La danse comme mode de vie

Photo de Frank Rodi
Par Frank Rodi
La danse comme mode de vie
Alexandre Carlos. (Photo : Marï Photographe)

Participants à l’émission Révolution

Trois professeurs de Studio Innova Danse ont pris part à l’émission Révolution, sur TVA. Pour Alexandre Carlos, qui fait encore partie de l’aventure, Joëlle Bourbeau et Roxane Duchesne-Roy, la danse, c’est la vie.

Les trois danseurs ont connu leur moment Révolution au cours de l’une ou l’autre des deux saisons de l’émission. Ils racontent leur aventure.

Alexandre Carlos

Alexandre Carlos a été sélectionné parmi quelque 4 000 participants pour les auditions télévisées. Son collègue Alex Francoeur et lui forment les Alex. Ils ont reçu les trois votes nécessaires des maîtres pour passer à l’étape suivante. Dimanche dernier, le duo a été préféré à la danseuse Véronique Giasson dans le cadre du Face-à-face. Ils font maintenant partie des finalistes. « C’est assez rare de voir un duo de deux gars en danse contemporaine, avance Alexandre Carlos. Les gens sont habitués d’avoir un couple homme-femme. Alex et moi avons décidé de proposer un tout autre univers, nouveau genre. »

Selon lui, l’émission Révolution est une plateforme intéressante pour démocratiser la danse, « surtout la danse contemporaine, qui est complètement autre chose que la danse urbaine ». Il poursuit : « Ça permet une belle visibilité. Au début, nous avons voulu montrer notre numéro et pousser la chorégraphie, et nous sommes rentrés dans l’aventure. »

Il compare son expérience Révolution à celle, il y a une décennie, de So You Think You Can Dance, alors qu’il était âgé de 18 ans. « Ç’a avait été plaisant, mais j’avais senti, à l’époque, que ce n’était pas pour moi. » C’est la raison pour laquelle il avait été réticent à s’inscrire à la première saison de l’émission québécoise. « Avec Révolution, les danseurs sont en valeur, l’accent est mis sur la danse et les chorégraphies. Le point fort du concept est de jouer un grand rôle pour démystifier la danse », estime Alexandre Carlos.

Pour cet homme de 22 ans, la danse est devenue un mode de vie. Il en a fait sa formation professionnelle, jusqu’à son passage à l’École de danse contemporaine de Montréal. « La danse, c’est toute ma vie, dira-t-il en entrevue. Depuis mes débuts, à 7 ans, jusqu’à maintenant, la danse fait partie de mon quotidien. »

Joëlle Bourdeau

De son côté, Joëlle Bourdeau a aussi été choisie pour les auditions télévisées. Cependant, la jeune femme n’a pas été retenue pour la suite. Bien qu’elle n’ait pu capter l’intérêt des trois maîtres, la mère de famille parle d’une expérience enrichissante. Au début, l’objectif était de relever un défi, celui de danser solo sur la scène. « L‘année dernière, j’avais eu le regret de regarder l’émission dans mon salon, de ne pas danser sur la scène. Mon but premier de vivre cette aventure était de me lancer un défi, soit celui d’essayer un solo, de m’amuser et de faire quelque chose pour moi », mentionne Joëlle Bourdeau qui, elle aussi, a fait de la danse un mode de vie.

« La danse, c’est ma vie! Je ne pourrais pas vivre sans danser. » – Roxane Duchesne-Roy

Quand on lui demande pourquoi la danse, elle répond que c’est une question qui ne se pose pas. « C’est depuis toujours! J’ai fait plusieurs activités, mais à 5 ans, j’ai accroché tout de suite à la danse. Je réveillais mes parents pour aller danser. En parallèle à mes études, au cégep, à l’université, à HEC Montréal, il y a toujours eu la danse à côté. »

Pour elle, le succès télé de TVA se démarque par son concept nouveau et son image fixe à 360° (la révolution). « Ils réussissent à mettre en valeur tous les styles de danse et les participants de tous les âges. L’équipe de réalisation fait un travail superbe, c’est ce qui rend l’émission captivante. »

Au téléphone, Joëlle Bourdeau laisse entendre qu’elle ne dirait pas non à une éventuelle troisième saison. « Mais pas en solo cette fois! Je participerais en groupe. »

Roxane Duchesne-Roy

La présence de Roxane Duchesne-Roy sur le plateau de Révolution remonte à la première saison du succès dominical de TVA. Elle avait alors été en mesure de décrocher les trois votes des maîtres avant de passer au Face-à-face. Elle s’implique encore cette année, mais en tant qu’entraîneuse pour différents danseurs de l’émission. « Je garde de très bons souvenirs de cette formidable expérience, déclare-t-elle en entrevue avec Les Versants. Pour moi, c’est mission accomplie d’avoir représenté la danse contemporaine sur cette plateforme qui démocratise la danse. »

Elle a dansé en duo avec son amie Merryn Kripzinger; Roxane Duchesne-Roy avoue qu’elles ont longuement hésité avant de faire le saut aux premières auditions pour Révolution. La seule certitude, c’est que le solo n’était pas une option. « Toutes les deux, on se lançait dans l’inconnu. C’était naturel de partager l’aventure avec quelqu’un. » De son passage à l’émission jusqu’au Face-à-face, la jeune femme retient la visibilité pour la danse contemporaine et la grande dose d’amour reçu du public, des proches et des élèves.

Préfère-t-elle enseigner ou danser? « La danse, c’est ma vie! Je ne pourrais pas vivre sans danser; c’est ma passion! Je suis née avec. J’ai une famille d’artistes, mon père est musicien; j’ai baigné là-dedans. J’ai toujours dansé. Par contre, mon rôle d’enseignante me donne parfois des idées que j’applique à moi-même et qui me permettent d’évoluer dans mon art », constate Roxane Duchesne-Roy, qui, s’il y a une suite à Révolution, conseille aux jeunes danseurs de se lancer, de tenter les auditions et de se découvrir à travers cette expérience. « Ils n’ont rien à perdre. »

QUESTION AUX LECTEURS :

Depuis l’arrivée de Révolution, avez-vous un intérêt pour la danse?

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des