Il y aura du hockey au parc Pontbriand

Par Jean-Christophe Noël
Il y aura du hockey  au parc Pontbriand
Les cols bleus viennent tout juste d’installer la patinoire du parc Pontbriand, qui, après un an d’absence, vit sa résurrection. (Photo : Jean-Christophe Noël)

De justesse, les résidants entourant le parc Pontbriand auront accès à une patinoire cet hiver alors que revivra le feu espace glacé bordant l’école Courtland Park, à la demande du conseiller du deuxième district, Vincent Fortier.

C’est une quatorzième patinoire qui s’érigera en sol montarvillois, une troisième dans le secteur de Vincent Fortier. S’exprimant à tour de rôle sur le sujet lors de la dernière séance du conseil, les membres ont été divisés. Il aura fallu que le maire, Martin Murray, tranche le débat. Résultat : 4 à 3, en l’absence de Caroline Cossette et de Joël Boucher, pour ceux en faveur du retour du rectangle glacé, qui représente un défi supplémentaire par rapport à ses semblables quant à son entretien.

« Mon avis est que ce n’est quand même pas impossible, malgré ces défis, pour l’administration. Selon moi, la patinoire n’aurait pas dû être fermée l’an dernier. Je pense que fondamentalement, il s’agit d’une question de volonté administrative et politique », installe Vincent Fortier, qui avait tissé son argumentaire d’ores et déjà lors de la séance du mois d’octobre.

« Mon avis est que ce n’est quand même pas impossible, malgré ces défis, pour l’administration. Selon moi, la patinoire n’aurait pas dû être fermée l’an dernier. » – Vincent Fortier

Sylvain Brouillette

Marilou Alarie, conseillère du sixième district, a invité d’emblée Sylvain Brouillette, qui en était à sa dernière séance à titre de directeur général de la Ville, à s’exprimer sur le sujet. « Le dossier de la patinoire Pontbriand n’a jamais fait partie de la planification lorsque mon équipe a travaillé sur le dossier des patinoires. C’est un dossier qui a surgi il y a quelques semaines. L’administration a travaillé avec l’orientation globale qui avait été donnée par le conseil de réduire le nombre de patinoires et d’en maintenir le niveau de qualité […] remettre la patinoire représente des enjeux très importants en ce qui a trait aux coûts, mais également sur le plan opérationnel », a-t-il affirmé. Le DG a précisé en parlant de « location d’équipement et de temps supplémentaire ».

Marilou Alarie

Mme Alarie a pris la balle au rebond et a mentionné que « le site de la patinoire n’est pas emménagé pour favoriser un bon service ». Se basant sur un plan de recommandations émis par le Service des travaux publics, elle a renchéri que « la sortie d’eau à Pontbriand n’est pas suffisante, nécessitant des travaux à cet effet. La sortie est, aussi, trop loin de la patinoire, demandant d’autres investissements. Il y a aussi l’enjeu de la présence des élèves ». Elle a pointé ici le fait que les glaces sont arrosées de nuit, prétextant que les écoliers ne pourraient pas bénéficier de la patinoire de jour, celle-ci n’ayant pas eu le temps de figer comme il se doit. Elle a complété en soulevant « le défi que représente, pour les cols bleus, l’entretien de quatorze patinoires ».

Jacques Bédard

Jacques Bédard, conseiller dans le district 7, a pris à son tour la parole. « J’aimerais rappeler que l’ensemble des arguments mis de l’avant par Marilou (Alarie) est le même que celui évoqué l’an passé pour justifier la fermeture de la patinoire. J’ajoute qu’il y avait aussi un enjeu de sécurité pour les jeunes, argumentaire de l’ancienne direction de l’école, qui montaient sur les blocs de ciment et les tiges d’acier qui retiennent les bandes. Je rappelle aussi qu’à l’époque, M. le maire était de ceux qui avaient donné le mandat de diminuer le nombre de patinoires parce que, quand on passe de 74 jours d’utilisation des patinoires à une trentaine de journées, il y a manifestement signe que le climat québécois y est moins favorable », a-t-il complété.

Louis Dion

Quant à elle, Louise Dion s’est ralliée à Mme Alarie et à M. Bédard et a souligné « qu’avec onze patinoires, il y en a au moins une dans tous les districts, ce qui m’apparaît suffisant dans le contexte des changements climatiques et de la difficulté à maintenir la qualité des patinoires ».

Isabelle Bérubé

Isabelle Bérubé a retourné la dernière balle de l’échange avant que Mme Alarie ne fasse une contre-proposition « en invitant les membres du conseil à écouter ce que M. Fortier a dit. M. Bédard se fie à des informations qui étaient vraies l’an passé, alors que le contexte actuel est différent. Il y a une demande provenant de la direction de l’école ainsi que de parents qui veulent s’impliquer et cela fait partie de mes considérants ».

Avant de voter, Mme Alarie a contre-proposé. Elle a soutenu que la réouverture de la patinoire devrait être sous réserve d’une entente de principe entre la Ville de Saint-Bruno et l’école Courtland Park, et étant donné que cette réouverture est un souhait aussi exprimé par l’école, qu’un partage de frais soit en vigueur. N’obtenant pas d’appui, la contre-proposition a été rejetée.

Ludovic Farand Grisé s’est ajouté aux voix favorables de Mme Bérubé et de M. Fortier. C’est M. Murray qui a scellé l’issue du vote, tel qu’écrit préalablement.

Rouvrir la patinoire n’a pas été le seul point à la proposition de M. Fortier. Parallèlement, le conseiller s’est engagé à la mise sur pied d’un comité formé de citoyens, de parents et de membres de l’école Courtland Park afin de favoriser l’entretien de la patinoire.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires