Jean-François Roberge. Dans ses mots, Mathis note que « la dictée portait sur la pollution, les déchets et la transition énergétique ». Le tout s’est tenu dans la bibliothèque de l’École secondaire Ozias-Leduc, à Mont-Saint-Hilaire, et Mathis Turcotte se souvient d’« une ambiance vraiment silencieuse ».

« Tout le monde parle de ça dans mon école. » – Mathis Turcotte

À la suite de sa présence à la finale régionale, Mathis Turcotte ira donc à la grande finale internationale dans moins de trois semaines, en compagnie notamment d’Océane Sarrazin et Émilie Aubé, des candidates qui fréquentent respectivement des écoles de Saint-Basile-le-Grand et de Saint-Bruno-de-Montarville. « Je n’étais pas certain de pouvoir m’y rendre, mais déjà de gagner la finale de mon école, j’étais content! Être retenu pour cette étape finale, c’est encore mieux! » observe fièrement Mathis Turcotte. Pour le rendez-vous du 19 mai, il souhaite bien faire. « Je n’ai pas d’objectif précis, je veux seulement ne pas arriver parmi les derniers. »

Non seulement il représentera son école, l’Arc-en-ciel, mais aussi la classe de son enseignante, Isabelle Létourneau.

Facilité à l’école

Lorsqu’on lui demande quelles sont ses matières scolaires préférées, le Julievillois n’hésite pas à dire les mathématiques et le français écrit : « J’ai de la facilité en mathématiques, j’aime raconter des histoires et dire ce que je pense. » À l’école comme à la maison, il opte pour des compositions écrites tournées vers la science-fiction.

Adepte de la lecture, il aime plonger dans des romans d’humour, tels que la série Bine, de Daniel Brouillette. « Ce sont des livres rédigés avec beaucoup d’ironie et de blagues », de poursuivre celui qui ira à l’École secondaire du Grand-Coteau, aussi à Sainte-Julie, dès septembre prochain. Il a d’ailleurs été accepté au programme multisport et intégration des technologies.

Reconnu pour son écriture

Le père de Mathis, Hervé Turcotte, n’avait évidemment que de bons mots pour son fils. Il évoque une grande fierté pour la famille. « Nous avons toujours apprécié son grand talent en français. Mathis a toujours été reconnu pour avoir une belle écriture, ce qui est plutôt rare pour les garçons. En même temps, nous sommes un peu surpris de le voir accéder à la grande finale internationale; c’était inespéré un peu. Nous sommes très fiers de lui! » Lors de la finale régionale, les parents étaient aussi invités à rédiger le texte; or, Mathis a fait moins de fautes que son père.

QUESTION AUX LECTEURS : Avez-vous déjà participé à la Dictée P.G.L.?

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des