La communauté d’affaires veut plus pour l’autoroute 30

Photo de Pascal Dugas Bourdon
Par Pascal Dugas Bourdon
La communauté d’affaires veut plus pour l’autoroute 30
Les travaux reprennent sur l'autoroute 30, à hauteur de Saint-Bruno-de-Montarville. (Photo : archives)

Des travaux importants seront réalisés par le ministère des Transports sur l’autoroute 30 Ouest à la hauteur de Saint-Bruno, notamment dans le but d’améliorer l’utilisation de l’accotement pour les bus (UAB). Une bonne nouvelle, croit la communauté d’affaires de la région, qui exige cependant des changements plus profonds.

« C’est sûr que ça n’avance jamais à la vitesse à laquelle on voudrait que ça avance, mais c’est un pas dans la bonne direction », a expliqué aux Versants Michel Veilleux, président du comité transport à la Chambre de commerce et d’industrie de la Rive-Sud (CCIRS).

En plus d’améliorer la circulation des bus sur l’accotement, les travaux viseront à corriger l’orniérage et les fissures présentes dans la chaussée, et améliorer le confort de roulement des usagers de la route. Le tronçon visé est celui situé entre le boulevard Clairevue Ouest et la route 112. L’échangeur de l’autoroute 30 et de la route 116 sont également concernés.

« C’est un pas dans la bonne direction. » – Michel Veilleux

Les entreprises et les élus de la Rive-Sud demandent depuis des années que soient aménagées de véritables voies réservées pour autobus et covoiturage sur l’autoroute 30, entre les autoroutes 10 et 20. Selon la CCIRS, cette solution aurait notamment pour effet d’améliorer la fluidité du transport de marchandises, et donc de faire en sorte que les entreprises de la région soient plus compétitives.

Même s’il y a loin de la coupe aux lèvres, M. Veilleux croit le gouvernement Legault et ses ministres locaux sont sensibles aux enjeux de la mobilité sur l’autoroute 30 : « On voit qu’il y a une préoccupation, et que cette préoccupation est bien sentie. [Le gouvernement] souhaite que ça débloque. »

Étude en cours

D’ailleurs, M. Veilleux précise qu’une étude est en cours au ministère des Transports, laquelle devrait présenter des solutions plus durables que l’UAB. Si l’UAB permet aux bus de dépasser à basse vitesse des automobilistes en cas de congestion majeure, elle n’est pas en soi une voie de circulation.

« On est persuadés que lorsque les solutions seront déposées [au printemps ou à l’été 2020], il y aura du financement qui va suivre, qui va permettre de réaliser le projet », a indiqué M. Veilleux.

Par ailleurs, souligne le président du comité transport, l’autoroute 30 sera « l’accès-clé » pour rejoindre la station terminale du futur Réseau express métropolitain, notamment pour les citoyens de Saint-Hubert, de Sainte-Julie et de Saint-Bruno. « Si on veut que le REM soit un succès, les autobus doivent être en mesure de s’y rendre », insiste-t-il.

Effets limités sur la circulation

Quant aux travaux déjà prévus, le MTQ compte les réaliser en 2020. Dans l’objectif de limiter les effets sur la circulation, ils auront lieu de nuit.

Lors des travaux d’asphaltage sur l’autoroute en direction ouest, une circulation à contresens sera mise en place sur la direction opposée. Les entraves à prévoir sont donc essentiellement des fermetures de bretelles, de nuit.

Dans la journée, l’autoroute et l’ensemble des bretelles seront toujours disponibles à la circulation, a également précisé un porte-parole du ministère des Transports.

Le MTQ estimee le coût des travaux entre 5 millions de dollars et 10 millions.

Par ailleurs, des travaux d’asphaltage sur l’autoroute 30 en direction est, entre la route 116 et l’autoroute 20, ont débuté en août 2019 et seront parachevés au printemps 2020. Ils sont réalisés avec les mêmes objectifs que l’appel d’offres en cours.

Question aux lecteurs : Que pensez-vous de l’état de l’autoroute 30?

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des