Initiatives municipales

Photo de Frank Rodi
Par Frank Rodi
Initiatives municipales
C'est la Semaine québécoise de réduction des déchets. (Photo : archives)

Semaine québécoise de réduction des déchets

La Semaine québécoise de réduction des déchets (SQRD) se déroule cette année du 17 au 25 octobre afin d’aider à revoir ses habitudes de consommation. En pleine crise sanitaire, est-ce que les municipalités souligneront l’événement?

Chaque année, les Québécois jettent plus de 700 kg de matières résiduelles et les achats courants représentent près de 80 % des emballages rapportés à la maison.

« Une occasion pour sensibiliser nos citoyens à réduire leur impact. » -Stéphanie Plamondon

La SQRD met souvent l’accent sur les initiatives citoyennes qui permettent de réduire la quantité d’emballages et de déchets. Mais que proposent les villes pour sensibiliser leurs citoyens à la cause?

Le projet Tendance de Sainte-Julie

La Municipalité de Sainte-Julie souligne la SQRD à sa façon, parfois à l’aide de ses outils de communications municipaux, d’autres fois grâce à la mise en place d’un programme spécial, comme ce fut le cas il y a un an. Questionnée par Les Versants, la coordonnatrice aux communications de Sainte-Julie, Julie Martin, précise : « L’an dernier, nous avons lancé le projet Tendance Zéro Déchet, un nouveau programme d’accompagnement personnalisé pour les citoyens afin de faciliter leur transition vers une réduction optimale de leurs matières résiduelles. »

Le processus aura permis de sélectionner 10 familles qui se sont prêtées au jeu, tenu d’octobre 2019 à avril 2020. Celles-ci ont ainsi profité « d’une programmation formatrice, participative et inclusive touchant les multiples façons de réduire leurs déchets », de mentionner Julie Martin.

Quand on lui demande ce qui a été constaté au terme de cette initiative, la représentante de la Municipalité indique que les résultats de cette première cuvée sont prometteurs. Le rapport de fin de projet est actuellement sous analyse. « Dans nos résultats préliminaires, nous pouvons voir que si tous les citoyens pouvaient le faire, ce serait exceptionnel. En changeant petit à petit leurs habitudes de consommation, à la hauteur de leurs moyens et leurs possibilités, ces familles ont collectivement diminué de 65 % leurs déchets ultimes et de près de 30 % l’ensemble de leurs déchets, incluant le recyclage et les résidus alimentaires!, évoque Julie Martin. L’objectif est que les familles sélectionnées deviennent ambassadrices et aident à convaincre leurs concitoyens des bienfaits de cette démarche. » Le résumé peut être lu sur le site Internet ville.sainte-julie.qc.ca/fr/418/Environnement. « Leur participation est d’ailleurs au-delà de nos attentes, [avec] un taux de 88 % aux activités du projet », répond, ravie, Mme Martin.

Saint-Basile-le-Grand

Du côté de Saint-Basile-le-Grand, la Ville nous répond qu’elle n’organise pas d’activités durant la période consacrée à la SQRD. « Par contre, cet événement provincial est une belle invitation à nos citoyens afin que, collectivement, nous revoyions nos habitudes de consommation, et ce, afin de réduire la quantité de matières résiduelles à la base. Cette période de sensibilisation n’est qu’une occasion pour sensibiliser nos citoyens à réduire leur impact », soutient la directrice du Service des communications de Saint-Basile, Stéphanie Plamondon.

Au cours des dernières années, la Municipalité a mis en place quelques initiatives « afin d’emboîter le pas », entre autres le programme de subvention pour l’achat de couches lavables et l’interdiction d’usage de sacs de plastique dans les commerces. Un autre exemple, tenu en septembre dernier, alors que Saint-Basile n’avait pas encore basculé en zone rouge, l’activité Les Trouvailles de l’automne, qui aura permis de donner une deuxième vie à plusieurs items toujours utiles. « Ce fut une très belle réussite », selon Mme Plamondon. Plus récemment, on a assisté à la création du comité de développement durable, dont la mission est de mettre à jour la Politique de développement durable ainsi que son plan d’action.

La complexité d’organiser des événements

Les villes s’accordent pour dire que la pandémie complique l’organisation d’événements et d’activités qui permettraient de mieux souligner, par exemple, une cause comme la SQRD. « La période actuelle est difficile pour l’organisation d’événements en raison de l’interdiction de se rassembler. La Ville suit à la lettre les recommandations de la santé publique », note Stéphanie Plamondon. Même constat à Sainte-Julie, qui s’est vue forcer d’annuler quelques événements en raison de la pandémie. « Nos équipes travaillent à réinventer les activités depuis le printemps dernier et trouvent des idées originales pour offrir tout de même aux citoyens des événements virtuels ou modifiés. Les conférences en ligne en sont un bon exemple. Nous avons aussi remplacé notre traditionnelle tournée de vérification des avertisseurs de fumée par une invitation à tous les citoyens de faire eux-mêmes leur vérification. Notre préventionniste a fait une vidéo en direct sur Facebook où il répondait aux questions des citoyens sur la sécurité incendie », d’informer Julie Martin.

QUESTION AUX LECTEURS :
Croyez-vous que la pandémie porte ombrage à la crise climatique?

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires