Il rêve des Championnats du monde

Photo de Pascal Dugas Bourdon
Par Pascal Dugas Bourdon
Il rêve des Championnats du monde
Le cycliste Justin Roy présente ce en quoi consiste une portion de son entraînement. (Photo : Pascal Dugas Bourdon)

Un jeune cycliste de Carignan, champion québécois dans sa catégorie, rêve de participer d’ici quatre ans aux Championnats du monde, un objectif ambitieux, mais réaliste, selon lui.

« Ça va dépendre comment j’évolue au cours des prochaines années, mais c’est sûr que j’aimerais un jour participer aux Championnats du monde. Courser pour Équipe Canada, ç’a l’air pas mal nice! », a dit Justin Roy au journal Les Versants, qui a rencontré le cycliste de 14 ans à son domicile de Carignan, à la limite géographique de Saint-Bruno.

Il faut savoir que le jeune athlète, qui fait partie de l’équipe du Club cycliste Boucherville, a tout raflé l’an dernier. Pour la catégorie Minime (U-15), il a remporté le Championnat québécois, la Coupe du Québec, les Mardis cyclistes de Lachine et le Challenge Lacasse. Une récolte pour le moins impressionnante.

« C’est sûr que j’aimerais un jour participer aux Championnats du monde. – Justin Roy »

Cette troisième saison de rêve semble d’ailleurs avoir procuré des ailes au jeune cycliste, qui se donne le droit de rêver – avec raison – aux grands honneurs !

« Si tu penses à être champion du monde, c’est peut-être un peu moins réaliste, mais de participer au championnat, oui, c’est possible. Être un jour champion canadien, ça aussi, j’aimerais ça. C’est sûr que c’est vraiment difficile comme but, mais en même temps, c’est loin d’être impossible », a expliqué celui qui montre une belle maturité pour son âge. Toujours selon Roy, cette participation aux Championnats du monde est réalisable « dans un horizon de trois ou quatre ans ».

Entraînement toute l’année

Hiver oblige, les entraînements du jeune Carignanois se déroulent à l’intérieur, dans une pièce aménagée au sous-sol de la résidence familiale. Il utilise un logiciel de réalité virtuelle, qui lui permet de simuler des parcours et même de participer à des courses virtuelles. Devant son vélo stationnaire, un téléviseur lui donne l’impression d’être dans l’action. « On s’entend que c’est pas mal plus le fun que de regarder le mur pendant une heure et demie. Je ne serais aucunement capable de me motiver sans ça » , a admis le jeune athlète.

Car pour atteindre un tel niveau de performance, un entraînement intensif est incontournable, même durant la saison morte. À l’heure actuelle, Justin Roy s’entraîne six jours par semaine, pour un total d’environ 15 heures. La course, la musculation et le vélo stationnaire font notamment partie de son quotidien.

« Plus on se rapprochera de la saison, plus l’entraînement va se concentrer sur le vélo. L’été, je peux faire une douzaine d’heures de vélo par semaine, et ça sera pas mal tous les jours. Parfois, j’ai jusqu’à quatre courses par semaine, alors ça remplit pas mal mon entraînement », a soutenu l’athlète.

Objectifs ambitieux

Celui qui fera son entrée dans la catégorie Cadet (U-17) a d’ambitieux objectifs pour la prochaine saison. Il espère notamment remporter le Tour de l’avenir, une épreuve en quatre étapes, qui aura lieu à Québec, en août. Justin Roy raconte : « Je vise le maillot du meilleur jeune, soit du meilleur cadet en première année. C’est la course que je veux le plus, parce que c’est une des plus prestigieuses. »

Une maman fière

Mais peu importe l’issue de la saison, la mère de Justin, Nathalie Berthiaume, croit que son benjamin a déjà gagné beaucoup par la pratique de ce sport. « C’est sûr qu’on est super fiers de le voir réussir en cyclisme, mais on est surtout fiers de le voir discipliné, sérieux, à son affaire. On est contents de tout ce qui vient avec la réussite dans un sport », a-t-elle témoigné.

Justin Roy compte-t-il gagner sa vie comme cycliste? « C’est sûr que j’aimerais me rendre très loin, mais peut-être pas être cycliste professionnel. Quand tu fais ce métier, tu passes la majorité de ta vie sur ton vélo. J’aimerais ça que le vélo prenne une grosse partie de ma vie, mais sans que ce soit mon emploi. »

Il conclut, en riant : « Ce que j’aimerais faire comme travail ? Je n’ai que 14 ans. J’ai encore le temps. Peut-être que mon métier de rêve n’existe même pas encore! »

Question aux lecteurs : Que pensez-vous du parcours de Justin Roy?

Partager cet article

1
Laisser un commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
Sylvain Hinse Recent comment authors
  S'inscrire  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Sylvain Hinse
Guest
Sylvain Hinse

Justin tu es inspirant! Bravo pour ta belle saison et je te souhaite du succès pour 2020. On a hâte te voir et de t’encourager. A+