Deux pièces pour la branche anglophone du Théâtre Saint-Bruno Players

Photo de Frank Rodi
Par Frank Rodi
Deux pièces pour la branche anglophone du Théâtre Saint-Bruno Players
Les comédiens et les réalisateurs : Christopher Brookes, Danielle Savoie, Manon Cunningham, Andrew Prior, Dave Maynard et Emily Fleming. Lise Lavallée est absente de la photo. (Photo : Mike Fleming)

Au tour de la section anglophone du Théâtre Saint-Bruno Players de remonter sur les planches du Centre Marcel-Dulude. Les représentations auront lieu les 26 et 27 novembre.

Le Théâtre Saint-Bruno Players – la branche anglophone – revient en salle, à Saint-Bruno.

Depuis le début de la pandémie, en mars 2020, les comédiens anglophones du Théâtre Saint-Bruno Players se sont tournés vers les productions virtuelles pour combler l’absence d’activités culturelles. L’organisme a présenté pas moins de sept pièces en ligne! « Il était important que le groupe continue à travailler sur des productions comme moyen de soutien, de créativité et d’interaction sociale pendant une période difficile d’isolement », estime Sandra McCallum.

Ce « travail acharné » a été récompensé par la Fédération québécoise du théâtre amateur (FQTA). En effet, 18 nominations et 4 prix décernés lors des Arlequins. Parmi les lauréats, la production radiophonique The Monkey’s Paw a reçu le prix de l’innovation théâtrale alors que Vintage Hitchcock : The Lodger a obtenu celui de la meilleure production virtuelle. Les artisans Andrew Prior et Jean-Guy Richard ont aussi été récompensés.

16 $
C’est le coût des billets pour les aînés et les étudiants.

Cette fois, 18 mois après le début de la crise sanitaire, la section anglophone accède à nouveau à la scène, la vraie, celle devant un public présent, sur place, en chair et en os. Selon Mme McCallum, les membres de la troupe se sont ennuyés des productions en direct, bien que celles en ligne leur aient « permis de rester connectés à notre public habituel et nous ont également présentés au monde entier ». Elle ajoute : « Espérons que les gens se soient aussi ennuyés. »

L’organisme propose deux pièces en un acte, The Way of All Fish, d’Elaine May, ainsi que Virtual Reality, d’Alain Arkin. La première est réalisée par Christopher Brookes et met en vedette Danielle Savoie et Manon Cunningham. La deuxième, « une démonstration loufoque de l’absurde, du pouvoir de l’imagination et de ce qui se passe quand deux hommes sont entraînés dans un monde farfelu par leur propre fabrication », est interprétée par Andrew Prior et Dave Maynard. Elle est mise en scène par Lise Lavallée et Emily Fleming.

Les deux productions en un acte seront présentées consécutivement avec une pause de dix minutes. Un moyen pour respecter les restrictions de la COVID-19. « Il était nécessaire de sélectionner deux pièces courtes plutôt qu’une production complète. Nous ne sommes pas autorisés à faire un long entracte ou à servir des rafraîchissements afin d’éviter [les rassemblements dans le hall du Centre Marcel-Dulude] », explique Sandra McCallum.

Les représentations se déroulent ce vendredi 26 novembre à 20 h, ainsi que le samedi 27 novembre, à 14 h et 20 h. Les portes ouvrent une heure avant le début des pièces. Des billets, au coût de 18 $ pour les adultes et de 16 $ pour les aînés et les étudiants, sont en vente en ligne sur tsbp.eventbrite.ca. Le passeport vaccinal, une pièce d’identité et un masque sont obligatoires.

QUESTION AUX LECTEURS :

Comment avez-vous passez le temps pendant la pandémie?

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires