Élections fédérales 2021: portrait de la circonscription de Montarville

Photo de Gabriel Provost
Par Gabriel Provost
Élections fédérales 2021: portrait de la circonscription de Montarville
La circonscription regroupe les municipalités de Saint-Bruno-de-Montarville, Saint-Basile-le-Grand et Sainte-Julie, en plus d'une portion de Saint-Hubert. (Photo: élections Canada)

Regroupant autrefois des municipalités de Chambly-Borduas, Saint-Bruno Saint-Hubert et Verchères- Les Patriotes, la circonscription de Montarville a été créée en 2013.

Désormais, Saint-Bruno-de-Montarville, Saint-Basile-le-Grand et Sainte-Julie forment cette circonscription, de même qu’une portion de l’ancienne municipalité de Saint-Hubert, cette ville faisant désormais partie de Longueuil. La population de Montarville était de 97 811 personnes au recensement de 2016.

Depuis sa création, la circonscription est passée des mains des néodémocrates à celles des libéraux en 2015. Aux élections de 2019, c’est la vague bleu pâle qui a frappé le Québec, menant à l’élection de l’actuel député sortant, Stéphane Bergeron. 

Ce dernier n’en est d’ailleurs pas à son baptême électoral, lui qui s’est présenté comme candidat à 5 scrutins fédéraux et 6 provinciaux. Il a perdu une de ces élections: la provinciale de 2018. 

Au moment d’écrire ces lignes, le Bloc Québécois était parmi les premiers partis à présenter leur candidat avec la candidature de M.Bergeron pour Montarville. En même temps, il était possible de voir les pancartes électorales de la candidate du Parti libéral  Marie-Ève Pelchat. 

Le Nouveau parti démocratique (NPD), qui a régné dans les trois anciennes circonscriptions nommées précédemment entre 2011 et 2015, a indiqué sur son site internet que ce serait à nouveau la candidature de Djaouida Sellah qui serait de l’avant pour le 20 septembre. Au moment de publier, le NPD n’avait pas confirmé cette information au journal. Rappelons que la candidate avait reçu 8,4% des voix en 2019.

Julie Sauvageau est la candidate pour le Parti Conservateur du Canada (PCC) pour une deuxième fois de suite dans la circonscription. En 2019, elle avait recueilli 7% des suffrages. Le PCC n’a pas remporté la circonscription depuis le temps où Brian Mulroney était premier ministre, soit entre 1984 et 1993.

Ces deux partis, de même que les autres formations qui souhaiteraient présenter des candidats dans Montarville, ont jusqu’au 30 août prochain pour procéder, à défaut de quoi leur candidature ne sera pas prise en compte.

Plus courte possible

La loi électorale canadienne indique que les scrutins fédéraux doivent durer un minimum de 36 jours. C’est cette durée qu’a choisi le premier ministre sortant, Justin Trudeau, pour que se déroule l’entièreté de la campagne électorale. En comparaison, la campagne de 2019 avait duré 40 jours, tandis que celle de 2015 en avait pris 78, faisant d’elle la plus longue de l’histoire du Canada. 

Pas de bureau de campagne

Étant donné que la pandémie de COVID-19 est toujours présente et vis-à-vis les risques que cela pourrait créer pour les électeurs qui s’y déplaceraient, les bureaux de campagne locaux ont été mis de côté cette année.

Hors-pandémie, ces espaces étaient investis par les candidats afin qu’ils puissent y rencontrer les électeurs et répondre à leurs questions. Les candidats doivent donc participer à des événements et cogner aux portes pour rencontrer les électeurs.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires