Du nouveau avec Nathalie Ferraris

Du nouveau avec Nathalie Ferraris

Nathalie Ferraris animera le club de lecture pour adultes de la bibliothèque Roland-LeBlanc. (Photo : Frank Jr Rodi)

Club de lecture pour adultes à Saint-Basile-le-Grand

La bibliothèque Roland-LeBlanc, à Saint-Basile-le-Grand, propose Nathalie Ferraris pour animer son Club de lecture pour adultes. La première discussion aura lieu le mercredi 27 février.

Le Club de lecture pour adultes existant depuis quelques années à la bibliothèque municipale Roland-LeBlanc se déclinera de nouveau en trois séances. Celles-ci se tiendront les mercredis soir 27 février, 27 mars et 24 avril.

Sauf que cette fois, c’est l’auteure de littérature jeunesse et critique littéraire Nathalie Ferraris qui en assurera l’animation. Dans ce rôle, elle remplace Jocelyne Laurin, qui tenait le fort depuis 2013. « Je suis très excitée par cette nouvelle aventure, exprime Mme Ferraris. J’ai hâte que les réunions commencent et que je puisse rencontrer les lecteurs! » Pour sa part, la directrice de la bibliothèque, France Goyette, soutient que Nathalie est une grande lectrice. « Elle s’est montrée très intéressée à prendre la relève. Elle va mettre l’animation à sa couleur. »

« L’objectif est la discussion et le plaisir d’échanger. Les gens le font régulièrement à propos de films et de séries télé, moins souvent pour les romans. Dommage. » -Nathalie Ferraris

Quelques places disponibles

Au moment de rédiger ces lignes, neuf personnes se sont déjà manifestées pour faire partie de ce cercle; toutes des femmes, la plupart dans la quarantaine et la cinquantaine. « Il y a une dame de 89 ans qui est inscrite et je suis impatiente d’entendre ses impressions de lecture », d’observer Nathalie Ferraris. Il est encore possible de s’inscrire, puisqu’il reste encore quelques sièges vides (450 461-8000, poste 8500). L’activité est gratuite pour les membres. Des frais de 5 $ par rencontre s’appliquent pour les non-membres, sous réserve de places disponibles.

Cette activité littéraire donnera l’occasion de partager vos impressions, perceptions et opinions avec d’autres amoureux de bouquins. Il s’agit d’un lieu d’échanges d’idées autour d’un livre, dans une ambiance détendue et conviviale. « L’objectif est la discussion et le plaisir d’échanger sur nos lectures. Les gens le font régulièrement à propos de films et de séries télé, moins souvent pour les romans. Dommage. »

Trois titres sélectionnés

En guise de première expérience en tant qu’animatrice, Nathalie Ferraris propose ces trois romans : L’extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea, de Romain Puértolas, Les catilinaires, d’Amélie Nothomb, de même que Le passager, de Patrick Senécal. Les livres sont fournis par la bibliothèque.

À travers l’analyse de l’intrigue, des personnages, de la description des lieux, de l’écriture, Nathalie Ferraris souhaite que les participants du club découvrent des auteurs. Mais avant tout, elle veut s’attarder sur les émotions suscitées au moment de la lecture. « Pour moi, les arts sont synonymes d’émotions. Une œuvre, quelle qu’elle soit – peinture, roman, chanson -, ne peut pas nous laisser de glace. »

Celle qui est aussi commis à la bibliothèque Roland-LeBlanc affirme avoir choisi ces titres pour différentes raisons. Celui de Romain Puértolas pour son écriture riche, celui d’Amélie Nothomb parce qu’il détonne du reste de son œuvre, « c’est un roman à atmosphère ». Enfin, elle voulait offrir dans le corpus un écrivain québécois : « Dans ses écrits, Senécal suscite l’émotion, pique notre curiosité, éveille quelque chose en nous. C’est un genre plus osé, psychologique; peut-être plusieurs le découvriront. Le passager est l’un de ses romans les plus accessibles. »

Nathalie Ferraris baigne dans le milieu du livre et de l’édition depuis plusieurs années. Comme Obélix, elle est tombée dans la potion très jeune, dira-t-elle durant sa rencontre avec Les Versants. « J’ai été attirée par les arts dès mon enfance. J’aimais beaucoup l’art pictural, mais j’étais moins bonne en dessin. » Elle a obtenu un diplôme d’études collégiales en arts et communication, un baccalauréat en littérature ainsi qu’une scolarité de maîtrise spécialisée en littérature jeunesse. C’est à l’université, grâce à un « enseignant fantastique », qu’elle a découvert la littérature jeunesse lors d’un cours optionnel. Elle poursuit : « C’est ce professeur qui m’a donné le goût de lire de la littérature jeunesse. J’ai lu beaucoup d’albums et de romans jeunesse durant mon séjour à l’université. Je crois que je me suis repris sur tout ce que je n’avais pas lu pendant mon enfance! »

Plusieurs albums, mais aussi les titres des François Gravel, Raymond Plante, Dominique Demers, Robert Soulières… ce qu’elle appelle « l’âge d’or de la littérature jeunesse » paru dans les années 80 à La Courte échelle.

Nathalie Ferraris la touche-à-tout

Après ses lectures universitaires, Nathalie Ferraris est devenue critique de littérature jeunesse, dans des publications telles que Lurelu, ICI et Les Libraires. « À force d’en lire et d’en critiquer, je me suis penchée sur la rédaction de mes histoires! » Son premier roman, La picote du vendredi soir, est paru au début des années 2000, chez Soulières éditeur. Elle évoque « un sentiment de grande fierté »! Son plus récent, Jour de chance, a été publié chez Isatis, en 2017. Nathalie Ferraris a également travaillé en librairie, dans des maisons d’édition, chez un distributeur de livres. Parfois en tournée dans les écoles, elle adore rencontrer les enfants pour échanger avec eux et pour parler de son métier d’écrivaine.

QUESTION AUX LECTEURS :

Discutez-vous de vos lectures avec vos proches?

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des