Hausse de 18 % pour les éducatrices en CPE

Photo de Jean-Christophe Noël
Par Jean-Christophe Noël
Hausse de 18 % pour les éducatrices en CPE
Le personnel des CPE vote actuellement à savoir si la grève illimitée se poursuit. (Photo : archives)

C’est depuis aujourd’hui que les éducatrices ainsi que le personnel de soutien passent au vote afin de statuer si la grève illimitée se maintiendra ou non dans les centres de la petite enfance (CPE).

Le 1er décembre, 400 CPE du Québec ont déclenché une grève générale illimitée. Depuis hier, la Confédération des syndicats  nationaux (CSN) expose l’offre patronale à ses membres. Selon des sources proches du dossier, ce sont différents pourcentages d’augmentation salariale que propose le gouvernement aux multiples travailleuses des CPE. Selon les chiffres avancés par la CSN, la hausse se déclinerait ainsi.

Appellation d’emploi             salaire actuel          % de hausse salariale proposée par Québec

Préposée                                           15,92 $                         10,4 %

Aide-éducatrice                              19,09 $                         10,1 %

Secrétaire – réceptionniste           18,41 $                          10 %

Secrétaire – comptable                 19,80 $                           9,5 %

Responsable en alimentation     20,53 $                          12,5 %

Agente de conformité                   24,44 $                           8,5 %

Adjointe administrative               25,15 $                           8 %

Éducatrice non-qualifiée             25,15 $                           10 %

Éducatrice qualifiée                      25,15 $                            18 %

Éducatrice spécialisée                  25,15 $                            18 %

ASTP                                                26,63 $                            12 %

(Agente de soutien technique et pédagogique)

Enjeux qui perdurent

Parmi les enjeux, celui des ratios importe. La CSN écrit que « nous avons accepté le maintien de la clause au statu quo et contré la demande patronale de biffer la clause de la convention ». Selon le Règlement sur les services de garde éducatifs à l’enfance, le titulaire d’un permis doit s’assurer que le nombre minimum de membres du personnel de garde présents pour assurer la garde des enfants qu’il reçoit dans son installation respecte les ratios suivants : un membre pour 5 enfants ou moins, âgés de moins de 18 mois, présents; un membre pour 8 enfants ou moins, âgés de 18 mois à moins de 4 ans, présents. « Notre réalité est de surveiller deux groupes en même temps pendant qu’une collègue est en pause », mentionne une éducatrice à la pouponnière en CPE qui ne veut pas être nommée.

Les enfants à besoins particuliers sont nommés par les éducatrices comme étant une zone nécessitant une aide. Québec répond en suggérant un comité dont « le mandat serait d’identifier les principales difficultés vécues par le personnel en matière d’éducation. »

Aussi sur la table

Un montant forfaitaire de reconnaissance est proposé. Une prime rétroactive de 3 % sur les heures travaillées entre le 1er avril 2020 et le 31 mars 2021 est offerte aux travailleuses. Cela engagerait le retrait des plaintes de maintien de l’équité 2020.

Suppléments au 1er avril 2022 au préposée de 4,4 %, aide-éducatrice de 4,1 %, secrétaire-réceptionniste de 4 %, commis-comptable et secrétaire comptable de 3,5 %, responsable en alimentation de 3,5 %, agente de conformité de 2,5 %, adjointe administrative, éducatrice (qualifiée et non qualifiée) et éducatrice spécialisée de 2 %.

Un retour des 13 jours fériés pour les travailleuses à temps complet est également ce que Québec propose.

Le résultat du vote sera connu demain.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires