Économiser l’eau potable durant les temps secs

Par Gabriel Provost
Économiser l’eau potable durant les temps secs
L'UMQ se mobilise pour que la population surveille sa consommation d'eau potable. (Photo: archives)

Le Ministère des affaires municipales et de l’habitation du Québec (MAMH) invite les municipalités de la province à participer à la campagne Mon empreinte bleue, qui vise à sensibiliser la population à réduire sa consommation d’eau. 

Parmi les outils visant à sensibiliser la population, le MAMH a intégré à sa campagne un test que les utilisateurs peuvent effectuer afin d’estimer leur consommation quotidienne d’eau potable, ressource qui contient également certaines astuces pour la réduire. 

Sainte-Julie a déjà annoncé participer à la campagne. Un communiqué faisant mention de divers détails concernant le programme indique entre autres que la consommation d’eau des populations de Sainte-Julie, Saint-Amable et Varennes, qui partagent un centre intermunicipal de traitement de leurs eaux, est de moins de 270 litres par personne par jour en 2020. Lors du dernier bilan de la consommation d’eau potable des municipalités du Québee, effectué en 2018, les Julievillois consommaient en moyenne 250 litres d’eau par personne au niveau résidentiel. 

À Saint-Basile-le-Grand, les citoyens consommaient en 2018 environ 212 litres d’eau par personne, ce qui fait en sorte de placer la ville sous la moyenne provinciale.

Saint-Bruno-de-Montarville se place pour sa part parmi les grands consommateurs, avec une moyenne de 344 litres par personne.

268 litres

C’est la quantité d’eau moyenne qui était consommée par les Québécois au quotidien au bilan de 2018

Au Québec, pour 2018, la consommation résidentielle moyenne d’eau par personne était estimée à 268 litres. Ce chiffre est supérieur à la moyenne canadienne de 20 litres par jour par personne, et équivaut à environ une fois et demi consommation moyenne en Europe. 

Peu de compteurs résidentiels

Parmi les mesures qui aident à réduire la consommation d’eau, il y a notamment l’utilisation de compteurs d’eau, un outil qui n’est pas répandu au Québec pour les résidences privées, mais qui est de plus en plus présent dans les entreprises ou les bâtiments gouvernementaux, notamment. 

Le ministère fédéral de l’environnement et de la lutte aux changements climatiques estime que les résidences qui ont un compteur d’eau et se font facturer des frais par volume d’eau utilisée ont tendance à consommer en moyenne 70% moins d’eau que les résidences qui font payer un frais fixe peu importe l’utilisation. 

À travers le pays, 58% des résidences étaient équipées de compteurs d’eau en date de 2011. Au Québec, selon les données de 2018, 12% des résidences étaient équipées de tels compteurs, mais ce nombre tend à augmenter avec la volonté de certaines municipalités de réduire leur consommation d’eau potable. 

Pas beaucoup d’eau cette année

Le temps chaud et peu pluvieux qui  a pris place tout juste avant l’été au Québec a fait en sorte de réduire les ressources en eau disponibles pour l’utilisation résidentielle. Le mois a d’ailleurs été le plus sec de l’histoire pour plusieurs régions de la province, dont Montréal. 

La campagne du MAMH tombe donc à un moment crucial pour la sauvegarde de la ressource. On y indique notamment qu’il est important de surveiller sa consommation d’eau, et de tenter autant que possible de ne pas utiliser de grandes quantités d’eau dans les périodes de pointe. 

Ainsi, il est recommandé d’arroser sa pelouse la nuit, ou encore de remplir sa piscine pendant la nuit pour réduire la pression sur le système durant les périodes de forte demande.

Quelles mesures prenez-vous pour réduire votre consommation d’eau potable?

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires