Deux athlètes de Budokaï Saint-Bruno à Edmonton

Photo de Frank Rodi
Par Frank Rodi
Deux athlètes de Budokaï Saint-Bruno à Edmonton
(Photo : Courtoisie)

 

Championnat canadien de karaté junior

Cédric Vaillancourt et Clara-Maude Sergerie, deux athlètes du Club de karaté Budokaï Saint-Bruno, se sont taillé une place pour le Championnat canadien de karaté junior. Au sein de l’équipe du Québec, ils seront à Edmonton, en Alberta, pour la compétition prévue du 3 au 5 mai.
Ces deux jeunes ont accumulé assez de points au cours des sélections précédentes pour maintenant accéder à ce Championnat canadien.

« Je suis vraiment fière de voir que mes efforts ont été récompensés! J’ai tellement hâte de vivre cette nouvelle expérience! » – Clara-Maude Sergerie

Le cas Clara-Maude Sergerie

C’est le cas de Clara-Maude Sergerie qui, âgée 18 ans, a su gagner son laissez-passer en vue de l’événement d’envergure nationale. Un soulagement, sûrement, pour cette jeune athlète, puisque l’année dernière, pour le même rendez-vous, Clara-Maude avait été à quelques points de décrocher une place. Le Championnat canadien se déroulait alors à Halifax, en Nouvelle-Écosse, et trois autres représentants de Budokaï Saint-Bruno étaient sur place. Clara-Maude aurait été la quatrième participante. Son entraîneuse, Marie-Paule Lemaire, avait témoigné : « Malgré des résultats exceptionnels aux sélections, Clara-Maude n’aura pas la chance d’accompagner ses coéquipiers. Mais elle est une battante, déjà prête pour les prochaines sélections en 2018. » Et pour le Championnat national de 2019, puisqu’elle y sera.
Clara-Maude Sergerie s’adonne au karaté depuis qu’elle est âgée de sept ans. Ce sont 10 années de pratique que l’adolescente cache derrière sa ceinture rouge. « Ma passion pour ce sport n’a jamais diminué, bien au contraire! » mentionne-t-elle, disant du même souffle avoir un intérêt plus particulier pour la compétition.
Depuis trois ans, Clara-Maude Sergerie participe à la sélection de l’équipe du Québec. Cette année, avec persévérance, détermination et maintes heures d’exercice, elle a enfin réussi à se tailler un poste au sein de cette formation. La karatéka confie : « Cette année, je vais participer au Championnat canadien et je suis vraiment fière de voir que mes efforts ont été récompensés! J’ai tellement hâte de vivre cette nouvelle expérience! »

Bouée de sauvetage et épanouissement

Du bout de ses 13 ans, Cédric Vaillancourt accompagnera sa consœur Clara-Maude Sergerie jusqu’à Edmonton d’ici quelques jours. Au journal Les Versants, il raconte : « Pour moi, le karaté est une passion grâce à laquelle je peux m’épanouir depuis l’âge de sept ans, qui m’a permis d’en apprendre plus sur moi-même. » Il poursuit en évoquant le sport comme un moyen de soutien. « Le karaté se trouve à être aussi ma bouée en cas de mauvaise journée à l’école. »
Ses temps libres, en soirée et en fin de semaine, il les consacre à son entraînement. Depuis sa qualification sur l’équipe du Québec, Cédric porte une attention particulière à son poids et à ce qu’il mange, afin de ne pas excéder la limite de sa catégorie. « La compétition requiert une préparation physique et mentale intense, pour mieux gérer mon stress. Ce Championnat représente un nouveau défi dans mon parcours sportif, que j’ai hâte de relever! » d’indiquer le jeune garçon.

Un mot de l’instructrice

De son côté, l’entraîneuse Marie-Paule Lemaire n’avait que de bons mots pour ses protégés. D’abord sur Clara-Maude Sergerie : « Lorsque j’ai recruté Clara-Maude dans mon équipe de compétition, elle est était encore bien jeune et toute timide, observe l’instructrice, qui se dit très satisfaite de la jeune athlète. Au fil du temps, elle nous a démontré de quoi elle était capable et aujourd’hui, elle m’impressionne! Sa performance n’est pas attribuable au hasard et trouve donc aujourd’hui son aboutissement et sa récompense. Clara-Maude a le courage de persévérer, de ne jamais renoncer; c’est pourquoi sa victoire est si belle, si riche d’enseignement. » Après le Championnat canadien, Clara-Maude devra se concentrer de nouveau. En effet, en février 2020, elle passera son examen de 2e dan.
Marie-Paule Lemaire continue, cette fois, à propos de Cédric Vaillancourt, dont elle se montre fière du parcours de karatéka : « C’est un jeune homme très gentil, attentionné avec tout le monde, mais sur le Shiai, il est tout autre! Gagner est sa principale raison; il mettra tout en œuvre pour accéder à la meilleure place du podium. En compétition, il ne baisse jamais les bras, et ce, peu importe son adversaire. Il est encore jeune et de belles années se dessinent devant lui. » Selon Mme Lemaire, Cédric « saura en retirer l’essentiel pour continuer son développement sportif ».

QUESTION AUX LECTEURS :

Appréciez-vous les arts martiaux?

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des