Crématorium: la Coopérative funéraire toujours résolue à construire

Photo de Pascal Dugas Bourdon
Par Pascal Dugas Bourdon
Crématorium: la Coopérative funéraire toujours résolue à construire
Des pancartes produites par les opposants au projet. (Photo : archives).

La Coopérative funéraire du Grand Montréal n’a pas l’intention de déposer les armes dans le dossier du crématorium de la rue Parent : la démarche judiciaire engagée en décembre suit son cours et une première audition aura lieu le 17 avril prochain.

« Nous avons entrepris ces dernières semaines une démarche judiciaire afin que le tribunal ordonne à la municipalité de Saint-Bruno de voter en faveur de notre Plan d’implantation et d’intégration architecturale (PIIA) et de nous octroyer notre permis de construction », a indiqué par courriel aux Versants Mathieu Houle, directeur des opérations à la Coopérative.

« Notre dossier est actuellement entendu en Cour supérieure et une décision du tribunal est attendue d’ici quelques mois », a-t-il précisé.

« Mauvaise fois évidente »

Dans une demande introductive d’instance déposée en décembre dernier à la Cour supérieure, la Coopérative reprochait à la Ville d’avoir refusé de délivrer un permis de construction « sans motif valable » et exigeait donc son obtention. Elle juge que Saint-Bruno fait preuve d’une « mauvaise fois évidente » dans le dossier, et n’écarte pas la possibilité de réclamer à la Ville les pertes financières encourues par l’impossibilité de construire.

La Coopérative considère également que la Ville « n’est pas en droit d’utiliser l’approbation du PIIA comme prétexte pour empêcher l’usage du terrain à titre de crématorium ».

Le conseil municipal avait voté à l’unanimité le lundi 27 janvier contre le projet de crématorium de la rue Parent, devant la grogne des citoyens du quartier, qui craignaient de voir la circulation automobile être perturbée, la qualité de l’air, altérée, et la valeur de leur propriété, dépréciée. Lors d’une séance d’information tenue le 20 janvier, des experts engagés par la Ville avaient pourtant soutenu que l’arrivée d’un crématorium aurait peu ou pas d’impact sur ces trois aspects. Les citoyens ont cependant reproché aux études d’être incomplètes, voire inexactes.

« Les gens peuvent y assister. Je vous invite d’ailleurs à être présent.» – Martin Murray

Lors du conseil municipal du 18 février dernier, le maire Martin Murray s’est fait peu bavard sur la question, comme le dossier est judiciarisé. Il a tout de même invité les citoyens à se déplacer au palais de justice de Longueuil, le 17 avril prochain, lors de l’audition. Il a dit, sans vouloir s’impliquer davantage : « La Coopérative funéraire va présenter ses arguments et puis la Ville aussi va présenter ses arguments. Et éventuellement, on verra quelle décision sera prise. »

« Les gens peuvent y assister. Je vous invite d’ailleurs à être présent », a-t-il ajouté.

Rappelons que le projet hautement controversé prévoit l’implantation, près d’un quartier résidentiel, d’un complexe funéraire avec deux fours crématoires.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des