Éliane Bouley souffle 100 bougies

Éliane Bouley souffle 100 bougies

C’était la fête pour la Montarvilloise Éliane Bouley, qui a eu 100 ans. (Photo : Frank Jr Rodi)

Manoir Saint-Bruno

La direction du Manoir Saint-Bruno a souligné, lors d’une cérémonie spéciale, le 100e anniversaire de l’une de ses résidantes en mars dernier. Adepte de bridge et de casino, grande partisane du Canadien de Montréal, la Montarvilloise Éliane Bouley a fêté entourée des siens.

Près d’un an après le 100e anniversaire de Germaine Lafrenais-McGuire, et un mois après celui d’Alphonse Bouchard, c’était au tour d’Éliane Bouley d’atteindre l’âge vénérable de 100 ans.

En plus de son fils, ses trois petits-enfants et ses huit arrière-petits-enfants, une centaine de résidants s’étaient réunis dans la salle d’activités du Manoir pour célébrer une centenaire très en forme! « Plusieurs des membres de sa famille sont ici avec elle. Je crois qu’elle est sur un nuage! » mentionne la directrice des loisirs au Manoir Saint-Bruno, Denise Parsons.

Un crooner était de la partie afin d’interpréter quelques chansons d’époque. Du haut de ses 100 ans, Mme Bouley s’est même permis quelques pas de danse avec le directeur d’entretien du Manoir. « Elle aime les hommes, mais elle adore les grands hommes! Jean est très grand », poursuit Denise Parsons, qui qualifie la fêtée de personne fière, sociable, coquette, présente dans le quotidien du Manoir. Elle chante et apprécie la musique. « Mme Bouley est connue de tous ici. »

Des cadeaux

Une fête d’anniversaire sans gâteau ne serait pas un véritable anniversaire. Éliane Bouley a donc reçu la pâtisserie de circonstance. En guise de présents, la centenaire s’est vu offrir une carte signée provenant des employés du Manoir et un chandail du Canadien de Montréal, le nom BOULEY inscrit à l’arrière avec le chiffre 100. Un chandail officiel du Tricolore de Jonathan Drouin, signé par ce dernier, lui a aussi été remis sous les applaudissements de plusieurs.

« Je vois que ma mère est appréciée. » – Marc Bouley

D’ici la saison estivale, le Manoir soulignera le 100 anniversaire de trois autres de ses résidants. Pour Mme Parsons, c’est important que chacun d’entre eux puisse avoir son moment. « C’est important de personnaliser chacun de ces rendez-vous, de trouver les coups de cœur de chacun et d’ajouter une couleur particulière à la réception. Sinon, ce ne serait pas une fête! Mme Bouley n’aime pas les fleurs ni le chocolat, mais elle adore le Canadien. Elle regarde encore tous les matchs! » confie-t-elle.

De plus, la fêtée s’est vu remettre des certificats d’honneur provenant de la gouverneure générale du Canada Julie Payette, du premier ministre Justin Trudeau, de la reine Elizabeth II et du pape François. « La démarche est assez simple et se déroule par Internet. Il faut cependant s’y prendre d’avance », poursuit Mme Parsons.

Sa vie

Éliane, née Gauthier, est l’aînée de six enfants, seule survivante aujourd’hui. Elle a grandi dans la paroisse Saint-Pierre sur la rue Visitation. Son premier emploi fut en administration à l’École des hautes études commerciales. Elle a ensuite contribué à l’effort de guerre (1939-1945) dans une manufacture de munitions, à titre de chef d’unité. C’est en 1945 qu’elle rencontre Roland Bouley, qui deviendra l’homme de sa vie. Mariés en juillet 1946, ils auront un seul et unique enfant, Marc. « Je vois que ma mère est appréciée. C’est une reconnaissance qui fait chaud au cœur », évoque son fils, en entrevue avec Les Versants. Il parle d’une femme très en forme, qui vit un jour à la fois. « Pour moi, c’est un soulagement, ce 100 anniversaire. C’était toujours inquiétant, avec les années qui passent, de la voir s’en rapprocher. » C’est en 1954 que les Bouley déménagent pour s’établir à Saint-Bruno. Côté professionnel, la mère de famille ne ménage pas les efforts : réceptionniste à la COOP des frais funéraires de Montréal, agente d’assurances pour la compagnie d’assurances La Nalaco, propriétaire d’un salon de coiffure, mais sans jamais coiffer une seule tête, agente d’immeubles et enfin, elle a été la première châtelaine du Vieux Presbytère de Saint-Bruno en tant qu’administratrice. Elle a mis sur pied le centre culturel de l’époque.

Son secret

Selon Marc Bouley, le secret de longévité de sa maman réside entre autres dans sa détermination, sa santé et son verre de cognac presque tous les jours à 16 h (beaucoup moins souvent maintenant). « Même quand nous allions en visite, elle apportait son cognac, au cas où il n’y en aurait pas. Ça lui fait du bien. »

Après quelques séjours en Floride dans leur maison secondaire, les mariés reviennent en 1998 à la suite d’un AVC de Roland. Éliane devient alors l’aidante naturelle de ce dernier jusqu’à son décès, en 2007. C’est en 2008 qu’elle s’est installée au Manoir Saint-Bruno.

QUESTION AUX LECTEURS :

Avez-vous des proches qui ont atteint l’âge de 100 ans?