JoÈve Dupuis : une « Mères sans surveillance »

Photo de Frédéric Khalkhal
Par Frédéric Khalkhal
JoÈve Dupuis : une « Mères sans surveillance »
(Photo : Ryan O'Dowd)

Les Éditions de Mortagne ont publié le nouveau roman de JoÈve Dupuis, le premier d’une trilogie : Mères sans surveillance, Roseline par-dessus bord.

L’auteure de Sainte-Julie se lance dans le roman choral. Un premier tome raconte l’histoire d’une maman débordée qui gagne une croisière de luxe sur un immense yacht. Le deuxième tome raconte l’histoire d’une autre maman, qui gagne aussi une croisière sur le même bateau, et le troisième tome, vous l’aurez compris, racontera une nouvelle histoire d’une autre maman qui gagne la même croisière.

« Si cela fonctionne bien, les tomes vont se succéder. Je suis une machine à idées », d’annoncer au journal Mme Dupuis.  Et la mayonnaise semble prendre. Mères sans surveillance : Roseline par-dessus bord était déjà, lors de la première semaine de publication, dans les 50 livres les plus vendus dans les librairies au Québec.

Selon la maison d’édition, « le livre est très apprécié depuis sa sortie par les lectrices de 25-40 ans ». Le deuxième tome de la trilogie est attendu à l’automne 2022. Tous les tomes pourront être lus dans n’importe quel ordre, mais ils auront toujours comme trame de fond des mères gagnant une croisière de luxe. Mères sans surveillance est sa toute première série de « chick lit ». Ce mouvement littéraire met de l’avant des romans écrits par des femmes pour des femmes, représentant le quotidien réaliste de la fille de tous les jours.

« Ce livre est un genre en soi destiné aux mamans. Le thème de la parentalité y est très présent. Dans tout ce que j’écris, je mets forcément du mien, des trucs de maman. Cela fait partie de la vie d’une maman de rêver de silence, de sommeil et de café chaud, mais, pour la suite, il y a beaucoup de mon imagination qui entre en jeu », explique-t-elle.
D’ailleurs, la maman de deux enfants sait de quoi elle parle.

Même si JoÈve aime écrire des romans romantiques, « c’est mon dada », elle s’est découvert une plume humoristique. « Je ne pensais pas que les gens allaient rire autant en me lisant. J’ai reçu plusieurs témoignage en ce sens. » C’est pour cela qu’elle qualifie Mères sans surveillance, comme les autres tomes à venir, de comédie romantique.

La passion d’écrire
L’écriture, JoÈve s’y adonne depuis toujours. Fidèle aux éditions De Mortagne, elle publie son premier roman en 2015. À l’époque, elle s’était inspirée de son aventure sous les projecteurs de l’émission Occupation Double, à laquelle elle a participé en 2010, pour parler du trouble bipolaire, dans son roman Montagnes russes, un mal dont elle ne souffre pas.
Diplômée en communication, elle travaillera au Centre de services scolaire des Grandes-Seigneuries ou encore à la CÉTAM pendant plusieurs années. Aujourd’hui, « j’écris pour vivre ».
Et depuis, elle vit à fond sa passion.

« Avoir écrit en communication, ça m’a apporté quelque chose dans mon écriture. J’ai appris à écrire au ‘’je’’ pour une autre personne », de conclure Mme Dupuis.
Mères sans surveillance est disponible dans toutes les bonnes librairies.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires