Entrevue avec Isabelle Bérubé : l’administration de Saint-Bruno pourrait porter plainte contre l’élue

Photo de Frédéric Khalkhal
Par Frédéric Khalkhal
Entrevue avec Isabelle Bérubé : l’administration de Saint-Bruno pourrait porter plainte contre l’élue
(Photo : archives)

Lors de la séance extraordinaire du conseil municipal de Saint-Bruno-de-Montarville, qui s’est tenue aujourd’hui, nous apprenions que l’administration municipale envisageait de porter plainte contre Isabelle Bérubé, élue du district 5, pour aller à l’encontre des intérêts de la municipalité. Le journal s’est entretenu avec la conseillère.

Il a été demandé à Mme Bérubé « de faire un compte rendu écrit au conseil sur le déroulement de la réunion du 12 juin 2020 de la Commission de l’environnement et de l’aménagement de l’agglomération de Longueuil », peut-on lire à l’ordre du jour. Cette dernière n’était pas présente, comme les élus du Parti montarvillois dont elle est membre.

Il est reproché à Mme Bérubé, présidente de la Commission de l’environnement à l’agglomération, d’avoir demandé à ses collègues – un élu de chaque municipalité de l’agglomération de Longueuil participe à ces rencontres – à faire une recommandation défavorable sur la demande de modification au Schéma d’aménagement de l’agglomération qui pourrait avoir un impact majeur sur tout le dossier du complexe sportif, notamment en ce qui à trait à son emplacement et à l’aide financière déposée auprès du ministère.

Mme Bérubé, en agissant ainsi, serait allée à l’encontre de deux décisions prises par la majorité des membres du conseil alors que ce dossier suivait son cours administratif normal « sans embûche », de préciser le directeur général qui n’a jamais été contacté à ce sujet par Mme Bérubé comme l’ensemble du conseil.

Est-ce que vous avez motivé la Commission à donner un avis défavorable au changement de zonage du site à Marie-Victorin pour implanter un futur complexe sportif, contrairement à la volonté du conseil municipal?

Les élus qui siègent dans cette commission sont capables de prendre une décision par eux-mêmes. On surestime mon niveau d’influence. Cette recommandation rappelle au conseil que c’est une mauvaise décision de vouloir un complexe sportif à cet endroit-là. Je rappelle que c’est une décision qui a été prise par des élus dont certains d’entre eux manquent clairement de vision par rapport à l’aménagement et même de service à la collectivité. Cette décision a été prise derrière des portes-clauses, contre l’avis des urbanistes, contre notre plan d’urbanisme, contre la vision partagée dont s’est dotée la Ville. Il y avait un consensus autour de ces idées qui ont été adoptées par le conseil. Et là, des membres du conseil prennent des décisions irréfléchies, qui ne sont pas basées sur des critères de développement durable. Ils surréagissent à cette recommandation, je vous le répète, ce n’est qu’une recommandation. C’est en fait une réaction épidermique au fait que cela va à l’encontre de ce qu’ils proposent.

N’étiez-vous pas la voie de la Ville, ou avez-vous décidé par vous-même de décider de l’orientation de la Ville de Saint-Bruno?

Ce n’est pas à moi de décider, c’est à la commission.

Mais vous avez voté contre?

À titre d’élu sur cette commission, mon rôle qu’on me demande, quand on me propose des modifications au schéma, est de prendre possession du dossier, de prendre les informations qui vont avec, et de poser des questions et à tout le moins de s’assurer que les demandes respectent les outils de planification en vigueur. Sinon, à quoi serviraient ces outils de planification. On est en quelque sorte les vigiles pour s’assurer qu’il y a une cohérence du développement au niveau de l’agglomération. Quand je suis sur cette commission, je suis une vigile par rapport aux orientations du schéma d’aménagement sur lequel j’ai travaillé lors de mon premier mandat. J’étais alors coprésidente de cette commission. Je connais les outils. Alors dans ce deuxième mandat, on nous soumet des demandes de modification où il y a clairement un problème. Oui, j’ai voté pour cette résolution qui amène cette proposition-là. Je comprends que les membres du conseil ne sont pas contents.

Il n’y a pas que les membres du conseil qui ne sont pas contents, il y a aussi l’administration municipale?

On va se mettre en mode solution. Il y a une consultation publique qui arrive sur l’emplacement du complexe sportif qui a été mainte fois demandé. Il y avait un paquet de critères, dont l’emplacement. Il y avait urgence pour une demande de subvention ce à quoi je suis tout à fait favorable, il faut aller chercher le maximum d’aide financière pour le projet, donc il fallait agir, mais il faut consulter les gens, car de toute évidence il n’y a pas de consensus autour d’un emplacement. Dans cette recommandation, il faut voir ce qui a bloqué et l’appareil administratif pourra travailler sur ces aspects. Mais on s’entend, c’est une partie politique. Je suis prise là dedans.

Ce n’est pas qu’une partie politique. L’information provient de l’administration et c’est l’appareil municipal qui envisage de porter plainte. Pourquoi ne pas avoir averti l’administration et les élus de cet avis défavorable qui allait entraîner une décision de l’agglomération qui suit généralement les avis de la commission?

Je ne voyais pas d’urgence dans le fait qu’il ne s’agissait que d’une recommandation. À partir du moment où l’information est connue, il faut se mettre en mode solution et voir ce qu’il en est. Je vous rappelle, il faut travailler sur la consultation publique pour remettre la décision entre les mains de la population. Peut-être que cela s’ajoute à la complexité du dossier, mais c’est comme cela. C’est une mauvaise planification du développement du territoire. Il y a une situation particulière alors agissons tout le monde ensemble pour trouver une solution, mais surtout, faisons avancer cette consultation publique.

Pourquoi ne pas avoir répondu aux appels répétés du conseil pour vous expliquer?

J’estime qu’il y a un problème de gouvernance auquel on assiste en ce moment. Dès que le maire est parti en vacances, on a commencé à convoquer des réunions d’urgence. Martin Murray (le maire de Saint-Bruno) s’est exprimé par courriel pour dire qu’il ne voyait pas d’urgence. On aurait dû attendre son retour le 27 juillet et pendant qu’il n’est pas là, il y a un paquet de décisions qui se prennent. On a profité de l’absence du maire pour précipiter cette décision. Je ne veux pas être complice de cette méthode de travail. Il y a des règles à suivre et travaillons ensemble.

Une plainte éventuelle déposée par un directeur général contre une élue, n’est-elle pas la résultante d’une situation urgente? Et puis l’urgence pour déposer un dossier afin d’obtenir une subvention du gouvernement pour le complexe sportif ce n’est pas urgent ?

En fait tout ce que va faire la plainte, c’est de retarder encore le processus. Cela va rendre le dossier plus complexe, ce n’est absolument pas la bonne stratégie ici. Ce serait dommage de prendre cette décision.

Votre action aussi a rendu le dossier plus complexe ?

Je trouve ça dommage si c’est cette décision qui est prise. Les rencontres du conseil c’était pour retarder la demande auprès de l’agglomération et de me demander de faire le rapport de notre rencontre, ce que je ferais bien entendu. De toute façon, j’avais déjà donné ma collaboration à la direction générale. Je vais rapporter les faits des choses qui se sont passées à la commission.

Ce serait à refaire, motiver une recommandation défavorable sur la demande de modification au Schéma d’aménagement de l’agglomération alors que le conseil a voté une recommandation favorable, vous le referiez?

Oui. Le projet du complexe sportif au parc Marie-Victorin ne respecte pas les objectifs du Schéma. C’est dommage que l’on s’acharne sur moi, mais je vais assumer le rôle que j’ai joué dans cette commission. Je dois jouer le rôle de la vigile dans les objectifs et les orientations du Schéma. C’est du développement durable, de l‘aménagement de territoire, c’est fondamental dans la qualité de vie des citoyens. Alors oui.

Vous voteriez de la façon même si encore une fois un vote unanime avait lieu au conseil municipal de Saint-Bruno, qui représente les citoyens de Saint-Bruno?

Il y aura d’autres formes de représentation qui devront être faites. Mais quel dommage qu’on travaille dans un climat comme celui-là alors qu’on devrait trouver des solutions tout le monde ensemble.

Mais vous n‘auriez pas aimé parler de cet avis défavorable à la municipalité plutôt que de ne rien lui dire?

C’est clair que si c’était à refaire, je l’aurais indiqué au directeur général. Je savais que la décision allait se rendre à ses oreilles.

Il y avait toute une équipe de fonctionnaires qui travaillent sur le projet depuis des mois, votre action remet un peu leur travail en question?

Je suis sensible à ça, il faut voir ensemble comment nous pourrons aborder la question avec l‘administration, je vais me mettre en mode solution avec eux. Alors s’il y a une plainte, cela va augmenter la friction, je trouverai ça dommage et puis je le répète, je veux travailler en collaboration avec tout le monde.

Partager cet article

1
Laisser un commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
Patricia Darlington Recent comment authors
  S'inscrire  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Patricia Darlington
Guest
Patricia Darlington

Quel surprise que Madame Bérubé a voté ainsi. Pas de tout. Elle avait circulé une carton dans tous les boites aux lettres indiquant que le projet devrait être dans le centre ville