Jacob Legault en progression

Photo de Frank Rodi
Par Frank Rodi
Jacob Legault en progression
Le planchiste Jacob Legault lors de son camp d’entraînement en Alberta. (Photo : courtoisie)

Planche à neige

Le planchiste Jacob Legault a conclu la compétition de descente acrobatique (slopestyle) au 49e échelon, samedi dernier, à la Coupe du monde d’Aspen, au Colorado. Le Montarvillois est maintenant en Suisse pour la dernière Coupe du monde de la saison, disputée à Silvaplana.

Jacob Legault a connu son baptême du feu l’année dernière en participant à sa première Coupe du monde à Calgary. En comparaison, le jeune athlète n’avait pu franchir les qualifications et son aventure s’était terminée en 51e position.

En progression

Cette fois, il s’est classé 49e sur 61 participants, devant son compatriote Sébastien Toutant, qui n’a pu faire mieux qu’une 54e place. Jacob s’est classé 25e sur 30 en qualification; seuls les six premiers planchistes de chaque vague des qualifications accèdent à la finale. « La particularité est que Jacob a devancé Sébastien Toutant et Sven Thorgren dans sa vague, deux athlètes qu’il suit et admire depuis plusieurs années », nous relate la mère de Jacob, Caroline Parent-Legault, contactée au lendemain de la compétition de son fils.

Jacob Legault aura eu un coup de cœur pendant son séjour à Aspen pour le Finlandais Rene Rinnekangas, « venu spontanément vers lui pour lui demander son nom et lui parler de sa descente ». Ce dernier s’est pointé au 6e rang de la finale en descente acrobatique.

« Un honneur pour moi de participer à des événements aux côtés d’athlètes que j’idolâtre. » – Jacob Legault

Quelques jours avant de dévaler les pentes à Aspen, la sensation de Saint-Bruno-de-Montarville avait répondu à nos questions, notamment sur ses objectifs en coupes du monde. « Je veux réussir à compléter une descente et faire de mon mieux. Je veux gagner de l’expérience. C’est certain que je ne vise pas un podium, mais juste de participer à une coupe du monde, c’est déjà un gros objectif d’atteint. »

Avec les meilleurs

D’autant plus que pour ces rendez-vous, il a rejoint l’équipe nationale, composée des Toutant, Max Parrot, Laurie Blouin et autres Mark McMorris. « C’est vraiment un honneur pour moi de participer à des événements aux côtés d’athlètes que j’idolâtre depuis que je suis très jeune. Ce sont des modèles pour moi et l’équipe canadienne est vraiment en feu dernièrement », exprime Jacob Legault.
À cause de la pandémie, plusieurs épreuves de descente acrobatique ont été annulées au cours de la saison. Ces deux coupes du monde, à Aspen et à Silvaplana, ont été ajoutées au calendrier pour remplacer les autres.

Tout de même, Jacob Legault n’a pas chômé pendant la dernière année, et ce, malgré le confinement. La saison avait pris fin abruptement il y a un an avec l’arrivée au pays de la COVID-19. Le jeune homme s’est adapté à la situation. « Il en a profité pour s’entraîner de façon assidue en trampoline et en air bag au centre d’entraînement Maximise, à Sainte-Agathe. Ce qui lui a permis d’apprendre plusieurs nouvelles manœuvres et d’en perfectionner plusieurs autres », nous mentionne sa mère. Selon elle, Jacob poursuit sa progression et met les bouchées doubles pour atteindre ses objectifs.

Plus tard dans l’année, il a mis en pratique sur les pentes ses nouvelles routines en participant à trois camps d’entraînement au sein de l’équipe canadienne junior : au Yukon à l’automne, à Calgary, au centre d’entraînement national, en janvier et récemment à Whistler, en Colombie-Britannique. « Ces camps m’ont permis de me développer en tant qu’athlète et de pratiquer sur des parcours similaires à ceux que je retrouverai en compétition. Je me trouve chanceux d’avoir eu accès à ces centres d’entraînement pendant la pandémie », confie le planchiste.

Ce qui l’amène à commenter son retour aux événements d’envergure, comme les coupes du monde : « Je suis vraiment content de retourner en compétition, d’être sur des parcours de haut niveau et de mettre en application tout ce que j’ai pratiqué dans les derniers mois. »

Un concours format COVID-19

Par ailleurs, avant les coupes du monde, Jacob Legault s’est illustré lors de sa participation à un concours annuel organisé par Absolut Park, en Autriche. L’événement est normalement présenté dans le parc à neige européen, mais cette fois il a été mis en ligne en formule COVID-19. Les athlètes invités pouvaient se filmer sur le site de leur choix dans diverses catégories. Jacob a emprunté la cour arrière d’un ami à Saint-Sauveur pour les besoins du concours. Ses prouesses lui ont permis de décrocher la première place dans la catégorie « Best Rail » et une bourse de 2000 $. Du côté féminin, c’est la médaillée olympique Anna Gasser, une Autrichienne, qui s’est distinguée. « C’était un gros défi de réussir cette manœuvre sur les rampes et je suis vraiment content d’avoir persévéré. C’est une belle reconnaissance », dira celui qui termine ses études secondaires au programme ski-études de l’école Augustin-Norbert Morin, dans les Laurentides. « L’année prochaine, je me dirige en sciences humaines au cégep de Saint-Jérôme dans le programme Alliance sport-études, ce qui me permettra de continuer à concilier mon sport et mes études. »

Quand on lui demande s’il a l’impression que la pandémie l’a changé en tant qu’athlète, le planchiste souligne que la situation mondiale lui a donné le temps nécessaire pour apprendre de nouvelles manœuvres et de les mettre en pratique plus longtemps que d’habitude. « [Ce n’est pas le cas] quand je suis en compétition pendant plusieurs mois au cours de l’hiver. La pandémie m’a permis de me développer en tant qu’athlète. »

La Coupe du monde de Silvaplana se déroulera en fin de semaine. À son retour au pays, c’est à une quarantaine de 14 jours que devra se soumettre l’adolescent. « Par la suite, je voudrais retourner à Whistler, si possible, pour terminer la saison. On verra ensuite ce que la prochaine année me réservera! »

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires