Grand perdant, Ludovic Grisé Farand a de quoi se consoler

Par Marianne Julien
Grand perdant, Ludovic Grisé Farand a de quoi se consoler
(Photo : Marianne Julien)

Le candidat libéral Ludovic Grisé Farand a terminé ces élections avec 24,37 % des votes, s’inclinant devant Nathalie Roy. Toutefois, le Montarvillois n’a aucun regret.
Le candidat se dit déçu, mais pas accablé : « Je suis déçu d’avoir perdu, mais je ne suis pas aussi triste que j’aurais pu l’être, parce que j’ai quand même obtenu 24 % dans un comté majoritairement francophone et face à une adversaire de taille. »
Il se console surtout par le fait que, pendant le dévoilement des premiers résultats, il avait une avance sur Nathalie Roy dans ce comté déjà caquiste. « Son comté était censé être un château fort incroyable, mais j’ai été en avance dans Montarville pendant un bout, alors que des châteaux forts libéraux tombaient comme des mouches », explique-t-il.
Sa plus grande déception vient directement des citoyens qui ont participé à son projet « Citoyen d’abord ». « En 8500 portes, j’ai créé un document de 120 pages d’idées qui viennent directement des citoyens. Malheureusement, ils voulaient tellement du changement qu’ils n’ont pas voté pour leurs propres idées, déplore le candidat. Mais je vais garder ça, c’est certain, pour représenter les citoyens dans le futur. »

« Il y a beaucoup d’attentes envers les élus de la CAQ en ce moment, est-ce qu’ils vont être capables de livrer, je ne le sais pas, mais le plus important, c’est que les citoyens gagnent. »  – Ludovic Grisé Farand

Des résultats prédictibles
Ludovic Grisé Farand dit qu’il avait vu venir les résultats de l’élection il y a déjà un bout de temps : « À force de faire du porte-à-porte, je l’ai venu venir. Beaucoup de gens disaient qu’ils aimeraient voter pour moi, le candidat, mais qu’ils ne voulaient pas soutenir le chef ou le parti. Je savais que la CAQ allait être difficile à battre. »
Il se dit surtout fier de ne pas avoir baissé les bras devant ces appréhensions. Il considère qu’il a mené une champagne électorale exemplaire. « Tout a été parfait, il n’y a rien que je changerais. J’ai donné tout ce que j’avais, et j’ai cogné aux portes jusqu’à la dernière minute », soutient-il.
À suivre dans les prochaines années
Ludovic Grisé Farand fait savoir à Nathalie Roy qu’il lui souhaite la meilleure des chances. « Il y a beaucoup d’attentes envers les élus de la CAQ en ce moment, est-ce qu’ils vont être capables de livrer, je ne le sais pas, mais le plus important, c’est que les citoyens gagnent. »
Il renchérit : « Je laisse grands ouverts mes bras si elle veut qu’on travaille ensemble pour ouvrir la clinique à Saint-Bruno. J’attends son appel pour qu’on livre ça. »
Ludovic Grisé Farand n’a pas dit son dernier mot. Il assure que les citoyens pourront le revoir dans le paysage politique dans les prochaines années, se disant encore plus motivé à poursuivre sa carrière en politique.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des