Hugo Richard veut jouer

Photo de Frank Rodi
Par Frank Rodi
Hugo Richard veut jouer
Hugo Richard devrait s’entraîner en tant que quart-arrière cette année. (Photo : Les Alouettes de Montréal, Dominick Gravel)

Alouettes de Montréal

Malgré les rumeurs d’un calendrier qui pourrait se voir annulé, la Ligue canadienne de football prévoit relancer ses activités cette année. Le quart-arrière Hugo Richard, membre des Alouettes de Montréal, prévoit un début de campagne en août.

Le football canadien sera-t-il de retour en 2021?

L’année dernière, la Ligue canadienne de football avait été contrainte d’abolir la saison 2020. Elle n’avait pas été en mesure d’obtenir une aide financière du gouvernement fédéral.

« On ne sait pas trop où l’on s’en va. On ignore quand, ni si la saison va s’amorcer. On ne sait pas non plus quel format la Ligue pourrait privilégier. Mais il faut demeurer confiant qu’il y aura du football cette année… », mentionne le Montarvillois Hugo Richard, en entrevue avec Les Versants. Personnellement, j’entrevois un départ vers la mi-août, et si c’est le cas, ça n’augure pas bien. »

« Je veux faire partie des 53 ou 54 gars réguliers de l’équipe. Je veux être habillé à tous les matchs. Ce serait bien. » – Hugo Richard

D’après le site Internet de la Ligue canadienne de football, les Alouettes de Montréal débuteraient leur calendrier préparatoire le 28 mai contre le Rouge et Noir d’Ottawa. Leur saison régulière s’amorcerait le 11 juin à Ottawa. Enfin, la rentrée montréalaise des Oiseaux serait prévue pour le 17 juin face aux Blue Bombers de Winnipeg. Or, ces dates tiendront-elles?

Malgré l’incertitude qui plane, Hugo Richard admet qu’un éventuel retour du football serait bienvenu et plaisant. D’autant plus que la direction de l’organisation lui aurait confirmé qu’il s’entraînera en tant que quart-arrière. « Je n’aurai pas à me démarquer ailleurs, comme j’ai eu à le faire en 2019, sur les unités spéciales », confie-t-il.

Rappelons que l’athlète de 26 ans n’a pas connu le départ escompté avec son nouveau club en 2019. Non seulement il n’a participé qu’à trois rencontres des Alouettes, mais il a eu à mettre de côté ses qualités de quart-arrière afin de jouer plutôt sur les unités spéciales. Une campagne parsemée d’ajustements et d’adaptation. D’ailleurs, à la fin de celle-ci, les deux parties ont renouvelé l’entente de recrue de deux ans qui avait été signée en janvier 2019, en raison du nombre peu élevé de matchs disputés. « Lors de ma première saison, je restais sur le terrain après les entraînements pour pratiquer d’autres exercices. Je n’avais jamais fait ça auparavant. D’avoir la confirmation de la direction que cette année, je serai considéré en tant que quart-arrière, c’est un soulagement. C’est très satisfaisant. »

Quand on lui demande quels sont ses objectifs pour la prochaine campagne, si campagne il y a, l’ancien quart-arrière du Rouge et Or de l’Université Laval répond qu’il veut se tailler une place dans l’alignement. « Je veux faire partie des 53 ou 54 gars réguliers de l’équipe. Je veux être habillé à tous les matchs. Ce serait bien. »

Des gradins vides

Depuis un an, les ligues sportives qui ont repris l’action ont dû s’adapter à une nouvelle réalité en temps de pandémie mondiale. Organiser des parties sans la présence encourageante, bruyante et lucrative de spectateurs. Quelque 20 000 personnes peuvent normalement assister à une joute de hockey dans un aréna. Puis, sans les inconvénients de la COVID-19, des milliers d’amateurs s’entasseraient dans un stade pour regarder un match de football. La Ligue majeure de baseball, l’Association nationale de basketball et même la Ligue majeure de soccer ont vu leurs gradins se vider au cours des derniers mois. Quand on lui demande, en tant qu’athlète, ce qu’il pense de compétitionner sans public dans les estrades, Hugo Richard évoque une expérience différente. « Ce sont des saisons hors du commun, reconnaît-il. Pour les formations à la maison, l’ambiance est importante. Au Centre Bell, et même au PEPS de l’Université Laval, les spectateurs peuvent faire la différence dans un match. Ils peuvent avoir une incidence sur le résultat de la partie. Le bruit d’une foule peut jouer sur le momentum. »

Néanmoins, le quart-arrière croit que cette quiétude permet de se concentrer davantage sur un terrain. « Ça peut être bon aussi pour les athlètes de ne pas être dérangés par ce qui se passe autour d’eux. Ça donne l’occasion de mieux se concentrer. C’est complètement différent comme expérience, ajoute-t-il. Mais, quand même, il n’y a rien comme l’ambiance dans une rencontre sportive. Les joueurs seraient heureux du retour des spectateurs. »

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Pierre Collin
Pierre Collin
18 jours

J’aime beaucoup Hugo Richard, il a tout le talent nécessaire pour réussir chez les Alouettes. J’espère qu’il te donneront ta chance, on aurait bien besoin d’un joueur québécois. S’il te donne ta chance, je sais que tu la saisira. Ce serait plaisant et très populaire d’avoir un héros local, cela amènerait beaucoup de partisans à encourager nos moineaux. J’espère qu il y aura une saison. Félicitations à la direction pour leur sensibilité toute québécoise.
Bonne saison!