La belle histoire d’un « vieil » arbre

Photo de Frank Rodi
Par Frank Rodi
La belle histoire d’un « vieil » arbre
Des enfants de l’École De Montarville étaient sur place pour assister à la transplantation de l’épinette; à gauche, on reconnaît l’écrivain Louis Émond. (Photo : Frank Jr Rodi)

École De Montarville

Derrière la sauvegarde d’une épinette vieille de 30 ans transplantée au lac du Village, il y a une histoire. Celle d’un arbre planté en juin 1989 par un enseignant, Louis Émond, et ses élèves de 6e année.

Chaque arbre a son histoire. Celle de l’épinette de 30 pieds qui était située, jusqu’à jeudi dernier, sur le terrain de l’École De Montarville, a un lien spécial avec Louis Émond, le professeur maintenant devenu écrivain à temps plein.

« Je tenais à cet arbre, parce qu’en 1989, je l’ai planté avec mes élèves de l’époque. » – Louis Émond

« Je tenais à cet arbre, parce qu’en 1989, je l’ai planté avec mes élèves de l’époque, relate Louis Émond, évoquant un geste symbolique. Je leur avais dit que ce qu’ils avaient appris cette année-là, c’était comme cette petite épinette de quelques centimètres. C’était en eux pour longtemps et que cela grandirait, que cela évoluerait, que cela s’épanouirait pour devenir, avec un peu de chance, quelque chose de beau. »

Trente ans plus tard, l’épinette se dressait toujours devant l’École De Montarville. Jusqu’à ce qu’elle soit transplantée, jeudi dernier. Un moment d’émotion pour Louis Émond. « Je suis ému », dit-il, sur place, lorsque le conifère a été sorti de son emplacement d’origine.

Il poursuit : « Malgré la chenillette de la Ville qui passe si proche, malgré la gadoue projetée par les voitures, malgré le calcium et les déglaçants, et surtout malgré le terrible verglas de 1998 – l’arbre n’avait alors que 10 ans! – auquel il survécut, il est toujours là, avec ses ramures d’un vert profond et sa forme si caractéristique. »

Maintenant que le déménagement a eu lieu, avec succès, le résidant de Saint-Bruno-de-Montarville se questionne. L’épinette survivra-t-elle au choc de la transplantation? « Quelque chose me dit que oui. Quelque chose me dit que cette épinette est habitée d’une formidable force vitale. Quelque chose me dit qu’à 30 ans à peine, elle se considère encore comme un sauvageon. Comme un gamin, un enfant. Or, les enfants savent s’adapter. C’est d’ailleurs là l’une des forces de l’enfance », de conclure l’auteur de l’album jeunesse La belle histoire d’une vieille chose.

QUESTION AUX LECTEURS :

Avez-vous déjà planté un arbre sur votre terrain pour ensuite le voir grandir?

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des