exo explique la baisse d’achalandage

Photo de Frank Rodi
Par Frank Rodi
exo explique la baisse d’achalandage
Le stationnement incitatif de la gare de Saint-Bruno. (Photo : Frank Jr Rodi)

Stationnements incitatifs

Depuis quelques semaines, exo constate une baisse de l’achalandage pour l’ensemble de ses stationnements incitatifs, dont ceux de Saint-Basile-le-Grand, Saint-Bruno-de-Montarville et de Sainte-Julie.

Le journal Les Versants en faisait état la semaine dernière dans l’article « Fin de l’entente entre exo et les supermarchés ». C’est qu’à Saint-Basile-le-Grand, les ententes de stationnement entre exo et les Marchés Lambert ainsi qu’entre exo et Maxi sont suspendues. Les cases de stationnement réservées aux usagers d’exo seront interdites à compter du 30 juin et du 31 juillet respectivement. Elles seront réactivées en fonction des besoins, au moment de la reprise de l’achalandage.

Des chiffres à la baisse

Masi le stationnement incitatif de la gare de Saint-Basile-le-Grand ne fait pas exception; exo a constaté une baisse de l’achalandage pour l’ensemble de ses stationnements incitatifs.

Par exemple, la capacité régulière du stationnement incitatif de Saint-Bruno-de-Montarville, sur la rue Lenoir, est de 549 places. Selon des données fournies par exo, 455 espaces étaient occupés le 5 juin 2019, soit un taux d’occupation de 83 % et 493 cases étaient utilisées le 19 février 2020, soit plus ou moins un mois avant le début du confinement, pour un taux de 90 % d’occupation. Or, depuis, la baisse est drastique. Le 10 juin dernier, six véhicules se sont garés dans le stationnement incitatif de Saint-Bruno-de-Montarville, pour 1 % de fréquentation.

« Il faut rappeler que la clientèle d’exo est principalement composée d’étudiants et de travailleurs se destinant au centre-ville de Montréal. » – Maxine Kelly-Richard

Même constat au stationnement incitatif de Sainte-Julie, alors qu’exo a constaté qu’il y avait 586 cases utilisées le 5 juin 2019 et 718 espaces occupés le 19 février dernier, soit des taux d’occupation respectif de 63 et 77 %. Il y a 931 places disponibles dans ce stationnement lorsqu’il est fréquenté à sa capacité maximale. Le 10 juin, 88 véhicules occupaient les lieux, soit un taux d’occupation de 9 %.

Enfin, mentionnons que seules 16 places régulières des 343 places disponibles étaient occupées le 10 juin dans le stationnement incitatif de Saint-Basile-le-Grand. À ce nombre s’ajoutaient aussi cinq véhicules stationnés dans les cases réservées de Marchés Lambert et Maxi, alors qu’une centaine de places sont disponibles. Ce jour-là, il y avait donc 21 des 444 cases occupées.

Une clientèle d’étudiants et de travailleurs

Quand on lui demande ce qui explique cette baisse d’achalandage, exo évoque sa clientèle. « Il faut rappeler que la clientèle d’exo est principalement composée d’étudiants et de travailleurs se destinant au centre-ville de Montréal, nous répond la coordonnatrice – relations avec les communautés du bureau de la direction générale d’exo, Maxine Kelly-Richard. Aucune hausse significative de l’achalandage n’est attendue dans les prochaines semaines, malgré le déconfinement, puisque de nombreux travailleurs sont encore en télétravail et que les étudiants ne seront de retour qu’à l’automne. »

Par ailleurs, il faut souligner qu’exo a modifié ses horaires de train et d’autobus pour l’été, et ce, à la demande de l’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM). Ceux-ci sont en vigueur depuis le 22 juin. « [C’est] notamment pour s’adapter aux achalandages réels observés au cours des dernières semaines », précise Maxine Kelly-Richard.

exo a aussi planifié de réduire le nombre de voitures afin de tenir compte de l’achalandage observé et parce qu’exo n’anticipe pas de hausse durant la saison estivale. « Ce nombre de voitures nous permet pour le moment de maintenir une certaine distanciation physique, poursuit-elle. Advenant une augmentation significative du nombre de clients à bord des trains, des voitures supplémentaires seront ajoutées. »

Le port du masque obligatoire le 13 juillet

Le journal a questionné exo afin de savoir comment l’entité compte faire respecter le port du masque dans ses transports en commun lorsqu’il sera rendu obligatoire le 13 juillet. « Pour l’instant, nous sommes encore à colliger l’information sur ce qui nous incombera comme transporteur dans l’application de l’obligation du port du couvre-visage dans nos services. Nous n’avons d’ailleurs pas encore pu prendre connaissance du décret du gouvernement, de répondre la conseillère – relations médias du bureau de la direction générale d’exo, Catherine Maurice. Nous en saurons plus dans les prochains jours. »

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires